Palazzuolo sul Senio, une région isolée de Romagne dans les montagnes de Toscane


En Toscane, il y a une bande de terre qui est déjà la Romagne. Et l'un de ses villages est Palazzuolo sul Senio. Nous le découvrons dans cet article.

Il s’appelle Palazzuolo sul Senio, mais pour ses habitants, qui parlent le romagnol, c’est “Palazôl”. C’est un village du Mugello d’un peu plus de mille habitants, niché entre deux crêtes de l’Apennin toscan-romagnol, le long de la vallée du Senio, dernière bande de Toscane avant de descendre dans la région administrative de la Romagne: Mais ici, en réalité, dans ce petit village éloigné de tout et que l’on n’atteint qu’après des kilomètres et des kilomètres de virages en épingle à cheveux, d’ascensions de montagnes et de paysages arides alternant avec des pâturages verdoyants et des forêts denses, c’est déjà la Romagne, pour ce qui est de la langue, de la culture et des traditions. Ce n’est certes pas une Romagne à part entière, puisque le dialecte laisse deviner la proximité de la Toscane, mais cette terre étrange ressemble certainement plus à Rimini qu’à Florence, même si elle a toujours été liée à la capitale toscane depuis le Moyen-Âge. Pour la simple raison qu’elle est plus proche.

Mais ceux qui veulent atteindre Palazzuolo ont déjà quitté la Toscane après avoir franchi le col de la Sambuca : le village se trouve déjà sur le versant romagnol des Apennins, bien qu’historiquement les événements de ces premières ramifications de la Romagne aient toujours été liés à ceux de la Toscane, depuis les temps les plus anciens, lorsque Palazzuolo fut d’abord un fief des Ubaldini, puis des Pagani, puis à nouveau des Ubaldini, deux familles originaires de ces lieux qui se sont longtemps disputé Palazzuolo et les villages voisins. Les Ubaldini finirent par l’emporter (l’un de leurs membres est le célèbre Bernardino Ubaldini della Carda qui participa à la bataille de San Romano et dont la défaite fut peinte sur l’un des célèbres panneaux de la Bataille de San Romano de Paolo Uccello), mais ils durent à leur tour succomber à la République de Florence en 1362. Depuis lors, Palazzuolo a toujours été le plus éloigné des domaines florentins, où les habitants parlaient une langue qui n’avait rien à voir avec celle de Florence.

Un hameau si éloigné qu’il ne s’est rien passé d’ important dans son histoire : les seuls événements dont on se souvient sont des passages. Comme celui du pape Jules II et de Niccolò Machiavelli qui, en 1506, passa une nuit au Palais des Capitaines (le capitaine était le fonctionnaire qui représentait le pouvoir florentin dans la région). Ou encore celle de Garibaldi, qui s’est arrêté au Palazzuolo dans sa fuite après la défaite de la République romaine en 1849. Ou encore celle de Dino Campana, originaire de Marradi, un autre village de la Romagne toscane, qui passa à Palazzuolo quelques jours d’amour fougueux pour sa Sibilla Aleramo au cours de l’été 1916.

Palazzuolo sul Senio
Palazzuolo sul Senio. Ph. Credit Unione Montana dei Comuni del Mugello


Palazzuolo sul Senio, Piazza Garibaldi, fermé à l'arrière par la maison où Garibaldi s'est arrêté en 1849
Palazzuolo sul Senio, Piazza Garibaldi, fermée à l’arrière par la maison où Garibaldi séjourna en 1849. Ph. Crédit Romagna Toscana - Commune de Castrocaro Terme


Le fleuve Senio divisant Palazzuolo en deux. Ph. Crédit Romagne Toscane - Commune de Castrocaro Terme
Le fleuve Senio divisant Palazzuolo en deux. Ph. Crédit Romagne Toscane - Commune de Castrocaro Terme


Panorama depuis le col de Sambuca
Panorama depuis le col de Sambuca

Et en effet, ce village caché entre vallées et hautes montagnes se prête bien aux transits, aux évasions et aux amours. Aujourd’hui encore, la tranquillité est garantie : chaque guide apprécie le silence de ses ruelles pavées, des petites places aménagées dans les deux hameaux divisés par le pont sur le Senio, le Borgo dell’Ore et le Borgo del Crocifisso. Le pivot de Palazzuolo est toutefois le Borgo dell’Ore : c’est là, sur la place principale, que se dresse le Palazzo dei Capitani du XIVe siècle, qui n’a rien à voir avec ses homologues richement ornés des villes de la plaine plus proches de Florence. Le bâtiment principal de la ville est une simple construction en pierre qui abrite aujourd’hui la bibliothèque et deux musées : le musée archéologique du Haut-Mugello et le musée des populations montagnardes. Le premier recueille les objets les plus anciens trouvés dans la région, tandis que le second raconte la vie difficile et les coutumes ancestrales des habitants de ces terres : un peuple d’agriculteurs, d’artisans et de bergers, dont le monde perdu est raconté à travers une collection d’un millier d’objets. En face, sur la place Garibaldi, une plaque apposée sur une maison nue, également en pierre, rappelle le lieu où le “héros des deux mondes” s’est arrêté quelques heures le 24 août 1849, en compagnie de deux amis, “poursuivis par des soldats étrangers”. Les formes de la Renaissance, cependant, sont également arrivées dans ces régions : les maisons pauvres alternent parfois avec quelques palazzottos qui reprennent les manières et les formes des bâtiments plus grands et plus somptueux qui étaient construits à Florence au XVIe siècle.

Dans le hameau de Crocifisso, en revanche, se trouve l’église principale de la ville, l’église paroissiale de Santo Stefano, d’origine ancienne mais profondément remaniée au XVIIIe siècle, puis après la Seconde Guerre mondiale : à l’intérieur, elle abrite des peintures des XVIIe et XVIIIe siècles, ainsi que des décorations conçues par Tito Chini, cousin du plus célèbre Galileo. Tito Chini est également responsable de la décoration des fonts baptismaux de l’abbaye de Susinana, à quelques kilomètres du village et à très peu de distance de la frontière régionale : l’œuvre est une curieuse réédition en style Art nouveau du très célèbre Baptême du Christ de Verrocchio et Léonard de Vinci, conservé aux Offices. Dans le hameau de Quadalto, près du centre ville, se trouve le Sanctuaire de la Madonna della Neve, qui conserve une image de la Madone et de l’Enfant datant de la fin du XVIe siècle, que la tradition populaire qualifie de miraculeuse. Immergée dans le paysage, la Villa di Gruffieto du XVIIe siècle (devenue aujourd’hui ce que l’on appelle un "lieu d’événements“) a accueilli Dino Campana à plusieurs reprises, même lorsqu’il était rongé par l’amour pour sa sibylle et qu’il se rendait compte qu’il ”divaguait“ et qu’il souhaitait trouver ”la force dans les bras de ma sibylle". Aujourd’hui encore, le calme et la beauté de ces lieux perdus dans la nature la plus déserte inspirent certainement l’amour romantique. Mais tant mieux s’il est moins tourmenté que celui du grand poète.

Palais des capitaines
Palais des capitaines


Église Saint-Étienne
Église de Santo Stefano


Le musée des populations de montagne. Ph. Crédit Palazzuolo Association pour les Arts
Musée des montagnards. Ph. Crédit Palazzuolo Association pour les arts


Le sanctuaire de Notre-Dame des Neiges
Le sanctuaire de la Madonna della Neve


Les fonts baptismaux décorés par Tito Chini
Les fonts baptismaux décorés par Tito Chini

Article rédigé par la rédaction de Finestre sull’Arte dans le cadre de la campagne “Toscana da scoprire” d’UnicoopFirenze.

Palazzuolo sul Senio, une région isolée de Romagne dans les montagnes de Toscane
Palazzuolo sul Senio, une région isolée de Romagne dans les montagnes de Toscane


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.