Andrea del Verrocchio : la vie et l'œuvre du maître de Léonard de Vinci


Andrea del Verrocchio est surtout connu comme le maître de Léonard de Vinci, mais il fut aussi l'un des plus grands sculpteurs de la Florence de la Renaissance.

Verrocchio (Andrea di Michele di Francesco Cioni ; Florence, vers 1435 - Venise, 1488) est l’un des plus grands sculpteurs de la Renaissance, mais son génie était multiple : il était également orfèvre, peintre (bien que très peu de ses peintures soient connues) et propriétaire de l’atelier le plus avancé et le plus innovant de Florence dans la seconde moitié du XVe siècle, où certains des artistes les plus importants de la Renaissance elle-même ont été formés, comme Léonard de Vinci, Sandro Botticelli, Lorenzo di Credi, et plusieurs autres. Andrea di Michele di Francesco di Cione (c’est son vrai nom, qui peut parfois être simplifié en “Andrea Cioni”) a travaillé dans sa jeunesse comme garçon de courses pour un certain Francesco Verrocchio, et le surnom qu’Andrea a pris est celui de son employeur, selon une coutume qui n’était pas rare à l’époque.

Artiste très novateur, dans la mesure où il poursuit un art basé sur le dynamisme et le naturalisme, atteignant des sommets que personne d’autre à Florence n’avait touchés, il donne naissance à des œuvres dont les résultats seront poursuivis par d’autres artistes et, dans certains cas, continueront à faire écho des siècles plus tard (un grand artiste du XIXe siècle comme Lorenzo Bartolini a trouvé en Verrocchio une grande source d’inspiration). En outre, dans de nombreux cas, Verrocchio (qui a toujours eu un œil attentif pour l’art classique) était également capable de créer des œuvres délicates et raffinées.

Pendant les années de Laurent le Magnifique(pour en savoir plus sur les œuvres commandées directement par le seigneur de Florence, cliquez ici), Verrocchio a peut-être été l’artiste qui a le plus déterminé le destin des arts de l’époque. Les chercheurs Andrea De Marchi et Francesco Caglioti, commissaires de la première exposition monographique consacrée à l’artiste, ont écrit que Verrocchio “découvre sa vocation pour la sculpture monumentale en fréquentant l’atelier de Desiderio da Settignano et de Donatello et, année après année, s’ouvre à de nouveaux défis, s’affirme comme le plus grand bronzier de son temps, pratique assidûment le dessin dans différentes techniques et se tourne enfin vers la peinture”. Vers 1470, âgé d’une trentaine d’années, il est alors une référence pour tous et son atelier une forge, comme celle de Donatello, ouverte et généreuse, capable de faire dialoguer des arts congénères. Il impose un goût, dont découlera le tournant proto-classique des dernières décennies du XVe siècle et, indirectement, la manière moderne elle-même. Célébré par ses contemporains, il fut ensuite accusé (Vasari en tête) d’excès d’étude, comme si la tension vers l’artifice formel se faisait au détriment de la vérité des sentiments, qu’il a au contraire interceptée et codifiée, jusque dans le développement de types exemplaires : des portraits en buste aux têtes héroïques dans le style antique, de profil, des figures en mouvement à une nouvelle image du Christ. Son héritage est énorme et n’est pas reconnu à sa juste valeur, car il a porté des fruits très divers, même vers l’Ombrie et Rome, et, au fil du temps, grâce à ses élèves, Michel-Ange et Raphaël in primis’.

Verrocchio et Léonard de Vinci, Baptême du Christ (vers 1475-1478 ; tempera et huile sur panneau, 177 x 151 cm ; Florence, Offices)
Verrocchio et Léonard de Vinci, Baptême du Christ (vers 1475-1478 ; tempera et huile sur panneau, 177 x 151 cm ; Florence, Offices)

Biographie de Verrocchio

Andrea di Michele di Francesco di Cione, également connu sous le nom d’Andrea di Cione ou Andrea Cioni, est né à Florence vers 1435 de Michele di Francesco, ouvrier au fourneau de profession, et de Gemma. Le surnom par lequel il est universellement connu lui vient probablement de l’un de ses employeurs, Francesco di Luca Verrocchio, pour lequel il était garçon de courses dans son enfance. Le premier document le concernant date de 1452 : le jeune Andrea est impliqué dans une rixe, mais est déclaré innocent. En 1458, il affirme avoir été dans l’atelier d’un orfèvre, mais son nom n’est pas précisé. Nous ne savons pas qui furent les maîtres de Verrocchio : nous savons en revanche qu’il exerçait déjà son métier d’artiste en 1461, puisque cette année-là Verrocchio présenta un projet pour la décoration de la chapelle de la Madonna della Tavola dans la cathédrale d’Orvieto, en concurrence avec d’autres artistes tels que Desiderio da Settignano et Giuliano da Maiano, mais la commande ne lui fut pas attribuée. En 1467, il reçoit les premiers paiements pour l’Incrédulité de saint Thomas peinte pour l’église d’Orsanmichele sur commande du Tribunale della Mercanzia. L’œuvre n’est cependant achevée qu’en 1483.

En 1468, Verrocchio peint une bannière, aujourd’hui perdue, pour la joute de Laurent le Magnifique, et l’année suivante, le Magnifique commande à Andrea la peinture du tombeau de Giovanni et Piero de’ Medici. L’œuvre est achevée en 1472. Vers 1470, il exécute l’une de ses premières œuvres connues, la Résurrection du Christ(pour en savoir plus sur cette œuvre, cliquez ici). En 1472, alors qu’il est déjà propriétaire de son célèbre atelier, la grande boule de bronze coulée par Verrocchio est placée sur la lanterne de la coupole de Santa Maria del Fiore: elle tombera en janvier 1600, frappée par la foudre, endommageant la coupole. Elle fut ensuite restaurée à la demande du grand-duc Ferdinand Ier, agrandie et replacée à sa place. En 1474, il reçoit la commande de la Madonna di Piazza, un tableau conservé dans la cathédrale de Pistoia, que l’artiste a commandé en grande partie à ses élèves. En revanche, c’est en 1476 que le paiement est attesté pour le célèbre David actuellement conservé au Museo Nazionale del Bargello à Florence: il s’agit de l’un des plus grands chefs-d’œuvre du maître. À la même époque, il exécute une autre de ses œuvres les plus célèbres, la Dame au petit bouquet. À la même époque, il travaille au Baptême du Christ, peut-être son tableau le plus célèbre : il l’exécute en collaboration avec Léonard de Vinci et l’achève peut-être en 1478 (selon les hypothèses les plus récentes, l’œuvre aurait toutefois été commencée dix ans plus tôt).

En 1479, la République vénitienne commande à Verrocchio le monument à Bartolomeo Colleoni, condottiere bergamasque qui avait été quelque temps capitaine général de l’armée vénitienne. En 1486, Andrea del Verrocchio s’installe à Venise pour commencer la fonte du bronze du monument à Bartolomeo Colleoni. L’artiste meurt à Venise en 1488 : sa dépouille est transportée à Florence où il est enterré dans l’église Sant’Ambrogio (aujourd’hui, seule une plaque commémorative le rappelle).

Andrea del Verrocchio, Incrédulité de saint Thomas (1467-1483 ; bronze avec dorure, 241 x 140 x 105 cm ; Florence, église et musée d'Orsanmichele, provenant du tabernacle de l'université de Mercanzia)
Andrea del Verrocchio, Incrédulité de saint Thomas (1467-1483 ; bronze avec dorure, 241 x 140 x 105 cm ; Florence, église et musée d’Orsanmichele, provenant du tabernacle de l’université de Mercanzia).


Andrea del Verrocchio, David victorieux (vers 1468-1470 ; bronze avec traces de dorure, 122 x 60 x 58 cm ; Florence, Museo Nazionale del Bargello, inv. Bronzi 450 - tête de Goliath et inv. Bronzi 451 - David)
Andrea del Verrocchio, David victorieux (vers 1468-1470 ; bronze avec traces de dorure, 122 x 60 x 58 cm ; Florence, Museo Nazionale del Bargello, inv. Bronzi 450 - tête de Goliath et inv. Bronzi 451 - David)


Andrea del Verrocchio et Lorenzo di Credi, Vierge à l'enfant entre saint Jean-Baptiste et saint Donat d'Arezzo, dite Madonna di Piazza (vers 1475-1486 ; huile sur panneau, 196 x 196 cm ; Pistoia, cathédrale San Zeno).
Andrea del Verrocchio et Lorenzo di Credi, Vierge à l’enfant entre saint Jean-Baptiste et saint Donat d’Arezzo, dite Madonna di Piazza (vers 1475-1486 ; huile sur panneau, 196 x 196 cm ; Pistoia, cathédrale San Zeno)

L’art de Verrocchio

Le parcours de découverte de l’art de Verrocchio peut commencer par l’Incrédulité de saint Thomas, une œuvre qui lui fut commandée pour l’une des niches extérieures de l’église d’Orsanmichele, où des artistes tels que Donatello, Lorenzo Ghiberti, Nanni di Banco et d’autres avaient déjà travaillé. Chacun des arts de Florence (les corporations professionnelles) avait une niche avec la statue de son saint patron : celle à laquelle était destinée la statue de Verrocchio appartenait au Tribunale della Mercanzia, l’organe destiné à régler les litiges entre les arts, et la niche est la plus visible car elle donne sur la Via dei Calzaioli, la rue principale du centre de Florence (l’original se trouve aujourd’hui au Museo di Orsanmichele, la niche abrite en revanche une reproduction). Le groupe en bronze de Verrocchio marque une nette rupture avec la tradition: il s’agit en effet d’une œuvre profondément différente de celles qui avaient été réalisées précédemment pour Orsanmichele. Tout d’abord parce que l’artiste ne s’est pas contenté, comme ses collègues avant lui, de réaliser la statue du saint patron, saint Thomas, mais a placé la figure du Christ à ses côtés pour recréer le célèbre épisode de l’incrédulité, et qu’aucun des artistes qui l’avaient précédé n’était allé jusqu’à imaginer une telle solution. Il s’agit également d’une œuvre caractérisée par le dynamisme marqué qui constitue le trait le plus novateur de l’art de Verrocchio : dans cette Incrédulité, nous assistons à une action, à une véritable scène en mouvement, avec saint Thomas entrant par la gauche, examinant le corps de Jésus qui, à son tour, enlève sa robe et lève le bras pour faciliter l’opération de son disciple. Un groupe dans lequel, donc, tout est mouvement. Même dans la disposition des personnages : saint Thomas, en effet, sort de sa niche, presque comme s’il arrivait de l’extérieur, et même dans ce cas personne avant Verrocchio n’avait réalisé une opération similaire à Orsanmichele (l’artiste opte donc pour une solution tout à fait originale). Il s’agit donc d’une véritable scène, qui incarne l’un des idéaux de la Renaissance florentine, l’humanisation des figures sacrées.

D’autres sculptures communiquent ce sens du mouvement et du naturalisme : parmi elles, le Putto col delfino du Palazzo Vecchio, réalisé pour les Médicis (à l’origine une fontaine réalisée pour la Villa Médicis de Careggi), et probablement étudié d’après nature, étant donné la véracité de ses traits. Il en va de même pour les deux sculptures les plus célèbres de Verrocchio: le David (commandé par les Médicis, réalisé avant 1476, peut-être pour Laurent le Magnifique) et la Dame au bouquet. Le David esquisse un sourire triomphant, son regard est fier et confiant, et sa modernité se trouve avant tout dans son expression et sa pose, d’où ressort le goût de l’auteur pour le naturalisme. Une expressivité intense caractérise également la Dama del mazzolino, une œuvre importante qui introduit des nouveautés significatives, dont la plus grande est la coupe que Verrocchio décide de donner à la figure, c’est-à-dire à partir du nombril, ce que personne n’avait fait avant lui. Cette vue donne au sculpteur l’occasion de représenter également les bras et les mains du sujet, augmentant ainsi leur expressivité, comme on le voit avec la jeune femme serrant le bouquet de fleurs qui se couvre presque en signe de timidité et de pudeur. Une autre nouveauté est la légère inclinaison de la tête, qui confère à l’œuvre un plus grand naturalisme, conformément aux recherches de Verrocchio.

Verrocchio renouvelle également le genre du monument funéraire avec le tombeau de Piero et Giovanni de’ Medici, commandé par Laurent le Magnifique en 1469 (Piero et Giovanni étaient respectivement le père et l’oncle du Magnifique) et achevé en 1472 : il se trouve dans la basilique de San Lorenzo à Florence et représente un sarcophage richement décoré de motifs naturels et reposant sur des pattes de lion. C’est l’un des premiers exemples de sculpture de l’époque où l’on observe l’utilisation de différents matériaux (porphyre pour le sarcophage, bronze pour les décorations et marbre pour la base), ce qui démontre également la capacité de Verrocchio à bien utiliser des matériaux aussi différents, en parvenant même à les combiner harmonieusement. Un autre élément nouveau est l’emplacement du tombeau à l’intérieur de l’église, c’est-à-dire à l’intérieur d’un mur de séparation, afin que l’œuvre puisse être admirée des deux côtés, alors qu’auparavant les tombeaux de Florence étaient placés contre les murs. Enfin, les portraits-bustes de Verrocchio méritent d’être mentionnés, comme celui de Giuliano de’ Medici, le frère du Magnifico qui fut assassiné en 1478 lors de la conspiration des Pazzi(pour en savoir plus sur la conspiration, cliquez ici), un portrait de célébration peint entre 1475 et 1478 montrant un Giuliano souriant, vêtu d’une armure classique, une expression qui exprime à la fois la fierté et la sérénité, et surtout la tête tournée selon le style typique de Verrocchio, qui n’aimait pas réaliser des bustes rigoureusement frontaux mais préférait faire tourner la tête des sujets représentés, précisément pour offrir à l’observateur des points de vue différents. Même dans les portraits, Verrocchio innove en insufflant son naturalisme pour créer des œuvres plus intenses et expressives.

Andrea del Verrocchio, Dama dal mazzolino (vers 1475 ; marbre, 59 x 46 x 24 cm ; Florence, Museo Nazionale del Bargello, inv. Sculpture 115)
Andrea del Verrocchio, Dame au petit bouquet (vers 1475 ; marbre, 59 x 46 x 24 cm ; Florence, Museo Nazionale del Bargello, inv. Sculpture 115)


Andrea del Verrocchio, Spiritello con pesce o Putto col delfino (vers 1470-1475 ; bronze, 70,3 x 50,5 x 35 cm ; Florence, Musei Civici Fiorentini-Museo di Palazzo Vecchio, inv. MCF-PV 2004-10615). La restauration de l'œuvre a été rendue possible grâce à la généreuse contribution des Amis de Florence.
Andrea del Verrocchio, Spiritello con pesce o Putto col delfino (vers 1470-1475 ; bronze, 70,3 x 50,5 x 35 cm ; Florence, Musei Civici Fiorentini-Museo di Palazzo Vecchio, inv. MCF-PV 2004-10615). La restauration de l’œuvre a été rendue possible grâce à la généreuse contribution des Amis de Florence.


Andrea del Verrocchio, Giuliano di Piero de' Medici (vers 1475 ; terre cuite, anciennement peinte, 61 x 66 x 28,3 cm ; Washington, National Gallery of Art, Andrew W. Mellon Collection, 1937.1.127)
Andrea del Verrocchio, Giuliano di Piero de’ Medici (vers 1475 ; terre cuite, anciennement peinte, 61 x 66 x 28,3 cm ; Washington, National Gallery of Art, Andrew W. Mellon Collection, 1937.1.127)

L’atelier de Verrocchio

L’atelier de Verrocchio était l’un des plus importants de la Renaissance, et certainement le plus grand de Florence dans la seconde moitié du XVe siècle. Il ne faut cependant pas l’imaginer comme une école au sens moderne du terme : l’organisation d’un atelier dans la Florence de la Renaissance était très différente de celle d’une école ou d’une académie d’aujourd’hui, car dans un atelier de l’époque, on n’apprenait que le métier (c’est-à-dire qu’il n’y avait pas d’enseignement théorique : ce n’est qu’à la fin du XVIe siècle qu’on en viendra à combiner la théorie et la pratique). Les élèves devenaient peintres, sculpteurs, orfèvres, etc. : on entrait dans l’atelier très jeune, dès l’enfance, et on n’y apprenait que la pratique, en commençant par le dessin.

Le fait que Verrocchio ait connu un tel succès en tant que maître et que de nombreux élèves destinés à devenir de grands noms de l’histoire de l’art soient sortis de son atelier est peut-être dû non seulement à ses compétences pédagogiques incontestables, mais aussi à l’espace considérable que Verrocchio lui-même accordait à ses élèves. Il est difficile d’attribuer avec certitude des œuvres picturales à Verrocchio, précisément parce que ses élèves participaient activement aux œuvres qui lui étaient commandées : Verrocchio concevait les compositions et esquissait les dessins, mais c’étaient souvent ses élèves qui traduisaient les idées en peinture. Par exemple, dans le cas de la Madonna di Piazza, chef-d’œuvre de la cathédrale de Pistoia commandé à Verrocchio en 1474 (c’est probablement le tableau de Verrocchio le plus documenté), le maître a conçu la composition mais ce sont surtout ses élèves qui ont peint l’œuvre. Le rôle principal revient à Lorenzo di Credi, qui est d’ailleurs l’un des plus jeunes de ses élèves. L’importance de l’atelier de Verrocchio n’est pas tant déterminée par ce qui y a été appris, mais par la qualité du maître, sa façon d’enseigner à ses élèves et la générosité avec laquelle le maître a permis aux élèves les plus méritants, dès leur plus jeune âge, de participer à d’importantes commandes.

Où voir les œuvres de Verrocchio ?

Pour avoir un aperçu complet de l’art de Verrocchio, il faut se rendre à Florence et visiter ses principaux musées. Le chef-d’œuvre de jeunesse, l’Incrédulité de saint Thomas, se trouve au Museo di Orsanmichele, au Museo di Palazzo Vecchio on peut admirer le Putto au dauphin, au Museo del Bargello on peut voir le David, la Dame au petit bouquet, la Résurrection du Christ et un grand crucifix en bois, au Museo dell’Opera del Duomo on peut voir la Décapitation du Baptiste, et enfin aux Uffizi où est exposé le Baptême du Christ, peint en collaboration avec Léonard de Vinci. En Italie, peu de villes conservent ses œuvres, mais la plus connue et la plus importante en dehors de Florence est le monument équestre à Bartolomeo Colleoni dans le Campo Giovanni e Paolo à Venise.

Les œuvres de Verrocchio se trouvent également dans certains musées étrangers : parmi les plus importantes, citons le portrait de Giuliano de’ Medici à la National Gallery de Washington, la Jeune femme à la Frick Collection de New York, le modèle du cénotaphe du cardinal Niccolò Forteguerri au Victoria and Albert Museum de Londres et les deux anges du même cénotaphe au Louvre (dont l’un est également attribué par certains à Léonard de Vinci).

Andrea del Verrocchio : la vie et l'œuvre du maître de Léonard de Vinci
Andrea del Verrocchio : la vie et l'œuvre du maître de Léonard de Vinci


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.