Parc de la Majella, à voir: 10 étapes entre nature, histoire et art


Que voir dans le parc national de la Majella: un itinéraire en 10 étapes entre nature, histoire et art.

Dans les Abruzzes, il existe un parc naturel “avec vue sur la mer”: il s’agit du parc national de la Majella qui, avec les montagnes du massif de la Majella, les monts Pizzi, le groupe du mont Porrana et la chaîne du Morrone, est l’un des cœurs verts de l’Italie qui, en raison de la richesse de sa biodiversité, fera partie, à partir de 2021, des géoparcs mondiaux de l’Unesco. Une reconnaissance internationale qui honore un lieu aux caractéristiques uniques, comme la proximité de la mer (30 km de la mer Adriatique) et la montée abrupte jusqu’aux 2793 mètres du sommet le plus élevé, le Monte Amaro, et avec plus de 30 sommets dépassant les deux mille mètres. Le parc de la Majella couvre une superficie de 74 000 hectares de zone protégée qui abrite l’une des faunes les plus riches du continent (dont les célèbres loup et ours marsicain, chamois, loutres, chevreuils, cerfs, 40 espèces de mammifères au total, 130 espèces d’oiseaux, 2 200 plantes, dont 5 sont exclusives à ce parc), et contient un tiers de toute la flore italienne, mais aussi beaucoup d’histoire: un parc qui raconte son histoire depuis le paléolithique avec des restes fossiles, des grottes et des rivières karstiques avec des cavernes de stalactites et de stalagmites, des tunnels et des abbayes, des ermitages et des lieux de culte (le patrimoine géologique du parc est profondément lié à son patrimoine culturel et religieux: de nombreuses grottes présentent un intérêt archéologique et les pentes rocheuses abruptes de ses montagnes sont fréquentées depuis le Moyen Âge par des ermites qui y trouvent un lieu de solitude et d’ascèse) qui marquent le temps de la vie humaine dans le parc au fil des siècles. Le parc comprend des centres urbains culturellement intéressants tels que Sulmona, Guardiagrele, Corfinio, Palena, Fara San Martino, Pratola Peligna, Pacentro, Pescocostanzo, Manoppello, Caramanico Terme, Popoli, Serramonacesca et Pretoro. Voici dix étapes à ne pas manquer lors d’un voyage dans les montagnes de la Majella.

1. L’abbaye de San Liberatore a Majella

À l’intérieur du parc, dans la commune de Serramonacesca, dans la province de Pescara, se trouve l’abbaye bénédictine de San Liberatore a Majella: splendide. Il s’agit de l’exemple le plus important de l’architecture romantique des Abruzzes. Construite en pierre tannée, avec un clocher sur une base carrée, elle présente une structure à trois nefs traversée par sept arcs reposant sur des piliers et se terminant par la typique charpente bénédictine, chacune d’entre elles se terminant par une abside circulaire. Le sol est recouvert d’une mosaïque datant du XIIIe siècle et les absides abritent d’importants cycles de fresques. À côté se trouve le monastère, l’un des plus anciens des Abruzzes, dont la datation est incertaine en raison de deux traditions différentes (l’une faisant référence à une construction coïncidant avec saint Benoît et l’autre à l’époque de Charlemagne), bien qu’une communauté de moines ait certainement été présente dès 884, date à laquelle fut compilé le Memoratorium de l’abbé Bertario sur les possessions de Montecassino in Abruzzo Teatino. Effondrée, reconstruite, restaurée au fil des siècles à cause des tremblements de terre et de l’abandon, elle conserve le charme de son histoire millénaire.

L'abbaye de San Liberatore a Majella
L’abbaye de San Liberatore a Majella. Photo: Abruzzo Turismo

2. L’ermitage de Santo Spirito a Majella

Isolé et situé dans un contexte environnemental merveilleux mais climatiquement difficile, il existe un ermitage dont l’église est pratiquement incorporée et fusionnée avec la roche de la montagne: il s’agit de l’ermitage de Santo Spirito a Majella, dans la commune de Roccamorice, au cœur du Parc. Le voir, c’est s’étonner: on se demande ce qui a poussé une telle conviction et une telle foi à vouloir construire ici un ensemble articulé de bâtiments adossés à la paroi rocheuse du massif du Morrone, et non pas perchés sur elle. La technique est typique du lieu: les ermitages de la Majella profitent des abris naturels créés par les rochers de la montagne pour s’insérer et construire ou creuser davantage dans la roche. Son histoire est liée à celle du pape Célestin V, Pietro da Morrone, défini comme le pape du “grand refus”, qui choisit ces mêmes lieux pour s’isoler après trois mois et demi de pontificat, renonçant à la “charge de pontife romain”, comme l’a fait Benoît XVI en 2013. Pour mémoire, un autre futur pape, Victor III, le bienheureux Robert de Salle et Cola di Rienzo, a vécu ici. Après divers changements au cours des siècles en fonction de l’évolution religieuse (d’ermitage il est devenu abbaye puis monastère en réunissant un autre monastère), on trouve aujourd’hui sur une terrasse plane du rocher l’église du XVIe siècle (après diverses rénovations qui ont supplanté la structure médiévale) et l’ermitage proprement dit constitué d’une pièce avec un crucifix. Il s’agit d’un monument national italien et, pendant un mois chaque année, ceux qui s’y rendent bénéficient d’une indulgence plénière pour leurs péchés (pour l’Église catholique).

L'ermitage de Santo Spirito a Majella
L’ermitage de Santo Spirito a Majella. Photo: Wikimedia/Gianly87

3. Les gorges de l’Alento

Depuis l’abbaye de San Liberatore, on peut emprunter un sentier et, en trente minutes, on se retrouve immergé dans une végétation luxuriante le long de la rivière Alento. Entre petites cascades, tourbillons, ponts en bois, rochers aux formes et aux couleurs particulières façonnées par le temps et l’eau, le sentier, sans difficulté technique particulière, surprend pas à pas. La biodiversité se déchaîne dans toutes les directions, entre des eaux cristallines où l’on peut nager parmi les truites et une végétation riche en animaux qu’un citadin n’aurait jamais vus. Ici, vous trouverez trois tombes creusées dans la roche: des catacombes chrétiennes dont la date est incertaine mais qui sont datées du 8e au 9e siècle. La forme du sarcophage surmonté d’un arc est typique des catacombes chrétiennes des classes nobles. Toute la zone est équipée de panneaux indicateurs, de parapets et de cordes pour s’accrocher au chemin.

Gorges de l'Alento
Gorge de l’Alento. Photo: Abruzzo Turismo

4. L’ermitage de Sant’Onofrio di Serramonacesca

Dans une cavité naturelle de la roche, non loin de l’abbaye de San Liberatore, un ermitage a été construit entre le XIe et le XIVe siècle, l’ermitagede Sant’Onofrio, où Pietro da Morrone a résidé en 1294: le futur pape Célestin V. Cette année-là, après deux ans de “sede vacante” à Rome, faute d’accord sur le pape, deux messagers pontificaux montèrent pour annoncer la nouvelle de son élection au trône de Pierre. Ce que, comme on le sait, Célestin V quittera au bout de cinq mois. Nous sommes dans la commune de Serramonacesca, dans la province de Pescara, à 725 mètres d’altitude, un lieu de silence. Ce qui est visible aujourd’hui est le résultat de travaux d’agrandissement, de rénovation et même de modifications importantes qui en font un ensemble à deux niveaux de style roman. Derrière l’autel, on accède à des tunnels dont un point est connu sous le nom de “Giaciglio di Sant’Onofrio” (lit de saint Onofrio), où l’on pense que le saint s’est reposé, ce qui est aujourd’hui lié au rituel de frottement d’une pierre aux propriétés thaumaturgiques supposées.

L'ermitage de Sant'Onofrio di Serramonacesca
L’ermitage de Sant’Onofrio à Serramonacesca. Photo: FAI Fondo Ambiente Italiano

5. Château de Menardo

Sur le rocher du Colle Ciumina, près de Serramonacesca, surplombant les passages du Val Pescara et les cols de la Majella, se trouvent les vestiges du château Menardo: une imposante fortification qui aurait été construite par Charlemagne entre le XIIe et le XIVe siècle pour délimiter et contrôler les frontières de ses possessions et qui aurait été placée là pour défendre l’abbaye de San Liberatore d’éventuelles attaques sarrasines. Il s’agit d’un lieu fascinant et spectaculaire, mais il ne reste que peu de vestiges du château qui permettraient d’émettre une hypothèse claire sur la formation de la structure. Le plan est triangulaire avec une structure quadrangulaire à une extrémité, et la présence de deux tours circulaires aux deux autres sommets. Il y a de fortes références aux fortifications cassinaises.

Château de Menardo
Château de Menardo. Photo: Abruzzo Turismo

6. Roccamorice

Le village de Roccamorice se dresse sur un éperon rocheux aux parois abruptes qui s’élève entre le torrent Capo La Vena à l’ouest et le torrent Fosso Pietraiata à l’est, mais la commune compte de nombreux autres centres habités pour une extension totale d’environ 25 kilomètres carrés. Le territoire est très accidenté et Roccamorice est célèbre pour la présence de nombreux ermitages et est une destination pour le tourisme religieux. Les ermitages sont des œuvres spectaculaires de maçonnerie adaptées et encastrées dans les anfractuosités de la roche: nous avons déjà parlé de l’ermitage de Santo Spirito a Majella, nous parlerons plus loin de l’ermitage de San Bartolomeo in Legio. Quant au village lui-même, on ne sait pas exactement quand il a été construit, mais il remonte aux alentours de l’an mille, avec la présence de maisons du Moyen-Âge et les restes de l’ancienne fortification avec une tour en pierre apparente. Ce qui a dû être la maison de Célestin V avant qu’il ne se retire dans l’ermitage de Santo Spirito est très visité. Le portail est en pierre avec un arc ogival datant de 1444. Les cabanes tholos sont caractéristiques de cette zone: faites de pieux en pierre sèche qui rappellent les Trulli des Pouilles, elles étaient l’œuvre des bergers qui, en enlevant les pierres des champs, construisaient ces structures où ils pouvaient s’abriter ou protéger les sources.

Roccamorice
Roccamorice. Photo: Abruzzo Turismo

7. Caramanico Terme et vallée de l’Orfento

Avec une histoire séculaire (dès le XIIe siècle, le Chronicon Casauriense mentionne les “eaux putrides”, c’est-à-dire les eaux thermales), Caramanico doit son développement aux eaux minérales, oligominérales et sulfureuses de la station thermale, qui ont déterminé sa richesse et sa renommée, faisant d’elle un point de référence pour toute l’Italie centrale en tant que lieu de repos et de soins physiques et respiratoires. Caramanico est un village médiéval situé à 650 mètres d’altitude dans la réserve naturelle de la “Valle dell’Orfento”, créée avant le parc naturel de la Majella, et se trouve au confluent des rivières Orta et Orfento, dont les vallées caractérisent tout le territoire. Le principal édifice religieux et celui qui présente le plus grand intérêt artistique est l’église de Santa Maria Maggiore, aux caractéristiques romanesques et gothiques, documentée dès 1059. Le portail principal est très intéressant, en style gothique, avec une riche ornementation sculpturale: édicules superposés, figurations, petits piliers, colonnes et chapiteaux artistiques, a été réalisé par Giovanni da Lubecca et date de 1476. La vallée forgée au fil du temps par le fleuve est l’un des endroits les plus préservés de toute la Majella et fait l’objet d’un repeuplement par des animaux tels que les cerfs et les chevreuils depuis 1971.

Caramanico Terme
Caramanico Terme. Photo: Abruzzo Turismo

8. Le massif du Morrone

Le Massiccio del Morrone est séparé du groupe Majella par le Passo di San Leonardo et son sommet principal atteint 2061 mètres d’altitude. Deux ermitages ont également été identifiés ici, où le futur pape Célestin V, plus tard proclamé saint, est venu prier. En contrebas de l’un d’entre eux (sur le territoire de la commune de Sulmona) se trouve un grand sanctuaire romain dédié à Hercule Curino (IVe-IIIe siècle av. J.-C.), dieu protecteur des sources et des eaux saines ainsi que des marchands (ce n’est pas un hasard si nous sommes sur la route de la mer ou des Pouilles). Un site archéologique de grande importance également pour la grandeur des travaux et pour la découverte de la petite statue en bronze d’Hercule au repos (exposée au Musée archéologique national de Villa Frigerj à Chieti) trouvée à l’intérieur du sacellum, en plus de la statue en marbre et d’une petite colonne avec 12 vers graffités, attribués à Ovide (qui était originaire de l’ancienne Sulmo): c’est certainement l’un des lieux de culte les plus importants de l’époque romaine. À la fin de la guerre “sociale” entre les Romains et leurs anciens alliés, il a été agrandi et rendu gigantesque et à plusieurs niveaux, avec des terrasses et des escaliers. On suppose que sur une terrasse, il y avait 14 salles couvertes avec des voûtes en berceau et un énorme podium de 71 mètres de long. Un escalier à deux volées mène de cette terrasse à la terrasse supérieure, la plus ancienne, au centre de laquelle se trouve le sacellum, qui conserve une partie de la riche décoration murale. Le grand escalier au sud, en raison de sa grandeur, est supposé avoir servi d’entrée monumentale. La terrasse supérieure était fermée sur trois côtés par un portique à colonnades. Sur la deuxième rampe, la fontaine, qui prenait son eau à une source située plus haut, et le “donario”, un bloc de pierre creux situé au centre et fermé à l’origine par un couvercle, sont conservés. L’autel recouvert de plaques de bronze et le petit sanctuaire de la divinité se trouvaient au centre de la terrasse supérieure. Le sol est recouvert d’une mosaïque polychrome.

Le sanctuaire d'Hercule Curino. Photo: Abruzzo Vivo
Le sanctuaire d’Hercule Curino. Photo: Abruzzo Vivo

9. L’ermitage de San Bartolomeo in Legio

San Bartolomeo in Legio est l’un des ermitages les plus célèbres du parc, à la fois parce qu’il a été habité par Célestin V et parce que sa construction est spectaculaire: Construit avant l’an mille (puis restauré par Célestin V lui-même vers 1250), on y accède par un escalier de pierre appelé Scala Santa (Escalier Saint) et complètement encastré dans la roche, se fondant dans le mur lui-même, qui comportait à l’époque un renfoncement et qui, avec le mur de l’ermitage, semble au contraire se poursuivre tout droit sur la crête rocheuse, pratiquement à la verticale. Cela vaut la peine d’être vu. L’intérieur, creusé dans la montagne, présente des fresques du XIIIe siècle (comme l’extérieur), un autel du XVIe siècle et une niche contenant une statue en bois de saint Barthélemy datant du XIXe siècle. On y trouve également une petite source d’eau appelée eau de Saint-Barthélemy à laquelle on attribue des propriétés thaumaturgiques. À l’extérieur, il y a une galerie et un bassin pour l’eau, et tous les 25 août, de nombreuses personnes viennent chercher l’eau miraculeuse, en portant la statue du saint en procession jusqu’à l’église de Roccamorice pour les festivités.

L'ermitage de Saint-Barthélemy à Legio
L’ermitage de San Bartolomeo in Legio. Photo: Abruzzo Turismo

10. Guardiagrele

Guardiagrele est connu comme la “terrasse des Abruzzes” en raison de sa position qui domine la vallée et les montagnes depuis la crête où il est perché, comme une bonne garnison militaire lombarde de l’époque (7e siècle). Au XVe siècle (sous le royaume de Naples), l’ensemble des fortifications de la ville comptait 33 tours. La ville est célèbre pour son travail du métal: ici, dans les rues, on rencontre des maîtres d’atelier aux traditions séculaires, du fer au cuivre et à l’or. Le raffinement et l’élégance de l’orfèvrerie en ont fait pendant longtemps un point d’excellence (de nombreuses pièces d’orfèvrerie locale de grande valeur et à caractère sacré sont conservées au musée de la cathédrale). Le centre historique, qui serpente le long des anciennes murailles, abrite l’ensemble monumental de San Francesco, à l’intérieur duquel se trouve, dans la sacristie, une fontaine en pierre blanche de la Renaissance tardive, d’une grande valeur et d’une grande qualité d’exécution. Le Museo Archeologico Filippo Ferrari mérite une visite: il abrite les objets funéraires des tombes sous tumulus (IXe siècle av. J.-C.) et la statuette en bronze d’un “offrant” de Comino, expose les objets funéraires protohistoriques (IXe-IIIe siècle av. J.-C.) de la nécropole de Còmino di Guardiagrele et une collection de matériaux préhistoriques provenant de sites des environs. On y trouve la plus ancienne stèle des Abruzzes: la “stèle de Guardiagrele”. Elle reproduit les traits d’un guerrier du VIIe siècle av. Une curiosité: Giorgio Aurispa, le protagoniste du Triomphe de la mort de Gabriele d’Annunzio, est originaire de Guardiagrele, et le village revêt une grande importance dans le roman.

Guardiagrele
Guardiagrele. Photo: Tourisme Abruzzes

Parc de la Majella, à voir: 10 étapes entre nature, histoire et art
Parc de la Majella, à voir: 10 étapes entre nature, histoire et art


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.