Mario Sironi, la vie et l'œuvre du maître italien du XXe siècle


Mario Sironi était l'un des artistes les plus importants de l'Italie du début du XXe siècle. Sa vie, ses œuvres, ce qui l'a rendu célèbre.

Mario Sironi (Sassari, 1885 - Milan 1961) est l’un des artistes les plus célèbres de la première moitié du XXe siècle. Au cours de sa carrière, Sironi a adhéré à différents courants artistiques et en a même fondé un avec d’autres artistes, comme dans le cas du mouvement Novecento Italiano. Au fil des ans, Sironi a été membre du futurisme, le mouvement d’avant-garde italien fondé en 1909 avec le célèbre manifeste de Filippo Tommaso Marinetti (Alessandria d’Egitto, 1876 - Bellagio, 1944). Pendant une certaine période, il est également influencé par le courant métaphysique, fondé dans les années 1920 par Giorgio de Chirico, et par la peintureexpressionniste. En outre, Sironi a été à l’avant-garde du renouveau de la peinture murale, dont il est devenu le plus important représentant de son époque.

Cependant, sa brillante carrière artistique a été ternie par son adhésion convaincue au mouvement politique fasciste, dans lequel il voyait un tremplin pour la renaissance de l’Italie et, par conséquent, de l’art italien. Au fil des ans, Sironi entretient des relations étroites avec le régime, pour lequel il prépare plusieurs expositions et de nombreux pavillons. Le peintre travaille d’ailleurs comme illustrateur pour le Popolo d’Italia, le journal fondé par Benito Mussolini. En raison de sa proximité avec le régime, les œuvres de Sironi ont été discréditées pendant presque toute la seconde moitié du XXe siècle. En revanche, une réévaluation du corpus de Sironi est en cours depuis quelques années qui, sans effacer la honte de l’adhésion du peintre au mouvement fasciste, remet en lumière les chefs-d’œuvre de l’un des plus grands maîtres modernes italiens.

Mario Sironi
Mario Sironi

La vie de Mario Sironi

Mario Sironi est né du mariage d’Enrico (Milan, 1847 - Rome, 1898) et de Giulia Villa (Florence, 1860 - Bergame, 1943), tous deux issus de deux familles de tradition artistique. Son grand-père maternel, Ignazio Villa, était sculpteur et architecte, tout comme son oncle paternel Eugenio Sironi, tandis que son père Enrico était ingénieur et sa mère une formidable musicienne. En 1856, la famille s’installe à Rome, où le jeune Mario poursuit ses études techniques. Mais son adolescence est profondément bouleversée par la mort prématurée de son père, survenue alors que Sironi n’avait que treize ans. Mario passe son adolescence à lire les grands classiques français, Leopardi et les plus grands philosophes. En 1902, Sironi s’inscrit à la faculté d’ingénierie, qu’il abandonne au bout d’un an en raison d’une grave dépression causée par un malaise existentiel qui a marqué toute son existence. Ainsi, sur les conseils de deux artistes qui lui sont chers, il s’inscrit à la Scuola Libera del Nudo pour se consacrer à la peinture. Parallèlement, il entre pour la première fois en contact avec des artistes futuristes, dont Umberto Boccioni (Reggio Calabria, 1882 - Vérone, 1916) et Giacomo Balla (Turin, 1871 - Rome, 1958), ainsi qu’avec le cercle d’Angelo Prini (Belgirate, 1915 - Pavie, 2008), futur représentant de l’Arte Povera.

Après un premier moment d’incompréhension avec Boccioni, dû à l’attachement de Sironi à l’art classique que le futurisme s’était engagé à détruire, le jeune peintre entre dans les bonnes grâces de l’artiste futuriste. Mario devient à proprement parler membre du mouvement, dont il interprète les caractéristiques stylistiques selon une recherche volumétrique qui caractérisera son style tout au long de sa carrière. Les années suivantes sont très fructueuses en termes de production artistique pour le jeune futuriste, qui obtient sa première reconnaissance publique de la part de la critique. Parallèlement à ces éloges, Sironi est invité à exposer à plusieurs reprises et signe en 1916 le manifeste futuriste : L’orgoglio italiano (L’orgueil italien). Au début de la Première Guerre mondiale, Sironi s’engage dans le bataillon Volontari Ciclisti, avec ses camarades futuristes. L’expérience de la guerre dure jusqu’en 1918, après quoi l’artiste retourne à Rome et participe à la Grande exposition nationale futuriste. Cependant, à partir des années 1920, la peinture de Sironi est influencée par les suggestions du courant métaphysique. La même année, Sironi épouse Matilde Fabbrini, avec laquelle il aura deux filles et un mariage très compliqué, en raison du nomadisme permanent du peintre. En effet, quelques mois après son mariage, Sironi s’installe à Milan, où naissent ses premiers paysages urbains. Dans la capitale lombarde, il se rapproche du fascisme et commence à assister aux réunions du Fascio milanais.

En 1920, Mario Sironi signe, avec d’autres artistes, le Manifeste du futurisme. Contro tutti i ritorni in pittura, qui contient certains principes du futur mouvement artistique Novecento Italiano. Ce dernier naît deux ans plus tard de l’association entre Sironi, Anselmo Bucci (Fossombrone, 1887 - Monza, 1955), Leonardo Dudreville (Venise, 1885 - Ghiffa, 1976), Achille Funi (Ferrare, 1890 - Appiano Gentile, 1972), Gian Emilio Malerba (Milan, 1880 - Milan, 1926), Piero Marussig (Trieste, 1879 - Pavie, 1937) et Ubaldo Oppi (Bologne, 1889 - Vicence, 1942), soutenus par la critique d’art Margherita Grassini Sarfatti (Venise, 1880 - Cavallasca, 1961). Novecento promeut un classicisme moderne, respectueux de la tradition artistique nationale et capable d’affronter les besoins modernes. Le groupe expose pour la première fois à la Galleria Pesaro en mars 1923 et, suite à son grand succès, Sarfatti organise la première exposition du Novecento Italiano. Celle-ci réunit 110 exposants, dont certains des artistes les plus importants de l’époque : Carlo Carrà (Quargnento, 1881 - Milan, 1966), Giorgio de Chirico, Arturo Martini (Trévise, 1889 - Milan, 1947), Giacomo Balla, Fortunato Depero (Fondo, 1892 - Rovereto, 1960) et bien d’autres encore.

Après le grand succès obtenu grâce au mouvement Novecento, une période très compliquée commence pour Sironi, tant du point de vue professionnel que personnel. En effet, en 1930, Mario se sépare de sa femme et les œuvres exposées à la première Quadriennale de Rome l’année suivante ne sont pas appréciées par la critique. L’échec de l’exposition est dû à l’évolution de Sironi vers le style expressionniste, qui n’est pas compris par les juges. Ce moment d’égarement est toutefois de courte durée, car l’artiste commence à se consacrer principalement à des œuvres publiques. Ces œuvres se caractérisent par un style composite, qui rappelle les peintures en perspective du début du XVe siècle. Jusqu’en 1940, Sironi se consacre presque exclusivement à la peinture monumentale, délaissant la peinture de chevalet qu’il juge inadaptée à ses besoins. Cette pratique est d’ailleurs couronnée par la rédaction de deux manifestes: Peinture murale (1932) et Manifeste de la peinture murale, signé avec d’autres artistes (1933). Parmi les œuvres les plus importantes de cette période, citons La Carta del Lavoro pour le ministère des Corporations à Rome (1932) et les deux mosaïques L’Italia corporativa (1936-1937) et La Giustizia fiancheggiata dalla Legge (1936-1939), toutes deux à Milan.

Au cours de la décennie suivante, Sironi poursuit son engagement dans la peinture murale et expose une série de peintures à la détrempe sous le nom de Frammenti di opere murali. Pendant ce temps, Mario reste fidèle au parti fasciste jusqu’au bout, même dans les phases finales les plus critiques. L’artiste est choqué par la violence et la brutalité de la guerre, au cours de laquelle il risque même d’être fusillé. Désillusionné après la défaite italienne, Sironi tombe dans un isolement inconsolable, exacerbé par le suicide de sa jeune fille Rossana en 1948.

Malgré la terrible tournure des événements, Mario Sironi continue à peindre et sa peinture est teintée de tons sombres et fragmentaires, comme dans le cas de l’une de ses dernières séries picturales : Apocalypse. Dans ses dernières années, le peintre continue à exposer en Italie et à l’étranger et, en 1956, il est nommé Accademico di San Luca, un titre que l’artiste accepte avec une amertume ironique. Mario Sironi meurt en 1961, des suites d’une bronchopneumonie.

Mario Sironi, La Giustizia (1936-38, mosaïque, 155 x 246 cm ; Milan, Palazzo di Giustizia)
Mario Sironi, La Giustizia (1936-1938, mosaïque, 155 x 246 cm ; Milan, Palazzo di Giustizia)
Mario Sironi, Intérieur avec la mère en train de coudre (1905 - 06 ; huile sur toile, 52 x 70 cm ; collection privée)
Mario Sironi, Intérieur avec la mère en train de coudre (1905-1906 ; huile sur toile, 52 x 70 cm ; collection privée)
Mario Sironi, Composition futuriste (vers 1915 ; huile et crayon gras sur papier appliqué sur toile, 28 x 23,7 cm ; Association pour le patronage et la promotion de la figure et de l'œuvre de Mario Sironi)
Mario Sironi, Composition futuriste (vers 1915 ; huile et crayon gras sur papier appliqué sur toile, 28 x 23,7 cm ; Association pour le patronage et la promotion de la figure et de l’œuvre de Mario Sironi)

Les chefs-d’œuvre de Mario Sironi

Les premières œuvres de Mario Sironi sont fortement influencées par l’art divisionniste, un courant artistique apparu à la fin du XIXe siècle. Ce dernier rappelle le mouvement pointilliste français, en effet il se caractérise par la juxtaposition de filaments et de lignes de couleurs. Les sujets de prédilection des peintres divisionnistes sont la maternité et les thèmes sociaux. Sironi réinterprète la peinture au filament et le thème maternel dans le tableau Mère cousant (1905), à la lumière du style composite et matériel qui l’a distingué tout au long de sa carrière.

Au cours des années suivantes, Sironi se consacre à l’étude de l’art classique, jusqu’à ce qu’il rejoigne pleinement le mouvement futuriste. De nombreuses œuvres sont le fruit des influences de l’avant-garde italienne, notamment des compositions aux tons flamboyants et à la signature stylistique volumétrique inimitable. Cependant, le jeune artiste entre en contact avec un nouveau courant artistique qui caractérise une partie de sa production dans les années 1920, à savoir la métaphysique. La lampe (1919) est l’une des œuvres dans lesquelles il est possible de voir des reflets du courant fondé par De Chirico. La toile représente un mannequin avec des références à la composition géométrique futuriste, entouré d’une aura de mystère due à la juxtaposition de cheveux masculins et de chaussures féminines. Le spectateur est ainsi confronté à une figure dont le genre est difficile à établir, immergée dans une pièce sombre et faisant référence aux décors des peintures métaphysiques de De Chirico.

Les influences métaphysiques et les sombres réflexions intérieures de Mario Sironi se sont poursuivies avec la série des Paysages urbains, ses œuvres les plus célèbres réalisées après son installation à Milan. Les maisons monolithiques et les hautes cheminées se distinguent dans les paysages urbains de Sironi, scannés selon des perspectives linéaires rigides qui donnent vie à des villes dépouillées, grises et sans vie. Margherita Sarfatti écrit dans son livre Storia della pittura moderna: “[Sironi] est le peintre de paysages urbains mécaniques et implacables, comme la géométrie des vies enfermées dans les cubes des maisons, entre les lignes droites des rues”. Ainsi, Sarfatti voit dans les paysages urbains de Sironi la même vision de l’existence enfermée dans l’esprit du peintre, avec lequel elle a passé beaucoup de temps. En effet, pour Mario, ses villes sans vie reflétaient les vies vides des habitants des banlieues et la méfiance à l’égard de l’industrialisation du pays.

Sironi a retravaillé ce sentiment de mélancolie et de nostalgie du passé à de nombreuses reprises, comme dans l’œuvre Solitude (1925). Dans ce tableau, une femme regarde un balcon dans un décor dépouillé, le regard fixe et endeuillé au-delà de l’espace de l’œuvre. Les traits du visage et les vêtements de la protagoniste rappellent l’imagerie classique, dont le parti fasciste prétendait être l’héritier, tandis que l’environnement indéfini et archaïque, de mémoire métaphysique, accentue la tristesse et la mélancolie de la femme. Cette dernière représente, d’une part, le drame de l’homme contemporain contraint de vivre dans une condition d’aliénation et de subordination à la technologie; d’autre part, la femme est le symbole de la méfiance du peintre à l’égard de la modernité, qui éloigne de plus en plus l’homme des temps glorieux de l’Antiquité.

À partir des années 1930, Mario Sironi se consacre presque exclusivement à la peinture murale. Le peintre défend la supériorité de l’art mural sur l’art de chevalet en raison de sa dimension publique, qui le soustrait en même temps à la spéculation du monde marchand. De plus, selon Sironi, la peinture murale à grande échelle encourage les artistes à se mesurer à des thèmes plus élevés, dépassant le simple sentimentalisme des peintures de chevalet. Ainsi, la peinture publique répondait à la fois aux besoins du maître, qui ne voulait rien avoir à faire avec le système du marché de l’art, et constituait en même temps un excellent instrument de diffusion de l’idéologie du régime fasciste.

L’une des fresques les plus célèbres de Mario Sironi est L’Italie entre les arts et les sciences , dans l’Aula Magna de l’université de Rome (1935). Le peintre a planifié la conception de l’œuvre pendant deux ans et a mis trois mois à la réaliser, imaginant l’allégorie de l’Italie au milieu des disciplines de la connaissance, divisée entre les sciences et les arts. Après la chute du régime fasciste, la peinture murale a connu unepériode troublée, risquant d’être détruite en raison des symboles fascistes présents sur sa surface. En fait, l’œuvre a été soumise à la censure, ce qui a entraîné une opération de repeinturage. Cette dernière visait non seulement à supprimer les éléments fascistes, mais aussi à modifier définitivement les figures et les couleurs. Soixante-dix ans plus tard, il a été possible de revoir la fresque dans sa forme originale grâce à une importante restauration.

Mario Sironi a été l’un des artistes les plus polyvalents de la première moitié du XXe siècle italien et il est important que les critiques continuent d’étudier sa carrière artistique afin de reconstituer les étapes de la naissance de l’art moderne en Italie.

Mario Sironi, La lampe (1919 ; huile sur papier, 78 x 56 cm ; Milan, Pinacothèque de Brera)
Mario Sironi, La lampe (1919 ; huile sur papier, 78 x 56 cm ; Milan, Pinacothèque de Brera)
Mario Sironi, Paysage urbain avec camion (1919-1920 ; huile sur toile, 44 x 60 cm ; Milan, Pinacothèque de Brera)
Mario Sironi, Paysage urbain avec camion (1919-1920 ; huile sur toile, 44 x 60 cm ; Milan, Pinacothèque de Brera)
Mario Sironi, Solitude (1925-1926 ; huile sur toile, 98 x 82 cm ; Rome, Galleria Nazionale d'Arte Moderna e Contemporanea)
Mario Sironi, Solitude (1925-1926 ; huile sur toile, 98 x 82 cm ; Rome, Galleria Nazionale d’Arte Moderna e Contemporanea)
Mario Sironi, L'Italie entre les arts et les sciences (1935 ; fresque, 140 m2 ; Rome, Aula magna de l'université La Sapienza)
Mario Sironi, L’Italia tra le Arti e le Scienze (1935 ; fresque, 140 m2 ; Rome, Aula magna de l’université La Sapienza)

Où voir les œuvres de Mario Sironi

La plupart des œuvres de Mario Sironi sont conservées dans différents musées italiens, par exemple à Florence, entre la Galleria d’Arte Moderna du Palazzo Pitti et le Museo Novecento, à Rome à la Galleria nazionale d’Arte Moderna e Contemporanea, où l’on peut voir Solitude elle-même, et au Mart de Rovereto. Par ailleurs, la plus grande collection d’œuvres d’art de Sironi se trouve au Museo del Novecento de Milan.

Toutefois, comme nous l’avons déjà mentionné, de nombreuses œuvres de Sironi sont conservées non seulement dans des musées, mais aussi dans divers bâtiments publics. Deux toiles de l’artiste sont conservées à Bergame : L’ Agricoltura o Il Lavoro in Campagna(L’agriculture ou le travail à la campagne) et L’Architettura o Il Lavoro in Città (L’architecture ou le travail à la ville ) (1929-1931). On trouve également plusieurs peintures murales de l’artiste à Rome, comme La carta del lavoro (La carte du travail) (1927-1932) à l’intérieur du ministère du développement économique et la fresque L’Italia tra le arti e le scienze (L’Italie entre les arts et les sciences). Mais une fois de plus, c’est Milan qui détient le record, la capitale lombarde accueillant en effet le plus grand nombre d’œuvres publiques de Sironi. Dans la ville, on peut voir : Il lavoro fascista (1936-1937) au Palazzo dell’Informazione, la mosaïque La Giustizia fiancheggiata dalla Legge (La Justice flanquée de la Loi, portant les tablettes écrites) et une figure jeune, symbole de force, portant le Fascio con la Verità (1936-1938) et le vitrail L’annunciazione (L’Annonciation ) (1938-1939) à l’église de l’Ospedale Maggiore di Niguarda.

Mario Sironi, la vie et l'œuvre du maître italien du XXe siècle
Mario Sironi, la vie et l'œuvre du maître italien du XXe siècle


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.