Mimmo Paladino, la vie et l'œuvre de l'artiste de la Transavantgarde


Mimmo Paladino est l'un des représentants du groupe historique Transavanguardia. Vie, œuvres principales, style.

Domenico Paladino, dit Mimmo (Paduli, 1948), est un peintre, sculpteur et graveur italien connu pour être l’un des principaux représentants du mouvement Transavanguardia et pour avoir réalisé des installations de grande envergure dans diverses villes italiennes. Son style est reconnaissable à la présence d’éléments empruntés à différentes cultures, tels que des masques, des animaux, des mains et des têtes. Son style est reconnaissable à la présence d’éléments empruntés à différentes cultures, tels que des masques, des animaux, des mains et des têtes. L’artiste est bien connu à l’étranger, où de nombreuses expositions personnelles lui ont été consacrées.

Le mouvement dont il fait partie, la Transavanguardia, est né au début des années 1980 : fondé par le critique d’art Achille Bonito Oliva, le groupe était composé d’Enzo Cucchi, Sandro Chia, Francesco Clemente, Nicola De Maria et Mimmo Paladino lui-même. Leurs expériences individuelles ont en commun le désir de puiser dans le passé , voire dans des traditions picturales très différentes et éloignées, pour créer un langage hybride capable de réunir des époques différentes, d’une manière que l’on pourrait qualifier de transhistorique (d’où le nom). Du groupe, Mimmo Paladino est l’artiste le plus essentiel, le plus proche du primitivisme et de l’expressionnisme allemand du début du XXe siècle.

Mimmo Paladino à la Galleria d'Arte Maggiore de Bologne
Mimmo Paladino à la Galleria d’Arte Maggiore de Bologne

La vie de Mimmo Paladino

Mimmo Paladino est né à Paduli, une ville située près de Bénévent, en Campanie, le 18 décembre 1948. Il commence à s’intéresser aux arts par l’intermédiaire de son oncle paternel Antonio, peintre, et s’inscrit au Liceo Artistico de Benevento. Il fréquente la galerie de Lucio Amelio à Naples, où il rencontre le peintre Antonio Del Donno, et ils visitent ensemble la Biennale de Venise, fascinés par le Pop Art. Paladino expose pour la première fois en 1968 à la Galleria Carolina de Portici, près de Naples, où il est présenté par le critique d’art Achille Bonito Oliva. La connaissance entre les deux remonte à cette période, qui s’est transformée en une union stable au fil du temps, puisque Bonito Oliva présentera Paladino à plusieurs reprises et écrira abondamment sur lui. Dans un premier temps, Paladino s’oriente vers la photographie, en utilisant cette technique pour des expériences conceptuelles, suivant en cela la tendance de l’époque. Il s’est également essayé au collage, maîtrisant ainsi différentes techniques.

Peu après, l’artiste décide de quitter la Campanie et s’installe à Milan dans les années 1970, une ville vivante d’un point de vue artistique où il se familiarise facilement avec les dernières innovations. C’est là, en effet, qu’il entre en contact avec de nouvelles tendances qui anticipent le retour à l’art figuratif, après une longue période caractérisée par la prédominance de l’art conceptuel. En particulier, sa participation à l’exposition International Triennale für Zeichnung à Wroclaw marquera un tournant vers la renaissance du figurativisme italien. Entre-temps, Paladino reste fasciné par le dessin sur les murs et, dans la seconde moitié des années 1970, réalise des peintures murales à Naples (pour la galerie Lucio Amelio où il expose pour la première fois) et à Milan. Dans la deuxième peinture murale, en particulier, commencent à apparaître des éléments qui seront caractéristiques de l’œuvre de Paladino, tels que des masques sur un fond plat et unicolore.

Entre-temps, l’intérêt de Paladino pour le dessin l’amène à se consacrer à la peinture, et c’est ainsi que débute sa collaboration avec le groupe Transavanguardia. Paladino est inclus comme représentant du groupe dans sa présentation officielle à la Biennale de Venise de 1980 avec l’exposition Aperto 80. La même année, il réalise une exposition personnelle itinérante dans plusieurs villes (dont Bâle et Amsterdam), une exposition personnelle au Badischer Kunstverein de Karlsruhe et sa première exposition à New York, ce qui consacre son succès non seulement en Italie, mais aussi au niveau international. Entre 1981 et 1982, il poursuit son activité incessante d’exposition dans des salons et des galeries de plusieurs villes, aussi bien en Europe qu’aux États-Unis. Ses expositions personnelles sont organisées en Allemagne (Berlin, Bâle et Hanovre), à Bologne, à Londres, à Milan, à Sydney, à Paris, à Naples, à Rome, à Zurich et dans bien d’autres villes. En 1994, il est devenu le premier artiste italien contemporain à organiser une exposition individuelle en Chine.

Paladino est un artiste d’une grande curiosité qui expérimente différentes techniques, voire des techniques très différentes. Dans les années 1980, il s’est aventuré dans la technique de la gravure, en collaboration avec d’autres artistes tels que Giorgio Upiglio et Alberto Serighelli, et a obtenu des résultats remarquables. Il a produit plusieurs livres d’objets et d’artistes, dont EN DE RE (1980) et d’autres, jusque dans les années 2000. Il a également créé des décors de scène pour des représentations théâtrales, des concerts et divers types d’événements.

Mais ce sont surtout ses sculptures et ses installations, permanentes ou temporaires, qui sont réputées. Elles donnent également lieu à des projets architecturaux en collaboration avec de grands architectes italiens, dont Roberto Serino dans les années 1980 et Renzo Piano dans les années 2000. Enfin, il a également réalisé le long métrage Quijote (2006) dans le cadre d’un macro-projet consacré à la figure de Don Quichotte, qui compte parmi ses protagonistes le chanteur Lucio Dalla. Paladino a reçu de nombreuses distinctions : il est notamment Commendatore Ordine al Merito della Repubblica Italiana, Honorary Academician of the Royal Academy of Arts et Ordinary Academician of the Accademia Nazionale di San Luca. En 2008, il a reçu un doctorat honorifique en architecture de l’USI - Università della Svizzera italiana, et en 2021, un diplôme honorifique en arts visuels de l’université de Bologne Alma Mater Studiorum.

Mimmo Paladino, Ara (1982 ; techniques mixtes et huile sur toile, 200 x 600 cm ; Suisse, collection privée)
Mimmo Paladino, Ara (1982 ; techniques mixtes et huile sur toile, 200 x 600 cm ; Suisse, collection privée)
Mimmo Paladino, La montagne blanche (1991 ; huile, crayon et gaze sur toile et bois, 210 x 210 cm ; Toulouse, Les Abattoirs FRAC Midi-Pyrénées)
Mimmo Paladino, La montagne blanche (1991 ; huile, crayon et gaze sur toile et bois, 210 x 210 cm ; Toulouse, Les Abattoirs FRAC Midi-Pyrénées)
Mimmo Paladino, Sans titre (1999 ; techniques mixtes et feuilles d'or sur panneau, 300 x 600 cm ; Rivoli, château de Rivoli)
Mimmo Paladino, Sans titre (1999 ; techniques mixtes et feuilles d’or sur carton, 300 x 600 cm ; Rivoli, Castello di Rivoli)

Le style et l’œuvre de Mimmo Paladino

Les œuvres de Mimmo Paladino sont importantes pour l’art italien car elles se situent dans une phase pertinente de transition entre un art plus conceptuel, dans lequel la forme est rarement présente au profit de représentations plus abstraites, et un retour progressif à la figure. La production artistique de Paladino montre que cette transition s’opère vers la fin des années 1970. L’élément qui rend l’œuvre de Paladino immédiatement reconnaissable est l’utilisation de couleurs vives et pures, qui forment le fond de la composition ou en font directement partie, et la récurrence d’éléments spécifiques rendus de manière stylisée, tels que des animaux (en particulier le cheval), des têtes et des mains. Ces éléments se révèlent être des références à diverses cultures primitives, et l’on peut reconnaître des inspirations tirées de l’iconographie de l’art paléochrétien, égyptien et étrusque. Des voyages au Brésil et en Amérique du Sud en 1982 ont permis à l’artiste d’élargir le champ de ses références, car il a été fasciné par la culture locale, imprégnée d’animisme primitif.

En 1983, tout en continuant à exposer dans le monde entier, tant en solo qu’en groupe, avec d’autres artistes de la Transavantgarde, l’artiste décide de créer, dans sa ville natale de Paduli, un complexe d’habitation composé de sculptures et d’objets disséminés dans la région et servant de lien entre sa maison et certains ateliers. Il réalise ce projet avec l’architecte Roberto Serino. La collaboration avec Serino s’est poursuivie à deux reprises. En 1987, dans le cadre d’un projet coordonné par Alessandro Pomodoro pour la reconstruction de l’église de Gibellina, détruite à la suite d’un tremblement de terre dévastateur en 1968. La seconde est la création d’une statue pour la ville de Bénévent, qui a été inaugurée en 1992.

Dans les années 1990, Paladino a créé une série d’installations placées dans des espaces urbains, dont la plus célèbre est Montagna di sale (1990). L’œuvre se compose de chevaux en bois (identiques à ceux que l’on voit habituellement dans les peintures de Paladino) debout ou couchés sur une fausse montagne de sel faite de béton, de fibre de verre et de pierre concassée. Initialement, cette œuvre devait faire partie de la scénographie d’une représentation de La Fiancée de Messine de Friedrich Schiller, mais elle a ensuite été dupliquée et installée temporairement sur la Piazza Plebiscito à Naples (1995) et sur la Piazza Duomo à Milan (2011).

Dans les années 2000, en plus de se lancer dans l’édition (il a produit d’autres livres et a travaillé sur certaines illustrations pour les nouvelles éditions de l’Iliade et de l’Odyssée publiées par la maison d’édition “La lettera” de Florence), Paladino a participé depuis 2004 à des projets de nature variée et de grande envergure dans toute l’Italie. En 2004, il a réalisé les portes de la nouvelle église de Padre Pio à San Giovanni Rotondo, dans le cadre du projet conçu par Renzo Piano. En 2006, il entame un projet sur Don Quichotte, qui comprend une exposition de peintures, de sculptures et un film et se poursuit avec de nouvelles illustrations et un livre d’artiste. En 2008, il crée La porta di Lampedusa, une grande porte en terre cuite et en fer, un monument dédié à la mémoire des migrants morts en mer alors qu’ils tentaient d’atteindre les côtes italiennes en fuyant leurs pays d’origine, dévastés par les conflits. En 2010, il est chargé de créer les décors d’une série de concerts des chanteurs Lucio Dalla et Francesco de Gregori (réunis dans un projet commun trente ans après leur première collaboration). En 2011, il conçoit le projet de la nouvelle salle abritant la sculpture du VIe siècle av. J.-C. Il Guerriero di Capestrano pour le musée Villa Frigerij de Chieti, tandis qu’en 2012, il conçoit l’éclairage de la scène de la “Notte della Taranta” de Melpignano (Le). Le rideau du Teatro Regio de Parme date de 2021.

Mimmo Paladino, Montagne de sel (1990 ; béton, résine de verre, pierre et bois ; Gibellina, Baglio Di Stefano)
Mimmo Paladino, Montagna di sale (1990 ; ciment, résine de verre, pierre et bois ; Gibellina, Baglio Di Stefano)
Mimmo Paladino, Porte de Lampedusa (2008 ; peinture, taille de la pièce)
Mimmo Paladino, Porta di Lampedusa (2008 ; peinture, taille de la pièce)
Mimmo Paladino, Cheval (2005 ; terre cuite peinte ; Ravenne, MAR - Museo d'Arte della Città)
Mimmo Paladino, Cheval (2005 ; terre cuite peinte ; Ravenne, MAR - Museo d’Arte della Città)

Où voir les œuvres de Paladino

Certaines œuvres de Paladino sont exposées en permanence dans différents musées italiens. Vous pouvez les admirer à Naples, au Museo Napoli Novecento 1910-1980. Per un museo in progress à Naples, au Museo Nazionale di Capodimonte à Naples et au Museo d’Arte Contemporanea Donnaregina (MADRE) à Naples.

D’autres œuvres se trouvent à la Galleria Nazionale d’Arte Moderna e Contemporanea à Rome, au MAMbo - Museo d’Arte Moderna di Bologna à Bologne et à Cagliari, à la Galleria d’Arte Moderna. L’installation Montagna di sale (1990) a été transférée de manière permanente à Baglio Di Stefano, un complexe architectural qui abrite la Fondation Orestiadi à Gibellina, dans la province de Trapani. Enfin, des œuvres de Paladino sont également conservées au Metropolitan Museum of Art de New York.

Mimmo Paladino, la vie et l'œuvre de l'artiste de la Transavantgarde
Mimmo Paladino, la vie et l'œuvre de l'artiste de la Transavantgarde


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.