750 pièces archéologiques provenant de fouilles clandestines rapatriées de Londres


750 pièces archéologiques rapatriées de Londres à la suite d'enquêtes menées par le commandement des carabiniers pour la protection des biens culturels ont été présentées à Rome. Les découvertes proviennent de fouilles clandestines sur le territoire italien.

Sept cent cinquante pièces archéologiques rapatriées de Londres le 19 mai dernier ont été présentées à Rome, au Musée national du Château Saint-Ange, à la suite d’une enquête menée par le service des carabiniers pour la protection des biens culturels, coordonnée par le parquet du tribunal de Rome, visant à lutter contre le trafic international de biens culturels, qui a également donné lieu à une procédure extrajudiciaire et à un procès civil, menés en étroite collaboration avec le ministère de la Culture par l’intermédiaire duparquet général.

Provenant de fouilles clandestines sur le territoire italien, les découvertes avaient abouti dans une société anglaise en liquidation, Symes Ltd, appartenant à Robin Symes, un important trafiquant de biens culturels. Cette société, qui avait toujours résisté aux tentatives répétées des autorités judiciaires italiennes pour les récupérer, et qui faisait l’objet d’une procédure de faillite au Royaume-Uni, était également poursuivie en Italie, par l’intermédiaire de l’Avvocatura Generale dello Stato, pour obtenir la restitution des biens ou une indemnisation civile pour les dommages subis.

La restitution a été possible grâce aux négociations complexes menées par le ministère de la culture (bureau III du secrétariat général, bureau législatif et direction générale de l’archéologie, des beaux-arts et du paysage), en synergie et en étroite collaboration avec les Carabinieri dell’Arte qui, avec la collaboration active de l’ambassade d’Italie à Londres, les ont escortés jusqu’en Italie. L’accord de restitution a été signé le 11 mai.

L’ensemble des objets, qui peuvent être datés au total entre le VIIIe siècle avant J.-C. et le Moyen Âge et dont la valeur est estimée à 12 millions d’euros, offre un aperçu des multiples productions de l’Italie antique et des îles, tout en reflétant les lacérations irrémédiables subies par les nombreux et divers contextes archéologiques (funéraires, cultuels, résidentiels et publics) qui ont fait l’objet de déprédations, concentrées en particulier en Étrurie et en Grande-Grèce.

Parmi les pièces les plus précieuses, citons une table tripode en bronze provenant d’un contexte aristocratique de l’Orient étrusque, deux têtes de parade équine de la zone appulo-lucanienne, deux peintures funéraires de la zone méridionale ; pour la période romaine, plusieurs têtes masculines en marbre de l’époque impériale, diverses parties de statues et de groupes en bronze, ainsi que la peinture murale représentant un petit temple, provenant probablement d’une résidence vésuvienne.

Le matériel récupéré comprend des vases en terre cuite, de production locale, attique et corinthienne, en bronze et en pâte de verre, des vêtements et des bijoux en or, argent, bronze, os et ambre, dont vingt-six colliers remontés en vue de leur mise sur le marché, des armes, des ustensiles de cuisine, des objets en bois, des objets en métal et des objets en métal.armes, ustensiles et mobiliers, éléments de sellerie, coroplastiques votifs et architecturaux, sarcophages, dont un en plomb avec décor en relief, et urnes funéraires, objets votifs et rituels, éléments de statuaire en bronze, marbre et calcaire, éléments architecturaux et mobiliers en bronze et en marbre, décors en mosaïque et peints.

“La récupération du patrimoine culturel volé illicitement est l’une des priorités de mon programme. Protéger, c’est aussi empêcher que notre patrimoine soit pillé par des trafiquants sans scrupules. L’action conjointe entre le ministère et les Carabinieri TPC est un exemple vertueux de coopération institutionnelle à préserver et à consolider, y compris avec des initiatives comme celle-ci, dans laquelle nous avons travaillé côte à côte avec la Grèce. Je tiens à remercier les carabiniers pour le travail précieux qu’ils accomplissent quotidiennement dans toutes les parties du monde”, a déclaré le ministre de la Culture, Gennaro Sangiuliano.

“Le rapatriement de ces précieux objets du Royaume-Uni confirme une fois de plus la synergie consolidée entre le Comando Carabinieri Tutela Patrimonio Culturale et le ministère de la culture dans les actions de récupération”, a déclaré le général de brigade Vincenzo Molinese, commandant du TPC. "Dans ce cas précis, l’Avvocatura Generale dello Stato et l’ambassade d’Italie à Londres ont également joué un rôle fondamental. Aujourd’hui encore, nous célébrons l’engagement constant des carabiniers de l’art en faveur de la protection du patrimoine culturel de l’Italie.

“Lorsque les institutions travaillent en équipe, les résultats sont toujours au rendez-vous”, a commenté Mario Turetta, secrétaire général du ministère de la culture.

Lorenzo d’Ascia, avocat général de l’État, et S.E. Eleni Sourani, ambassadeur de Grèce en Italie, ont également participé à la conférence de presse.

À la même date, un accord similaire a été signé par le ministère grec de la Culture avec Symes Ltd pour la récupération d’autres objets illégalement exportés de Grèce. Un autre groupe de fragments sera étudié par des archéologues italiens et grecs afin de retracer leur provenance et de procéder ensuite à leur retour dans leurs pays respectifs. Soixante et onze autres objets, qui se trouvent actuellement aux États-Unis, seront récupérés dans les prochains jours par le commandement des carabiniers chargé de la protection du patrimoine culturel.

750 pièces archéologiques provenant de fouilles clandestines rapatriées de Londres
750 pièces archéologiques provenant de fouilles clandestines rapatriées de Londres


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.