L'Annonciation d'Antonello, Sgarbi : "Un silence omniprésent lorsqu'il se rendit à Rovereto". En réalité, les critiques étaient sévères


Sgarbi est intervenu dans la controverse autour de l'Annonciation d'Antonello, affirmant qu'il y avait eu un silence lorsque l'œuvre avait été apportée à Rovereto. Mais les critiques n'ont pas manqué non plus.

La polémique autour du déplacement de l’Annonciation, le chef-d’œuvre d’Antonello da Messina (Messine, 1430 - 1479) qui a quitté sa demeure, le musée Palazzo Bellomo de Syracuse, pour être transféré à Palerme afin d’être présenté à l’exposition organisée dans le cadre des manifestations de la capitale italienne de la culture 2018, ne s’arrête pas là. Ces derniers jours, de vives critiques avaient été émises sur le transport du tableau, un panneau délicat transporté sur toile, à propos duquel plusieurs experts (à commencer par le professeur Paolo Giansiracusa, professeur d’histoire de l’art à l’université de Catane) avaient émis des doutes quant à son déplacement, précisément en raison de son état de conservation. Le conseiller régional pour la culture, Sebastiano Tusa, avait répondu aux protestations en affirmant que l’œuvre ne courrait aucun risque. Le tableau a d’ailleurs été déclaré inamovible en 2013 par un décret de la région de Sicile.

Le critique d’art et historien Vittorio Sgarbi, qui a visité l’exposition Antonello à Palerme, est également intervenu sur la question. Dans une interview accordée à la chaîne de télévision locale Onda Tv, Sgarbi a souligné la pertinence de l’événement dans le contexte de la capitale italienne de la culture et a surtout rappelé que, selon lui, personne n’aurait protesté lorsque l’Annonciation, en 2013, a quitté Syracuse pour se rendre à Rovereto, où une autre exposition monographique sur Antonello da Messina a été mise en place à la MART.

C’est une toile, dit Sgarbi, elle n’a donc pas de problème de conservation : c’était un panneau et il a été transporté sur une toile. Une fois qu’il est établi que l’œuvre ne présente pas de problèmes de santé, la controverse devient une question d’esprit de clocher, ce qui serait logique pour n’importe quelle année et dans n’importe quelle condition, mais pas pour l’année de la capitale italienne de la culture qui est liée au nom de Palerme. Palerme est la Sicile, Palerme est l’Italie, Antonello est l’Italie, la polémique n’est donc pas comprise. Sinon, nous devrions nous demander non pas pourquoi il est déjà allé au Quirinale des Scuderie, non pas pourquoi il est déjà allé au siège naturel qui est Palazzolo Acreide, non pas pourquoi il est déjà allé sans protestation de la part d’aucun des membres de la famille. pourquoi il s’est déjà rendu sans protestation d’aucun de ces plaignants à San Cataldo, très loin de tout site d’Antonello, mais à Rovereto, dans la région autonome du Trentin Haut-Adige : Il est parti pour une exposition du réalisateur Collu et est reparti sans problème, il y a six ou sept ans. Personne n’a protesté contre un départ de la région autonome de Sicile vers la région autonome du Trentin. Alors quel rapport Antonello avait-il avec Rovereto, Giansiracusa ou un autre manifestant qui a maladroitement insulté Tusa doit me le dire. Certes, s’il n’y avait pas eu cette polémique, l’organisation aurait pu avoir, en plus des chefs-d’œuvre de Sibiu, des Offices et de Pavie, également le Saint Jérôme, ce qui aurait été une bonne chose. [...] Combien de personnes vont au musée Bellomo ? Alors il est clair que chaque ville doit défendre ses chefs-d’œuvre et il est juste qu’elle les ait, mais pas en menant une guerre insensée au nom d’on ne sait quels principes quand le tableau est parti à Rovereto dans le silence omniprésent de tous ceux qui racontent n’importe quoi aujourd’hui".

En fait, même en 2013, à l’occasion de l’exposition de Rovereto, le transfert a suscité des protestations. En particulier, une voix très dure a été celle de Fabio Granata, ancien député du Fdi et vice-président de la Région de Sicile entre 2000 et 2001, et fondateur en 2013 du mouvement écologiste Green Italia. Ces derniers jours, il a fait savoir qu’il ne partageait pas l’idée de transporter l’Annonciation à Palerme et, en 2013, il a déclaré, dans un article publié dans le quotidien La Sicilia le 5 octobre 2013, que “l’Annonciation de Syracuse est absolument inamovible en raison de la délicate restauration dont elle a fait l’objet” et a dénoncé l’idée de prêter l’Annonciation à Palerme. et avait qualifié l’idée de la prêter à Rovereto de “choix insensé” et d’“authentique folie teintée de provincialisme” qui aurait “mis en péril l’intégrité des œuvres” (en effet, outre l’Annonciation, la Vierge à l’Enfant du Musée régional de Messine, l’Annonciation du Palazzo Abatellis et le San Girolamo, également du Palazzo Abatellis, seraient également partis pour le Trentin). Dans un premier temps, le prêt fut même bloqué par le gouverneur de Sicile de l’époque, Rosario Crocetta, mais finalement les œuvres partirent quand même pour Rovereto, et certainement pas dans le silence général.

Paolo Giansiracusa lui-même, à l’époque conseiller en urbanisme de la municipalité de Syracuse, avait exprimé son opposition au projet. Dans une interview publiée dans le journal local La Civetta di Minerva le11 octobre 2013, il avait avancé les mêmes objections qu’aujourd’hui. Il faut prendre acte de l’état dans lequel se trouve le tableau : un état comateux“, avait-il déclaré à l’époque. ”L’œuvre a subi plusieurs restaurations, le film de peinture s’est perdu au fil du temps et, dans les années 1920, elle a subi un transfert traumatisant du panneau à la toile. Si l’on devait comparer l’Annonciation à une personne, on devrait affirmer que son état est effectivement comateux : elle vit dans une vitrine et ne devrait jamais être touchée“. Et d’ajouter qu’”il n’y a pas de respect pour l’histoire“ et que ”nous devons protéger nos œuvres d’art pour que ceux qui viendront après nous puissent en profiter“. L’opération a également été évaluée d’un autre point de vue : ”Le musée Bellomo, soulignait à l’époque M. Giansiracusa, possède très peu d’œuvres de grande valeur, d’un certain calibre. Il n’y a qu’un seul chef-d’œuvre comme l’Annonciation, il n’y en a pas dix autres : ce serait comme si le Louvre se privait de la Joconde, c’est impensable. Nous empêchons les touristes - ceux qui visitent Syracuse pendant les vacances de Noël, les personnes cultivées qui raffolent de notre art - d’admirer l’élément principal du musée".

Photo : Antonello da Messina, Annonciation (1474 ; huile sur panneau transportée sur toile, 180 x 180 cm ; Syracuse, Palazzo Bellomo)

L'Annonciation d'Antonello, Sgarbi :
L'Annonciation d'Antonello, Sgarbi : "Un silence omniprésent lorsqu'il se rendit à Rovereto". En réalité, les critiques étaient sévères


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.