La Finlande retient des œuvres russes de retour d'expositions en Italie et au Japon


La Finlande a retenu à la douane des œuvres russes en provenance d'Italie et du Japon: il s'agit également d'œuvres prêtées pour l'exposition Grand Tour à la Gallerie d'Italia à Milan. Pour le secrétaire de l'Ermitage Italie, elles doivent être restituées.

L’art est également impliqué dans le conflit en Ukraine. La Finlande a décidé de retenir dans le pays une cargaison d’œuvres d’art, d’une valeur de 42 millions d’euros, en route vers la Russie: il s’agissait d’œuvres d’art revenant d’expositions en Italie (notamment l’exposition Grand Tour organisée à la Gallerie d’Italia sur la Piazza Scala à Milan: les œuvres comprennent leCupidon ailé d’ Antonio Canova, ainsi que plusieurs autres chefs-d’œuvre précieux) et au Japon, et qui devaient s’arrêter en Finlande avant de retourner dans le pays qui en est le propriétaire.

Les œuvres ont été retenues par les douaniers finlandais au poste frontière de Vaalimaa. Helsinki a indiqué qu’elle consulterait l’Union européenne pour savoir si les œuvres d’art peuvent être considérées comme des produits de luxe et donc être retenues jusqu’à la levée des sanctions contre la Russie. C’est en tout cas l’idée de la Finlande, comme l’a expliqué le directeur du département des douanes finlandaises, Sami Rakshit. La saisie, annoncée par les douanes finlandaises dans une note, a été effectuée entre le 1er et le 2 avril. Il est important, explique Sami Rakshit, que l’application des sanctions soit efficace. L’application des sanctions fait partie de nos activités normales et nous orientons toujours nos contrôles en fonction du risque. Les envois qui font maintenant l’objet d’une enquête criminelle ont été détectés dans le cadre de notre travail habituel d’application de la loi". La Finlande a ouvert une enquête qui se poursuivra sous la forme d’une collecte d’informations, d’une coopération internationale et de demandes d’assistance mutuelle. Les douanes finlandaises déclarent vouloir achever l’enquête dès que possible et continueront à consulter le ministère des affaires étrangères, qui examinera l’affaire avec la Commission européenne. La Farnesina travaille également sur l’affaire, indiquent les douanes finlandaises.

Antonio Canova, Amour ailé (1794-1797 ; marbre, 142 x 54,5 x 48 cm ; Saint-Pétersbourg, Ermitage d'État) Photographie © Musée de l'Ermitage d'État, 2019 Photo par Alexander Koksharov
Antonio Canova, Amour ailé (1794-1797 ; marbre, 142 x 54,5 x 48 cm ; Saint-Pétersbourg, Ermitage d’État) © Musée de l’Ermitage d’État, 2019 Photo d’Alexander Koksharov

La Russie a déjà réagi en affirmant que la saisie effectuée par la Finlande était “illégale”. “Cette situation peut être décrite en deux mots: chaos juridique”, a déclaré la représentante du ministère russe des Affaires étrangères , Maria Zakharova, à l’agence de presse TASS. “Il s’agit de la détention, en violation du droit international, de biens culturels appartenant à la Fédération de Russie et temporairement situés à l’étranger sous la garantie de l’État de pays où des expositions de ces objets ont été organisées sur une base non commerciale en coopération avec nos musées. Nous attendons une décision rapide des autorités finlandaises pour assurer le retour complet de nos œuvres d’art à la Fédération de Russie”. Selon Mme Zakharova, il s’agirait d’une “possible violation du régime de sanctions contre la Russie”. Actuellement, les œuvres sont entreposées à l’Ateneum d’Helsinki, l’un des plus grands et des plus importants musées d’art du pays.

Dans laliste actualisée des sanctions imposées par l’Union européenne, l’article 3h stipule qu’“il est interdit de vendre, de fournir, de transférer ou d’exporter, directement ou indirectement, les articles de luxe énumérés à l’annexe XVIII à toute personne physique ou morale, entité ou institution en Russie ou en vue d’une utilisation en Russie”. Les biens de luxe énumérés à l’annexe XVIII comprennent également les œuvres d’art. Toutefois, selon la Russie, les sanctions concernent le commerce des produits de luxe et non les biens appartenant à l’État qui, comme dans le cas présent, ont été prêtés à l’étranger pour des expositions.

Le 10 mars, la Russie avait exigé de l’Italie le retour rapide des œuvres prêtées dans notre pays. La situation a ensuite été résolue grâce à l’intervention de la diplomatie culturelle promue par la Fondation Hermitage Italie qui, grâce à son travail et à celui de son secrétaire général Maurizio Cecconi, a fait en sorte que le ministère russe de la culture accorde un délai supplémentaire pour que les œuvres restent en Italie. La position de l’Italie sur la question avait été exprimée par le ministre Dario Franceschini au moment de la demande de restitution de la Russie (“il me semble clair que lorsqu’un propriétaire demande la restitution de ses œuvres, celles-ci doivent être restituées”, avait-il déclaré à l’agence ADN Kronos) et est aujourd’hui réaffirmée par Maurizio Cecconi lui-même: “Je ne peux que me référer à la position du ministre Dario Franceschini qui, lorsqu’il a été annoncé que les œuvres appartenant au musée avaient été demandées par la Russie, avait déclaré que les œuvres devaient être restituées à leur propriétaire légitime”, a-t-il déclaré à la Repubblica. Il est clair, a-t-il ajouté, que les œuvres d’art ne sont pas une sorte de luxe, mais un patrimoine de l’humanité et que si la culture est cette chose qui doit encore entretenir un minimum de relations, ces relations doivent être respectées.

La saisie des œuvres russes n’a jamais été considérée comme une option, même en France, où elle a été discutée pour les œuvres de la collection Morozov provenant de plusieurs musées russes (tels que l’Ermitage à Saint-Pétersbourg, le musée Pouchkine à Moscou et la galerie nationale Tretiakov à Moscou) et prêtées à la Fondation Louis Vuitton à Paris en vue d’une grande exposition. La position transalpine n’a pas changé puisque la France a fait savoir la semaine dernière que les œuvres prêtées pour l’exposition parisienne seront dûment restituées.

La Finlande retient des œuvres russes de retour d'expositions en Italie et au Japon
La Finlande retient des œuvres russes de retour d'expositions en Italie et au Japon


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.