Le décret sur les écovandales est devenu une loi : des peines de 10 à 60 000 euros pour ceux qui dégradent ou détruisent des biens culturels.


Le ddl dit "écovandales", proposé par le ministre Sangiuliano, a été approuvé aujourd'hui par la Chambre des députés et est devenu une loi : des peines de 10 000 euros sont prévues pour toute personne qui détruit, dégrade ou abîme des biens culturels ou paysagers.

Le projet de loi Sangiuliano sur les dommages aux biens culturels, également connu sous le nom de projet de loi “éco-vandales”, est devenu une loi: La Chambre des députés a approuvé aujourd’hui, par 138 voix contre 92 et 10 abstentions, le projet de loi d’initiative gouvernementale (en fait proposé par le ministre Gennaro Sangiuliano) concernant les “dispositions sanctionnant la destruction, la dispersion, la détérioration, la dégradation, la défiguration et l’utilisation illégale du patrimoine culturel ou paysager”.

La loi prévoit que quiconque détruit, disperse, détériore ou rend totalement ou partiellement inutilisable, ou inutilisable, des biens culturels ou paysagers lui appartenant ou appartenant à autrui sera puni d’une sanction administrative allant de 20 000 à 60 000 euros. D’autre part, des sanctions de 10.000 à 40.000 euros sont prévues pour quiconque dégrade ou défigure des biens culturels en vue d’un usage préjudiciable à leur conservation ou à leur intégrité ou d’un usage incompatible avec leur caractère historique ou artistique. Le produit des amendes sera réaffecté au ministère de la Culture pour être utilisé en priorité pour la restauration des biens. Les modalités d’affectation et de gestion du produit des amendes administratives relatives à ces infractions sont définies par un arrêté du ministre de l’économie et des finances pris en accord avec le ministre de la culture. Dans les trente jours de la notification du rapport d’évaluation, le contrevenant est autorisé à payer la pénalité à un montant réduit. Toutefois, l’application de la réduction de peine n’est pas permise si le destinataire de la sanction a déjà fait usage de la même faculté au cours des cinq années précédentes.

Cette nouvelle loi fait partie d’un cadre réglementaire lié à la loi 22 de 2022, qui a introduit un nouveau titre dans le code pénal , consacré aux délits contre le patrimoine culturel, composé de 17 nouveaux articles, par lesquels sont punis le vol, l’escroquerie, le recel, le blanchiment d’argent et l’auto-blanchiment et les dommages au patrimoine culturel, avec des peines plus sévères que celles prévues pour les délits simples correspondants. L’article 518-duodecies du code pénal, en particulier, réglemente le délit de destruction, de dispersion, de détérioration, de dégradation, de détérioration et d’utilisation illicite du patrimoine culturel ou paysager. Le fait d’endommager et de détruire des biens culturels est puni par l’article 518 duodecies d’une peine d’emprisonnement de deux à cinq ans et d’une amende de 2 500 à 15 000 euros, tandis que le fait de dégrader ou de défigurer des biens culturels est puni d’une peine d’emprisonnement de six mois à trois ans et d’une amende de 1 500 à 10 000 euros. La loi introduisant les sanctions administratives de 20 à 60.000 euros et de 10 à 40.000 euros précise que la perception de l’amende ou de la sanction administrative pécuniaire est limitée à la partie excédant celle perçue par l’autorité administrative ou judiciaire respectivement.

“Je remercie le Parlement pour son travail, d’abord le Sénat et maintenant la Chambre, pour avoir enfin pu atteindre cet objectif fondamental”, a déclaré le ministre Sangiuliano. “Aujourd’hui est un bon jour pour la culture italienne et, en particulier, pour le patrimoine artistique et architectural de la nation. Avec l’approbation finale à Montecitorio, le projet de loi sur les ’éco-vandales’, que j’ai fortement soutenu, devient loi et établit un principe essentiel : désormais, ceux qui causent des dommages au patrimoine culturel et paysager seront obligés de payer de leur poche le coût de la restauration complète des œuvres. Les auteurs d’actes de vandalisme sur les œuvres d’art et les monuments nationaux, patrimoine de notre identité et de notre humanité, doivent savoir qu’ils seront personnellement responsables sur le plan patrimonial. Il s’agit en effet de sanctions administratives qui peuvent être prononcées immédiatement par le préfet du lieu où l’acte est commis, sur la base de plaintes déposées par des agents publics. Il convient également de rappeler, une fois de plus, que porter atteinte à l’art, c’est aussi porter atteinte à la nature, car en vertu de l’anthropisation du paysage, certains lieux ou monuments sont devenus partie intégrante de nos villes. La mission de l’Etat, inscrite à l’article 9 de la Constitution, est de préserver ce bien unique et précieux que nous avons le devoir de protéger et de préserver pour les générations futures”.

Les réactions

Avec cette mesure, déclare Federico Mollicone (FdI), président de la commission de la culture à la Chambre des députés, personne n’interdit le droit de manifester dans les formes civilisées et attendues. Assez du narcissisme médiatique de groupes comme Ultima Generazione, qui ont le droit de manifester pour l’avenir de la planète mais de manière positive en nettoyant les plages comme nous l’avons fait avec l’inoubliable Paolo Colli. Cette mesure comble les lacunes de la loi Franceschini-Orlando et met à jour la question de la sécurité du patrimoine culturel".

“L’approbation à la Chambre des députés de la loi contre les éco-vandales, voulue par le ministre de la Culture, Sangiuliano, qui punira enfin de peines plus sévères ceux qui endommagent, détruisent, dégradent et défigurent le patrimoine culturel et paysager”, déclare Maurizio Gasparri, chef de file de Forza Italia au Sénat. “Il est important de prendre des mesures plus décisives contre les vandales qui provoquent ces désastres souvent irréparables. Le gouvernement montre une fois de plus qu’il sait comment agir avec les bonnes mesures, comme dans ce cas en protégeant notre patrimoine historique et culturel inestimable”.

“C’était une proposition fortement souhaitée par la Ligue et elle est finalement devenue une loi”, déclare Matteo Salvini (Ligue), ministre des Infrastructures. “Vous dégradez des œuvres d’art et des monuments ? Payez immédiatement une amende.”

“Aujourd’hui, dans l’hémicycle, nous assistons à une nouvelle manœuvre sécuritaire de cette majorité avec des mesures que nous pouvons définir ad personam”, déclare Laura Boldrini (PD), “et qui ne font rien d’autre que de restreindre la liberté de dissidence et de manifestation”. Il existe déjà une loi sur la protection du patrimoine culturel, voulue par les ministres Orlando et Franceschini : le durcissement des peines avec des sanctions pénales et administratives n’est qu’un drapeau répressif. Après les jeunes des rave parties, les ONG qui sauvent des vies en mer, cette fois, dans le collimateur de la droite, il y a les filles et les garçons d’Ultima Generazione, accusés de “violence” pour les barrages routiers et d’atteinte au patrimoine culturel alors qu’en réalité, aucun monument n’a été endommagé de façon permanente. La vérité est qu’ils ne tolèrent pas la dissidence et ont recours aux lois pénales pour la supprimer. Les véritables dommages causés au patrimoine culturel italien sont dus aux coupes effectuées par ce gouvernement. Ou encore le sous-secrétaire Sgarbi qui fait l’objet d’une enquête pour blanchiment d’argent sur le patrimoine culturel, ce qui nuit à la réputation de l’Italie. Quand, il y a des années, avec le soutien de la Ligue, les bergers sardes ont bloqué les routes contre les quotas laitiers, et quand les “forconi” ont bloqué les péages autoroutiers (et nous pourrions continuer ainsi), personne n’a pensé à réprimer la dissidence en durcissant les sanctions avec des mesures ad hoc. Il faudrait rappeler à ces gens de droite qu’il n’y a pas de démocratie sans liberté de manifester et sans désobéissance civile non violente".

“Nous serions également prêts à tolérer la promesse d’intégrité et de légalité de la majorité lorsqu’elle présente des mesures propagandistes comme celle-ci contre la dégradation ou la détérioration du patrimoine culturel”, a déclaré Riccardo Ricciardi (M5S). "Seulement, la majorité devrait aussi le faire avec un sous-secrétaire à la culture accusé d’avoir volé un tableau, avec un ministre qui arrête les trains à volonté, avec une ministre du tourisme qui ne paie pas ses employés, avec des suspects de corruption qui, au centre-droit, apparaissent tous les deux jours, le dernier étant le gouverneur de Sardaigne, avec des députés qui tournent le réveillon en compagnie d’un sous-secrétaire. Et dans tout cela, le père fondateur du centre-droit a été condamné et, pour cette raison, exclu du Parlement. Voilà ce que vous êtes, avec quel visage demandez-vous de la rigueur et de la légalité avec votre propagande ?

Le décret sur les écovandales est devenu une loi : des peines de 10 à 60 000 euros pour ceux qui dégradent ou détruisent des biens culturels.
Le décret sur les écovandales est devenu une loi : des peines de 10 à 60 000 euros pour ceux qui dégradent ou détruisent des biens culturels.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.