Le directeur du département d'art contemporain de l'Ermitage quitte la Russie: "l'exode est la seule issue".


Dimitri Ozerkov, directeur de l'art contemporain à l'Ermitage et l'une des figures les plus importantes de la scène artistique russe, quitte le pays: "en Russie, le dialogue et le respect ont cessé de signifier quoi que ce soit, c'est une honte et je me sens coupable".

L’historien de l’art russe Dimitri Ozerkov, directeur depuis 2007 du département d’art contemporain de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg et responsable de la collection d’estampes du musée, poste qu’il a occupé jusqu’à peu après le début de la guerre en Ukraine, a annoncé qu’il quittait la Russie. Ozerkov est l’une des figures de proue de l’art russe: en tant que responsable du projet Hermitage 20/21 pour l’art contemporain à l’Ermitage, il a travaillé en 2011 et 2015 sur les projets de son musée liés à la Biennale de Venise, a assuré le commissariat de plus de 40 expositions et a enseigné à l’Université européenne de Saint-Pétersbourg.

Ozerkov a justifié ses décisions par un post sur Instagram dans lequel il fait savoir qu’il n’a pas travaillé avec l’Ermitage depuis début mars, période à partir de laquelle il a démissionné et décidé de ne plus participer aux activités du musée. Je suis parti“, a déclaré Ozerkov, ”parce que je n’ai pas l’intention d’avoir quoi que ce soit en commun avec la Russie d’aujourd’hui“. En 2006, lorsque le département d’art contemporain a été conçu et a commencé à être mis en œuvre par le directeur général, il a été considéré comme une nouvelle partie intégrante du musée, capable de faire revivre l’ancienne collection et de lui donner de nouveaux vecteurs de développement et d’interprétation, capable de donner à l’art classique une nouvelle façon de s’exprimer. Il s’agissait d’un projet ambitieux et puissant qui a influencé l’image et façonné le statut du musée. Il s’est construit sur le dialogue et le respect mutuel des langues et des pays, des nationalités et des religions, de l’histoire et de la modernité. Dans le cadre de Manifesta 2014, nous avons pu exposer des œuvres de Boris Mikhailov et des portraits russes de Marlene Dumas. De nouvelles œuvres d’Anselm Kiefer ont été exposées dans le Nicholas Hall en 2017, des œuvres de Jan Fabre ont été exposées dans tout le musée en 2016.”

“Après que la Russie a envoyé ses troupes en Ukraine, poursuit Ozerkov, le dialogue et le respect ont cessé de signifier quoi que ce soit en Russie, les informations ont été remplacées par une propagande qui ne dit rien des forces armées russes accusées de nombreux crimes contre la population civile. En tant que citoyen russe, j’ai également considéré que cette honte était de ma faute et j’ai partagé cette opinion. J’ai donc choisi de ne plus rien faire dans et pour la Russie d’aujourd’hui”. M. Ozerkov a également fait savoir qu’il avait quitté tous les autres postes qu’il occupait, y compris celui de conseiller culturel de la ville de Saint-Pétersbourg.

Ozerkov a conclu en disant au revoir à "tous ceux pour qui le mot grec Exodos, utilisé par les auteurs de la version des Septante, est devenu la seule issue possible à la situation actuelle. La Russie a éliminé tous ceux d’entre nous qui ne voulaient rien d’autre que faire du bien à sa culture". Par la suite, Ozerkov a posté une image d’un lieu non spécifié au Moyen-Orient, suggérant qu’il s’agit de la destination qu’il a prise en quittant le pays.

Le directeur du département d'art contemporain de l'Ermitage quitte la Russie:
Le directeur du département d'art contemporain de l'Ermitage quitte la Russie: "l'exode est la seule issue".


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.