Les temples de la Grèce antique étaient-ils équipés de toboggans pour les personnes handicapées ? La recherche veut le prouver


Une étude de l'université d'État de Californie vise à prouver que les temples de la Grèce antique disposaient de rampes d'accès pour les personnes handicapées.

Des recherches menées à l’université d’État de Californie visent à prouver que les Grecs de l’Antiquité s’occupaient des personnes handicapées et que les toboggans pour handicapés d’aujourd’hui ne sont pas une invention moderne, mais qu’ils étaient déjà utilisés dans les temples grecs de l’Antiquité. L’archéologue américaine Debby Sneed est parvenue à cette conclusion en étudiant un certain nombre de temples grecs, datant principalement du IVe siècle avant J.-C. : selon elle, il y a toujours eu des éléments permettant d’arriver à cette conclusion, mais le sujet n’a pas été approfondi. Son étude a été publiée avant-hier dans l’une des plus prestigieuses revues académiques d’archéologie, Antiquity, publiée par l’université de Cambridge.

Dans l’imaginaire collectif, explique Sneed à la revue Science, il y a l’idée que les Grecs étaient tous athlétiques et en bonne santé et qu’“il n’y avait pas de place dans la société grecque pour quelqu’un qui n’avait pas un corps valide”. En fait, les œuvres d’art elles-mêmes suggèrent le contraire : les représentations vasculaires et les sculptures abondent de personnes se tenant à des bâtons ou marchant avec des béquilles, et les études anatomiques des squelettes révèlent que l’arthrite et les problèmes d’articulation étaient courants. Les études anatomiques des squelettes révèlent que l’arthrite et les problèmes articulaires étaient fréquents. De plus, on trouve de nombreuses descriptions de troubles physiques non seulement chez Hippocrate, mais aussi dans les œuvres d’Homère, d’Hésiode et d’autres auteurs grecs de l’Antiquité. En outre, de nombreuses personnes handicapées ont déposé de nombreuses offrandes dans les sanctuaires dédiés à Asclépios, le dieu de la médecine.

C’est précisément au dieu Asclépios que l’on associe la découverte des toboggans pour handicapés. Ou plutôt : la présence de rampes dans les temples grecs est connue depuis longtemps, mais on pensait qu’elles étaient principalement destinées au transport (par exemple, d’animaux sacrifiés lors de rituels, ou d’objets décoratifs). Mais l’étude des temples d’Asclépios a suggéré que les goulottes servaient probablement aussi aux handicapés : les deux sanctuaires les mieux conservés dédiés au dieu possèdent en effet beaucoup plus de rampes de ce type que d’autres édifices sacrés similaires, signe qu’elles servaient manifestement à faciliter l’accès des personnes demandant à la divinité de leur accorder sa clémence pour leurs problèmes physiques. Le bâtiment principal du sanctuaire d’Asclépios à Epidaure, par exemple, possède une rampe principale et deux autres rampes latérales, et au total, il y avait au moins onze chutes de pierre dans les différents temples qui le composaient : "Les preuves dont nous disposons, lit-on dans l’étude, indiquent que les sanctuaires dédiés à la guérison, qui accueillaient de nombreuses personnes souffrant d’une grande variété de maladies, de blessures et de problèmes de santé, y compris des problèmes de mobilité, avaient plus de rampes que les sanctuaires dédiés à d’autres choses. Le sanctuaire d’Epidaure, le plus important pour la guérison, se composait de plusieurs bâtiments, tous équipés de rampes, et il en va de même pour celui de Corinthe. Dans les environs de la ville, explique Sneed, il y avait un temple d’Asclépios équipé de pas moins de deux rampes, et cette caractéristique n’est observée que dans les plus grands temples, comme le temple de Zeus à Olympie, l’un des plus grands édifices de culte de toute la Grèce antique.

Selon Science, les recherches de Sneed suscitent toutefois un certain scepticisme au sein de la communauté. Selon Katja Sporn, directrice de l’Institut allemand d’archéologie d’Athènes, qui avait déjà examiné les rampes d’accès aux temples grecs dans l’une de ses études, elle constate que de telles structures abondent, notamment dans le Péloponnèse, et qu’il s’agit, selon elle, d’une simple tendance architecturale. Ou, au mieux, qu’il s’agissait de parties du bâtiment destinées à des usages différents : “elles aidaient tout le monde, et pas seulement les handicapés. Mais je ne suis pas convaincue qu’ils aient été spécifiquement conçus pour les personnes handicapées”. D’autres encore (comme Jane Draycott de l’université de Glasgow) saluent l’étude de Sneed comme un pas en avant dans la compréhension de ce qu’était la vie des handicapés dans le passé. Draycott n’est pas d’accord avec son collègue : "ces sites rassemblaient principalement des personnes handicapées : ne serait-il pas logique de penser qu’ils essayaient d’être plus confortables pour elles ?

La photo montre une représentation artistique d’une rampe dans le sanctuaire d’Asclépios à Epidaure.

Les temples de la Grèce antique étaient-ils équipés de toboggans pour les personnes handicapées ? La recherche veut le prouver
Les temples de la Grèce antique étaient-ils équipés de toboggans pour les personnes handicapées ? La recherche veut le prouver


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.