Manifestation des travailleurs de la culture délocalisés à Rome : "Stop aux abus, réforme du secteur".


Une importante manifestation de travailleurs culturels externalisés a eu lieu ce matin à midi, directement devant le siège du ministère de la culture à Rome. La place a exigé qu'il soit mis fin aux abus et que le secteur soit réformé.

Lestravailleurs culturels sont descendus dans les rues de Rome ce matin pour protester contre les conditions de travail délocalisées, directement devant le siège du ministère de la Culture, Via del Collegio Romano. La manifestation était organisée par l’association Mi Riconosci et a été rejointe par plusieurs syndicats : UCLAS, UILPA, COBAS Private Work, USB Culture and Entertainment, et les Fédérations des Jeunes Démocrates de Rome, Lazio, Marche, Trentino, Venise, Padoue, Emilia-Romagna et Toscane, ainsi que de nombreux citoyens.

La manifestation a rassemblé des travailleurs de toute l’Italie travaillant dans différentes structures (musées, bibliothèques, parcs archéologiques), chacun ayant une histoire différente d’exploitation et d’abus. De Tarente, où les employés du musée ont perdu leur emploi après vingt ans, remplacés par une application, à Ostia Antica, où le contrat pour la librairie et la billetterie n’a pas fait l’objet d’un appel d’offres et où douze employés ont perdu leur emploi, en passant par le Palazzo Barberini à Rome, où des conditions contractuelles de plus en plus défavorables et des conditions de travail de plus en plus dures ont été imposées aux employés du musée, où l’on dénonce des conditions contractuelles de plus en plus défavorables et des salaires horaires de plus en plus bas pour les travailleurs externalisés, alors que la présence de ces travailleurs est indispensable, et encore de Pompéi, où face à une augmentation continue des recettes jusqu’en 2019, des dizaines de travailleurs externalisés ont vu leur salaire s’arrêter à 7 euros de l’heure. Tout cela est aggravé par l’effondrement du tourisme, qui a imposé des horaires de travail plus lourds, moins d’avantages, moins de perspectives, et donc un effondrement des droits pour les travailleurs, mais aussi un effondrement de la qualité du service pour les citoyens.

Les manifestants ont scandé des slogans tels que “Stop à l’externalisation” et “Dario à terre”, tout en distribuant des tracts racontant des histoires de travailleurs culturels. Un groupe de manifestants a dessiné le slogan principal de la manifestation (“Sans culture, pas d’avenir”) sur une banderole déployée devant le ministère. Après avoir demandé à plusieurs reprises à être reçue par la direction du ministère, une délégation de deux activistes a rencontré le chef de cabinet, Lorenzo Casini. “Pour la énième fois, nous avons demandé à rencontrer le ministre Franceschini, car nous pensons que réformer le système culturel italien, dépasser la logique du tourisme de masse et de l’exploitation économique, pour construire un système culturel national qui offre des services de qualité aux citoyens et pour les citoyens, est la seule alternative possible pour éviter un effondrement culturel et social. Il est urgent et nécessaire de dépasser le système actuel d’externalisation et de garantir un travail décent”, concluent les promoteurs de la manifestation. Les organisateurs garantissent que cette manifestation ne sera que la première d’une série de mobilisations qui caractériseront l’été des travailleurs du patrimoine culturel.

Un moment de l'événement
Un moment de la manifestation


Un moment de l'événement
Un moment de la manifestation


Un moment de l'événement
Un moment de la manifestation


Un moment de l'événement
Un moment de la manifestation

Déclarations

“En tant que travailleurs du patrimoine culturel, nous sommes en colère et frustrés, la situation est de plus en plus insoutenable, nous avons des collègues qui risquent d’être expulsés ou qui ont dû changer d’emploi après vingt ans”, déclare Eleonora Fossi de l’association Mi Riconosci, “mais bien que tout cela soit évident et connu depuis un certain temps, bien que nous n’ayons jamais manqué de propositions de réforme, le ministère a décidé ces derniers mois de ne pas écouter la voix de ces travailleurs, préférant se retrancher dans la préservation d’un système basé sur les profits pour quelques-uns et sur l’exploitation et les dommages pour beaucoup. C’est pourquoi nous sommes ici”.

“Aujourd’hui, devant le ministère de la culture”, déclare Daniela Pietrangelo de Mi Riconosci, “nous, professionnels et professionnels du secteur culturel, ou futurs professionnels, unis par l’association Mi Riconosci, avons décidé de manifester en acceptant la demande des travailleurs externalisés et exploités de toute l’Italie. Au cours des 15 mois qui se sont écoulés depuis la première fermeture, au cours de laquelle toutes les contradictions d’un secteur culturel mal organisé et mal géré ont explosé pendant des décennies, le ministère a décidé de ne pas écouter les nombreuses analyses et propositions produites par nous, les travailleurs, préférant distribuer des subventions exceptionnelles à tous ceux qui sont entrés en crise au cours de ces mois d’effondrement du tourisme, dans le but de cristalliser le système précédent à la recherche d’un redémarrage qui, sans une réforme structurelle, ne pourra jamais avoir lieu. Les histoires des travailleurs sur la place aujourd’hui témoignent de la façon dont cette recette s’est déjà avérée être un échec, pour le patrimoine, pour ceux qui y travaillent et pour l’ensemble du système national”.

“Suite au changement de contrat, tous les travailleurs qui avaient appliqué la CCNL de Federculture”, dit Enzo Miccoli, délégué USB rsa à la Reggia di Venaria, “ont vu tous leurs droits anéantis et le contrat multiservice de la société CoopCulture a été appliqué. Nous descendons dans la rue parce que les travailleurs des musées doivent se rebeller contre une situation d’exploitation et de précarité qui dure depuis des années et sur laquelle repose le modèle culturel de nos classes dominantes. Les contrats et les sous-contrats sont le problème, le salaire minimum par la loi et l’internalisation sont la solution”.

“Il est clair qu’il s’agit d’une question de justice sociale et de respect des règles constitutionnelles, compte tenu également de la pénurie atavique de personnel certifiée par le Conseil supérieur des biens culturels lui-même”, déclare Luigi Napolitano, travailleur privé de la COBAS, qui travaille à Pompéi. “En 2020, 500 recrutements ont été prévus par l’intermédiaire des centres pour l’emploi parmi les chômeurs de longue durée titulaires d’un diplôme de fin d’études secondaires, c’est-à-dire un recrutement de nouveau personnel qui effectuera les mêmes tâches que celles effectuées depuis plus de vingt ans par des travailleurs d’entreprises privées qui, de toute évidence, ont déjà une expérience professionnelle spécifique. Or, ces nombreuses années d’expérience professionnelle ne sont pas reconnues et n’ont jamais été prises en compte dans les concours publics ni même par les agences pour l’emploi. Nous demandons l’internalisation comme solution définitive au régime de précarité, comme le font depuis des années les associations culturelles, les mouvements, les comités, les travailleurs et autres syndicats de base”.

“Dans la grave crise de l’emploi qui frappe notre pays”, déclare Federico Trastulli de l’UILPA, “se cache, comme dans une matryoshka, celle de la précarité. Surtout chez les jeunes. De ce point de vue, le secteur culturel ne fait pas exception. Et s’il est vrai que, dans l’opinion collective, quelque chose commence à changer et que les règles des concours qui devraient donner un nouveau souffle à l’Administration publique ont connu une simplification importante, il est tout aussi vrai que les délais de recrutement sont toujours trop longs (sans doute aussi en raison de conditions extérieures) et ne correspondent pas à l’urgence désespérée dans laquelle nous nous trouvons d’embaucher du personnel nouveau, qualifié, éventuellement jeune. La manifestation d’aujourd’hui s’inscrit donc dans un sentiment de solidarité commune avec les milliers de travailleurs contractuels précaires de l’AP et les centaines de travailleurs employés dans les sites culturels de notre ministère, un personnel désormais expérimenté parce qu’en service depuis des décennies, mais avec des salaires indécents et peu de perspectives de stabilisation. Une solidarité qui doit cependant se traduire par des actions concrètes. Des concours sérieux, à intervalles réguliers et en tenant compte des expériences passées. L’administration publique pourrait commencer par utiliser la loi Madia pour régulariser les travailleurs précaires et planifier des sélections visant à reconstituer une main-d’œuvre nationale qui a atteint un taux d’épuisement de 50 %. La route nous semble tracée : elle est certes imperméable, mais elle vaut la peine d’être suivie. L’UILPA est prête à prendre sa part de responsabilité et d’engagement”.

“Depuis mai 2002”, raconte Chiara, employée de musée à Rome depuis 20 ans, “j’ai travaillé et je travaille encore pour trois des plus importants musées d’État de Rome. J’étais et je suis toujours responsable de l’accueil et de la supervision. Malgré mon expérience croissante et désormais prouvée et la formation qui m’a été donnée par le ministère lui-même, je n’ai jamais eu de contrats d’une durée supérieure à quatre mois et j’ai changé environ 13 fois d’entreprise. Malgré l’apparente continuité, je peux me considérer comme un travailleur précaire ”daté“. Le problème n’est pas les lieux, les structures dans lesquelles nous travaillons : je me plains du système, qui est mauvais. Cela fait des années qu’il n’y a pas de concours, des années que l’on vide les musées et que l’on se sert de nous qui, tôt ou tard, resterons à la maison. Ne nous attardons donc pas sur les structures, le système est pourri et c’est ce que notre ministère doit changer”.

“Mes collègues et moi, raconte Matteo, ancien opérateur de l’Ostia Antica, avons été licenciés parce que l’appel d’offres n’a pas été lancé. Pendant vingt ans, nous avons travaillé au bar, à la billetterie et à la librairie. Avec une manifestation d’intérêt, une nouvelle coopérative (CoopCulture) a pris le relais et n’a prévu la réouverture ni du bar ni de la librairie et surtout n’a repris aucun des employés de l’ancienne coopérative. Nous nous sommes donc retrouvés sans travail, tandis que le site se retrouvait avec moins de services. Cela nous est arrivé, mais aussi à beaucoup d’autres sites italiens, surtout après le ”lockdown" de 2020.

Manifestation des travailleurs de la culture délocalisés à Rome :
Manifestation des travailleurs de la culture délocalisés à Rome : "Stop aux abus, réforme du secteur".


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.