Palais royal de Caserte : six concierges licenciés pour absentéisme


Six employés du Palais royal de Caserte, accusés d'absentéisme, ont été licenciés en application de la loi Madia.

Six employés du Palais royal de Caserte ont été licenciés sur le champ pour absentéisme présumé : pour les six travailleurs, la loi Madia a été appliquée, qui stipule qu’un employé de l’administration publique peut être licencié pour de tels motifs même sans attendre l’issue du procès, comme le prévoyait la législation précédente. L’enquête sur les employés avait commencé en 2016, lorsque des objets de peu de valeur avaient été volés dans la buvette de la Reggia, et qu’il s’était avéré que les gardiens n’étaient pas en service et n’avaient donc pas pu surveiller les salles dans lesquelles l’épisode s’était produit. Dans le cadre de l’enquête, la police a installé, à l’automne 2016, des micro-caméras qui ont détecté la façon dont les employés accusés tamponnaient leurs fiches de présence avant de quitter la Reggia.

“J’ai l’intention d’enquêter sur tous les profils de ce qui s’est passé à la Reggia di Caserta et je demanderai les actes au ministère compétent”, a déclaré à l’ANSA la ministre de l’Administration publique Giulia Bongiorno, selon laquelle “l’absentéisme doit être combattu sans hésitation”. Angelo Donia, employé de la zone de surveillance où travaillaient également les six employés licenciés et responsable du syndicat Uil-Pa, a également déclaré à l’ANSA que “l’Uil-Pa ne défend pas les cartomanciens, mais les travailleurs, qui ont non seulement des droits, mais aussi des devoirs”. Cependant, nous nous demandons pourquoi le pouvoir judiciaire a remarqué cette situation, alors que l’administration ne l’a pas fait. Depuis onze ans que je travaille à la Reggia, pas une seule fiche de contrôle de présence n’a été émise ; alors que depuis 2015, lorsque la Reggia est devenue autonome en se détachant de la Surintendance, des contrôles de présence sont émis presque tous les jours par cette dernière".

Le directeur du Palais royal de Caserte, Mauro Felicori, ne commente pas l’affaire : “Je ne commente pas les mesures, qui relèvent de la responsabilité du ministère, mais je ne fais que répéter ce que j’ai dit lorsque l’affaire a éclaté, à savoir que ”lorsqu’une pathologie est constatée et combattue, c’est toujours une chose positive“”.

Photo : le Palais Royal de Caserte. Ph. Crédit Antonio Gentile

Palais royal de Caserte : six concierges licenciés pour absentéisme
Palais royal de Caserte : six concierges licenciés pour absentéisme


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.