Qui sont les mécènes d'aujourd'hui ? Quels sont les problèmes du mécénat ? Des entrepreneurs, des directeurs de musée et des experts s'expriment


Ces dernières années, l’intérêt pour le thème du mécénat culturel s’est accru en Italie, mais nous sommes encore loin de nombreux autres pays européens où la relation entre les secteurs public et privé est plus vertueuse et où de nombreux musées et instituts publics parviennent à attirer des fonds et des investissements privés avec plus de succès. Quels sont les principaux problèmes auxquels les mécènes sont confrontés dans notre pays ? Sur quels aspects la politique doit-elle intervenir de la manière la plus urgente ? Comment inciter les entreprises et les particuliers à investir dans la culture (par exemple dans l’entretien et la préservation des biens publics, dans le soutien aux musées, bibliothèques, archives, parcs, théâtres, fondations d’opéras et de concerts symphoniques pour leurs activités, dans l’organisation d’expositions, etc.) ) ? La mentalité du mécène est-elle suffisamment répandue en Italie parmi les entreprises et les particuliers ?

Nous avons discuté de ces questions avec des experts du domaine : entrepreneurs, directeurs de musée, gestionnaires, qui débattront du mécénat contemporain dans le numéro 2 de Finestre sull’Arte on paper. Les intervenants sont : Patrizia Asproni (Présidente de Confcultura et Présidente du Musée Marino Marini, Florence), Giulio Bargellini (Entrepreneur et fondateur du Musée MAGI ’900, Pieve di Cento), Piero Boccardo (Directeur des Musées Strada Nuova, Museo di Sant’Agostino et Museo del Tesoro, Gênes), Carolina Botti (Directrice centrale d’Ales s.p.a. et référente MiBAC pour l’Art). et référent MiBAC pour Art Bonus), Alessandro Crociata (économiste culturel, professeur d’économie appliquée, Institut scientifique du Gran Sasso, L’Aquila), Cecilie Hollberg (directrice de la Galleria dell’Accademia, Florence), Stefano L’Occaso (historien de l’art, ministère des biens et activités culturels), Stefano L’Occaso (directeur de la Galleria dell’Accademia, Florence), Stefano L’Occaso (historien de l’art, ministère des biens et activités culturels, L’Aquila).L’Occaso (historien de l’art, ministère des biens et activités culturels, L’Aquila), Patrizia Sandretto Re Rebaudengo (collectionneuse et présidente de la Fondazione Sandretto Re Rebaudengo), Michele Trimarchi (professeur d’économie culturelle, université de Bologne), Beatrice Trussardi (entrepreneuse et présidente de la Fondazione Nicola Trussardi).

Comme d’habitude, nos invités ont offert des contributions articulées qui donnent vie à une réflexion qui prend en compte de nombreux points de vue et que, comme prévu, vous pourrez lire dans le deuxième numéro du trimestriel imprimé Finestre sull’Arte. La revue est en vente uniquement par abonnement, au prix de 29,90 € pour quatre numéros (plus une modeste participation aux frais d’envoi), et ce jusqu’au 19 mai : après cette date, la campagne sera clôturée et ceux qui ne se seront pas abonnés perdront le numéro. De plus amples informations sont disponibles sur la page consacrée au magazine imprimé.

Qui sont les mécènes d'aujourd'hui ? Quels sont les problèmes du mécénat ? Des entrepreneurs, des directeurs de musée et des experts s'expriment
Qui sont les mécènes d'aujourd'hui ? Quels sont les problèmes du mécénat ? Des entrepreneurs, des directeurs de musée et des experts s'expriment


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.