Les canoës trouvés dans le lac de Bracciano sont vieux de 7 000 ans. La découverte de l'Université de Pise


Les cinq canoës trouvés dans le site submergé de Marmotta, au fond du lac de Bracciano, ont plus de sept mille ans. La découverte a été faite par l'Université de Pise.

Les cinq canoës trouvés sur le site submergé de Marmotta, au fond du lac de Bracciano, ont plus de sept mille ans : Cette découverte, qui jette un nouvel éclairage sur les compétences des anciennes sociétés néolithiques en matière de navigation et de technologie maritime, est due à l’Université de Pise et est le résultat d’années de recherche et de fouilles archéologiques menées par un groupe d’experts de l’Université de Pise . est le résultat d’années de recherches et de fouilles archéologiques menées par un groupe d’experts de l’Université de Pise, du Musée des civilisations et du CSIC - Consejo Superior de Investigaciones Científicas, un organisme public dépendant du ministère espagnol de la culture. Grâce à leurs efforts, il a été possible de dater précisément ces anciens récipients et de mieux comprendre le contexte historique et culturel dans lequel ils étaient utilisés.

Le site de Marmotta, situé à environ 300 mètres de la rive actuelle du lac de Bracciano et à une profondeur d’environ 11 mètres, a été fouillé entre 1992 et 2006. Les archéologues subaquatiques impliqués dans le projet ont travaillé avec dévouement pour explorer et documenter ce site archéologique subaquatique. Les canoës et les objets nautiques trouvés dans la Marmotte témoignent des prouesses technologiques des sociétés néolithiques dans le domaine de la navigation. Ces embarcations n’étaient pas seulement des moyens de transport, mais représentaient également un outil essentiel pour l’expansion et le développement des communautés le long de la côte méditerranéenne. Grâce à leur capacité à naviguer, les peuples anciens ont pu explorer de nouvelles terres, contribuant ainsi à la diffusion de la culture et de la connaissance dans le monde antique. La datation précise des embarcations est le fruit d’un travail de recherche méticuleux, dont les résultats ont été récemment publiés dans la revue scientifique PLOS.

Les recherches sur les cinq pirogues trouvées sur le site de Marmot ont été menées dans le cadre du projet dirigé par Niccolò Mazzucco, chercheur à l’université de Pise, en collaboration avec Mario Mineo, ancien conservateur du musée des civilisations, et Juan F. Gibaja, chercheur au CSIC (Consejo Superior de Investigaciones Científicas) à l’Instituto Milà y Fontanals de Investigación en Humanidades (IMF-CSIC). Le projet de recherche a été coordonné par l’Institut Milà y Fontanals de Investigación en Humanidades (IMF-CSIC), avec la collaboration de l’Escuela Española de Historia y Arqueología en Roma (EEHAR-CSIC), du Musée des Civilisations de Rome, de l’Université de Pise et du Centre National d’Accélération (CNA) de Séville. Grâce aux efforts conjoints de ces institutions et de leurs experts, il a été possible de mener des analyses approfondies et d’obtenir des résultats importants sur la datation et l’histoire des cinq pirogues trouvées sur le site de Marmotta.

Les canoës du lac de Bracciano Les pirogues
du lac de Bracciano
Les canoës du lac de Bracciano Les pirogues
du lac de Bracciano
Le site de la Marmotte Le
site
de Marmotta
Le site de la Marmotte
Le
site de la Marmotta

“La Marmotta est un site exceptionnel”, explique l’un des directeurs du projet de recherche, le professeur Niccolò Mazzucco de l’université de Pise. “Il est situé sous les eaux du lac de Bracciano où, dans des conditions anaérobies, ont été conservés des objets qui, dans des conditions normales, auraient dû être détruits. C’est là qu’entre 1994 et 2005, grâce aux fouilles menées par la Surintendance spéciale de l’époque pour le musée ethnographique préhistorique ”Luigi Pigorini", aujourd’hui musée des civilisations, les cinq pirogues qui font l’objet de notre étude ont été retrouvées. Ces pirogues sont exceptionnelles par leur état de conservation et leur taille, la plus grande mesurant environ 11 mètres de long. Mais surtout, ce sont des pirogues dont les caractéristiques révèlent une technologie de navigation remarquablement avancée. Aujourd’hui, enfin, grâce à la datation au carbone 14, réalisée au Centre national d’accélération (CNA), on peut affirmer avec certitude que ces embarcations ont entre 7 500 et 7 000 ans.

“La complexité technique avec laquelle la coque du bateau et certains éléments qui lui sont associés ont été réalisés est étonnante. Il s’agit sans aucun doute du travail de véritables ingénieurs navals”, explique Mario Mineo, du Musée des civilisations. “En outre, les données confirment que la construction des canoës coïncide avec l’époque d’occupation du site, plus ou moins entre 5620 et 5300 avant J.-C., lorsque les premiers groupes d’agriculteurs et de bergers qui ont occupé le centre de la péninsule italienne ont vécu ici. Cela nous permet d’affirmer qu’il s’agit des canoës néolithiques les plus anciens de toute l’Europe”.

Les canoës trouvés dans le lac de Bracciano sont vieux de 7 000 ans. La découverte de l'Université de Pise
Les canoës trouvés dans le lac de Bracciano sont vieux de 7 000 ans. La découverte de l'Université de Pise


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.