Remarquable découverte archéologique en Toscane : un sanctuaire romain réapparaît à San Casciano dei Bagni


Dans les eaux de San Casciano dei Bagni (Sienne), en Toscane, réapparaît un sanctuaire romain dédié à diverses divinités : une découverte archéologique importante.

Importantes découvertes archéologiques lors des fouilles de Bagno Grande à San Casciano dei Bagni (Sienne) : en août dernier déjà, les traces de l’entrée monumentale d’un sanctuaire romain avaient ressurgi de la boue du bain et, abandonné sur le seuil, un autel en travertin avait été retrouvé. L’inscription “sacré pour Apollon” ne laissait aucun doute sur la divinité tutélaire du sanctuaire. Avec la reprise des fouilles à l’automne, malgré les difficultés liées au fait que les archéologues devaient travailler immergés dans l’eau chaude en raison de la nature du site, et bien sûr avec toutes les limitations imposées par le protocole de la pandémie COVID-19, l’équipe du Roman Baths Project a vu réapparaître la fouille stratigraphique d’un jardin abandonné à quelques mètres seulement des thermes publics encore utilisés aujourd’hui, les vestiges d’un sanctuaire romain bien conservé, dont le caractère sacré est scellé par des autels dédiés à Fortuna Primigenia, Isis et Apollon, et une statue de marbre représentant Hygieia, que les jeunes archéologues de l’équipe de fouilles (étudiants de diverses universités italiennes et internationales, de Sienne, Pise, Florence, Rome La Sapienza, Sassari, Dublin et Chypre) ont touchée avant même de la voir émerger clairement de la boue brûlante.

En seulement deux mois de fouilles, une partie de la séquence de vie du site cultuel est apparue clairement. Le plan monumental du sanctuaire remonte à l’époque augustéenne : il s’agit d’une structure construite sur un site sacré à l’époque étrusque et au moins à l’époque hellénistique. À l’époque augustéenne, le sanctuaire se présentait sous la forme d’un édifice à toit compluvium surmontant un bassin central circulaire, reposant sur quatre colonnes toscanes, avec un propylée d’entrée au sud bordé par deux colonnes à base attique. À la suite d’un incendie qui s’est probablement produit au milieu du Ier siècle après J.-C., entre l’époque flavienne et l’époque trajane, le bâtiment a été reconstruit et agrandi. Vers la fin du IIe siècle après J.-C., trois autels en travertin, dédiés également à Fortuna Primigenia et à Isis, ont été placés au cœur du sanctuaire, au bord de la piscine d’eau chaude qui jaillit à 42°. Un véritable Grand Bain puisque tant de divinités différentes étaient réunies en un seul lieu.

Les fouilles archéologiques sont concédées à la Commune de San Casciano dei Bagni par la Direction Générale de l’Archéologie, des Beaux-Arts et du Paysage du Ministère de la Culture et ont été immédiatement conçues comme une collaboration de recherche et de protection entre la Commune et les Surintendances de Sienne, Grosseto et Arezzo. La direction des fouilles est confiée à Emanuele Mariotti, archéologue expert en topographie et géophysique appliquées à l’archéologie, et la coordination du comité scientifique est assurée par Jacopo Tabolli, fonctionnaire de la Surintendance et professeur à l’Université pour étrangers de Sienne. Stefano Camporeale (Université de Sienne), Paraskevi Christodoulou (Université de Chypre), Hazel Dodge (Trinity College Dublin) et Lisa Rosselli (Université de Pise) participent également au Comité scientifique. Les découvertes réalisées à San Casciano dei Bagni seront présentées dans un volume intitulé Il Santuario Ritrovato. Nuovi Scavi e Ricerche al Bagno Grande di San Casciano dei Bagni, publié par la maison d’édition Sillabe, sous la direction d’Emanuele Mariotti et Jacopo Tabolli. Le volume, 272 pages en italien avec des chapitres en anglais, rassemble les études de plus de trente auteurs sur les résultats des fouilles de Bagno Grande.

Le sanctuaire romain découvert à San Casciano dei Bagni
Le sanctuaire romain découvert à San Casciano dei Bagni


L'autel d'Apollon
L’autel d’Apollon


L'autel de Fortuna Primigenia
L’autel de Fortuna Primigenia


L'autel d'Isis
L’autel d’Isis


La découverte de l'autel d'Isis
La découverte de l’autel d’Isis


A quoi devait ressembler le sanctuaire
A quoi devait ressembler le sanctuaire

Les déclarations

Remettre en lumière les anciens thermes de San Casciano dei Bagni", déclare Agnese Carletti, maire de San Casciano dei Bagni, “a été le plus grand rêve de l’administration municipale au cours des quinze dernières années”. Après des années d’études, de recherches non invasives et d’élaboration de cartes archéologiques et paysagères de la zone, en août 2020, la découverte passionnante de l’autel dédié à Apollon, le dernier jour de la campagne de fouilles, malgré la plus grande urgence sanitaire du siècle dernier, a ouvert les portes d’une nouvelle ère pour San Casciano et toute la région environnante. Les découvertes ultérieures, entre septembre et octobre derniers, n’ont fait que démontrer que ce que nous sommes en train de réaliser est quelque chose d’unique et d’extraordinaire : nous sommes véritablement en train de redonner une nouvelle splendeur à un ancien sanctuaire à l’intérieur des thermes romains, ceux qui, au fil des siècles, ont fait la grandeur de San Casciano dei Bagni et qui nous offrent aujourd’hui une nouvelle possibilité de croissance, culturelle avant tout, mais pas seulement. Tout cela est une source de grande fierté. Et c’est aussi une fierté d’avoir réussi à le faire en peu de temps, parce que la conscience qui nous guide dans cette entreprise est que la richesse archéologique ne doit pas seulement être découverte et étudiée, mais aussi rendue utilisable. L’espoir est que ce parcours passionnant soit de plus en plus apprécié et compris afin que nous puissions poursuivre les fouilles en tant que grande équipe composée, comme jusqu’à présent, d’institutions et de citoyens travaillant ensemble pour un objectif commun. L’équipe qui s’est constituée au cours de la dernière période est, en fait, l’autre grande source de satisfaction de ce projet".

L’un des plus grands regrets que nous éprouvons dans cette phase historique, de contagions et de restrictions", déclare le directeur Andrea Muzzi, “est certainement celui de ne pas pouvoir vivre avec la plénitude des rencontres et des initiatives la satisfaction d’un travail qui a porté des fruits au-delà de ce que nous aurions pu imaginer”. La découverte des structures d’un sanctuaire dans le territoire enchanté de San Casciano dei Bagni, un nom qui évoque immédiatement des coutumes et des rituels ancrés dans le temps, s’est déroulée dans une phase complexe pour le pays et pour la Surintendance opérant dans la province de Sienne, éprouvée par des pénuries de personnel et de ressources. Mais le bon résultat obtenu démontre, s’il en était besoin, combien nos archéologues ont encore de possibilités et combien le monde de la recherche sur le terrain peut offrir. Au cours de l’année écoulée, des fouilles ciblées, achevées il y a moins de cinq mois et dirigées par Jacopo Tabolli et Emanuele Mariotti, ont permis de mettre au jour non pas de simples fragments mais de riches vestiges de ce qui semble être, notamment grâce à la découverte d’autels et d’un petit simulacre de marbre, un sanctuaire dédié à Apollon, à Fortuna Primigenia et à Isis : les spécialistes ont présenté leurs observations et leurs études dans ce volume, en illustrant un scénario qui, aux yeux d’un historien de l’art, rappelle toutefois une scène composée par Piranèse - dont on a célébré l’année dernière le tricentenaire de la naissance - avec ses créations graphiques et architecturales originales disposées autour d’inscriptions raffinées et de fragments d’architecture, délicatement placés les uns contre les autres, comme une réflexion authentique, bien qu’imprévue, en cours de réalisation sur le temps. La découverte a eu lieu dans un point névralgique du territoire communal et le défi sera certainement, pour toutes les institutions impliquées, de la municipalité aux universités et au ministère lui-même, de réussir à tout présenter et à tout préserver afin que de nombreuses personnes, venues ici pour la beauté des paysages de ces terres, puissent se découvrir un intérêt pour les nombreuses et nouvelles richesses archéologiques".

"L’idée de redécouvrir les anciens bains sancascianais, explique le directeur des fouilles Emanuele Mariotti, vient de loin et a vu, au cours des dix dernières années, l’alternance de diverses initiatives. Depuis 2018, le projet s’est structuré et a défini ses objectifs archéologiques, historiques, paysagers et topographiques. La zone de Bagno Grande est devenue le centre d’activités multidisciplinaires visant à l’investigation non invasive du terrain et à l’identification d’éventuelles zones de fouilles qui pourraient donner corps à la tradition des grandes découvertes dont les pages des historiens locaux sont remplies depuis le XVIe siècle. À cet égard, les technologies de télédétection les plus modernes et les plus efficaces, telles que la géophysique de pointe et les capteurs spéciaux montés sur des drones, ont été largement utilisées. Une zone de fouille prometteuse, adjacente aux réservoirs modernes, a été identifiée en 2020. Les fouilles ont également été l’occasion d’une formation intensive pour les étudiants et les diplômés, visant non seulement les techniques d’investigation du sol, mais aussi la documentation des preuves archéologiques, la première étape vers leur valorisation et leur conservation ultérieures. À cela s’ajoute la confrontation permanente avec les chercheurs qui ont accepté de participer à la publication, confrontation qui a permis l’étude fructueuse des matériaux trouvés, tout en constituant un élément de formation supplémentaire de la plus haute qualité. Les objets exceptionnels arrachés à la boue et les structures monumentales mises au jour sont des découvertes heureuses, en elles-mêmes très rares, mais elles ne sont pas accidentelles : elles sont le fruit d’un travail constant de recherche et d’étude de la région. En plein accord entre les institutions concernées, nous avons donc réalisé cette synthèse entre protection et recherche qui sera le véritable moteur des années à venir".

"Publier intégralement une fouille moins de six mois après son achèvement, commente le responsable archéologique Jacopo Tabolli, est une entreprise assez rare. Ce projet a été motivé par le désir de partager avec la communauté scientifique, avec les collègues chargés de la protection et de la valorisation, ainsi qu’avec le public intéressé par l’archéologie, les premiers résultats d’une fouille qui, nous en sommes certains, permettra de retrouver d’importantes traces du paysage religieux romain de la région dans les années à venir. Le livre part des fouilles de Bagno Grande mais va de la préhistoire du Monte Cetona à la romanisation du territoire en passant par le développement de la ville étrusque de Chiusi. La région de San Casciano dei Bagni est plus méconnue des archéologues que de nombreux sites bien connus du Val di Chiana, du Val di Paglia et du Val d’Orcia, mais dans les pages de ce volume se déroule une histoire riche en preuves archéologiques, qui reste à écrire".

Remarquable découverte archéologique en Toscane : un sanctuaire romain réapparaît à San Casciano dei Bagni
Remarquable découverte archéologique en Toscane : un sanctuaire romain réapparaît à San Casciano dei Bagni


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.