Angleterre, œuvre d'Artemisia Gentileschi découverte dans les réserves de la Royal Collection


En Angleterre, les chercheurs de la Royal Collection ont restauré une peinture jusqu'ici attribuée de manière générique à l'école française du XVIIIe siècle, et pensent qu'il s'agit en fait d'un tableau perdu d'Artemisia Gentileschi ayant appartenu au roi Charles Ier d'Angleterre.

Selon les historiens de l’art du Royal Collection Trust, un tableau d’Artemisia Gentileschi récemment redécouvert dans les réserves de la collection, et dont on savait jusqu’à présent qu’il avait été mal attribué, serait bel et bien de la main d’Artemisia Gentileschi . Le tableau, représentant Suzanne et les vieillards, a été redécouvert grâce au travail des conservateurs du Royal Collection Trust, en particulier l’ancien membre du personnel et historien de l’art Niko Munz, pour retrouver des tableaux vendus et dispersés en Europe après l’exécution du roi Charles Ier d’Angleterre.

Sept des tableaux d’Artemisia figuraient dans les inventaires de Charles Ier, mais on pensait que seul l’Autoportrait avait survécu, les autres étant considérés comme perdus. Cependant, des recherches ont permis aux conservateurs de faire correspondre la description de Suzanne et les vieillards avec un tableau conservé aupalais de Hampton Court depuis plus de 100 ans, attribué de manière générique à l’“école française” et entreposé dans de mauvaises conditions. Plus tard, lors d’un traitement de conservation, la marque “CR” (“Carolus Rex”) a été trouvée au dos de la toile, confirmant que le tableau faisait partie de la collection de Charles Ier.

Selon les spécialistes, le tableau redécouvert constitue “un ajout important au corpus existant d’Artemisia” (selon une note) et “jette un nouvel éclairage sur son processus créatif et sur la période qu’elle a passée à Londres à la fin des années 1730”, lorsqu’Artemisia travaillait aux côtés de son père à la cour de Charles Ier.

Après une restauration minutieuse, la peinture a été exposée aux visiteurs du château de Windsor. Le célèbre Autoportrait comme allégorie de la peinture (également connu sous le nom de “La Peinture”), considéré comme l’une des plus grandes œuvres d’Artemisia, et Joseph et la femme de Putifares de son père Orazio Gentileschi, peint lors de son séjour à Londres, sont également exposés. Les trois tableaux forment une nouvelle exposition temporaire dans le Salon de la Reine, prenant place aux côtés d’autres chefs-d’œuvre de Stuart de la Collection Royale.

Artemisia Gentileschi, Suzanne et les vieillards (1638-1639 ; huile sur toile ; Royal Collection Trust)
Artemisia Gentileschi, Suzanne et les vieillards (1638-1639 ; huile sur toile ; Royal Collection Trust)
La peinture avant restauration
Le tableau avant restauration
Marque du roi Charles trouvée derrière le tableau
Marque du roi Charles trouvée derrière le tableau

Le tableau redécouvert dépeint l’histoire biblique de Suzanne, qui est surprise par deux hommes alors qu’elle se baigne dans son jardin. Pour avoir refusé leurs avances, elle est accusée à tort d’infidélité, ce qui est passible de la peine de mort, mais l’histoire se termine par la reconnaissance de son innocence. Artemisia a toujours mis l’accent sur la vulnérabilité et le malaise de Susanna, qui tente de soustraire son corps au regard des deux vieillards. C’est une histoire à laquelle Artemisia est revenue plusieurs fois au cours de ses 40 ans de carrière : en fait, on connaît aujourd’hui au moins six compositions de l’artiste sur ce thème. L’histoire peut avoir eu une résonance particulière compte tenu de son expérience de la violence sexuelle, Artemisia ayant été violée à l’âge de 17 ans par un artiste dans l’atelier de son père et ayant été soumise à un interrogatoire et à des tortures éprouvantes lors de son procès.

L’histoire du tableau peut être retracée de manière ininterrompue, des documents ayant été retrouvés à chaque siècle depuis sa création. Il a été commandé par Enrichetta Maria de Bourbon-France, probablement vers 1638-1639, pendant le bref séjour d’Artemisia à Londres, où l’artiste assistait son père âgé dans son travail. L’inventaire de 1639 d’Abraham van der Doort, surintendant des peintures du roi auprès de Charles Ier, montre que le tableau était à l’origine accroché au-dessus d’une cheminée dans le salon privé de la reine au palais de Whitehall, une pièce qu’Henrietta Maria utilisait pour manger, se détendre et recevoir de petits groupes d’officiels.

Le tableau a été restitué à Charles II peu après la Restauration en 1660. On pense qu’il était accroché au-dessus d’une cheminée à Somerset House, résidence des reines et consorts, notamment Catherine de Bragance et la reine Anne. Le tableau a peut-être été réattribué à l’“école française” au XVIIIe siècle, lorsque la réputation d’Artemisia a décliné. Il a ensuite été transféré au palais de Kensington, où il est représenté dans une aquarelle de la chambre de la reine en 1819, adossé à un mur, ce qui suggère qu’il était considéré comme l’œuvre d’un artiste mineur ou inconnu et qu’il ne méritait pas d’être accroché. Elle a ensuite été déplacée au palais de Hampton Court, où elle a perdu son cadre à un moment donné. En 1862, elle a été décrite comme étant “en mauvais état” et envoyée pour restauration, et c’est probablement à ce moment-là que des couches supplémentaires de vernis et de surpeinture ont été appliquées.

Depuis sa redécouverte, le tableau a fait l’objet d’un traitement important par les conservateurs du Royal Collection Trust. Le travail a consisté à enlever minutieusement des siècles de saleté en surface, de peinture décolorée et de couches de vernis non originales pour révéler la composition d’origine; à enlever les bandes de toile ajoutées pour agrandir le tableau quelque temps après son achèvement ; à retapisser la toile ; à retoucher d’anciens dommages ; et à remplacer le cadre.

Artemisia Gentileschi, Autoportrait en peinture (1638-1639 ; huile sur toile, 98,6 x 75,2 cm ; Londres, Kensington Palace)
Artemisia Gentileschi, Autoportrait en peinture (1638-1639 ; huile sur toile, 98,6 x 75,2 cm ; Londres, Kensington Palace)
Orazio Gentileschi, Joseph et la femme de Putiphar (vers 1630-1632 ; huile sur toile, 206 x 261,9 cm ; Windsor, château de Windsor)
Orazio Gentileschi, Joseph et la femme de Putiphar (vers 1630-1632 ; huile sur toile, 206 x 261,9 cm ; Windsor, Windsor Castle)
Richard Cattermole, La chambre de la reine (vers 1818)
Richard Cattermole, Chambre à coucher de la reine (vers 1818)
La peinture exposée
La peinture exposée
La peinture exposée
Le tableau exposé

Le Royal Collection Trust a annoncé qu’une analyse de la peinture en cours de conservation avait confirmé la réattribution à Artemisia et donné un aperçu de la méthode de travail d’Artemisia. On pense que l’œuvre a voyagé avec une réserve de dessins que l’artiste a utilisés pour créer de nouvelles compositions : les conservateurs ont découvert qu’au moins quatre parties du tableau avaient également été utilisées dans des œuvres antérieures, notamment les têtes des anciens et le visage de Suzanne. Artemisia a dû considérer cette Suzanne comme particulièrement réussie, puisqu’elle a réutilisé des éléments de la figure dans au moins trois versions de son tableau ultérieur représentant Bethsabée au bain. La radiographie (utilisée pour analyser les aspects d’une œuvre qui ne sont pas visibles à l’œil nu) et la réflectographie infrarouge (utilisée pour rendre visible le dessin sous-jacent) ont également révélé les modifications apportées par Artemisia à la composition, mettant à jour une grande fontaine peinte à une date ultérieure.

“L’un des aspects les plus passionnants de l’histoire de ce tableau”, a déclaré Niko Munz, "est qu’il semble avoir été commandé par la reine Enrichetta Maria alors que ses appartements étaient redécorés à l’occasion d’une naissance royale. La Suzanne a d’abord été accrochée au-dessus d’une nouvelle cheminée - probablement installée en même temps que le tableau - décorée du chiffre personnel d’Henrietta Maria “HMR” (“Henrietta Maria Regina”). Il s’agissait sans aucun doute du tableau de la reine".

Adelaide Izat, conservatrice des peintures au Royal Collection Trust, a déclaré : "Lorsqu’elle est arrivée dans l’atelier, la Susanna était la toile la plus surpeinte que j’aie jamais vue, sa surface étant presque entièrement obscurcie. C’était incroyable de participer à la restauration du tableau pour lui redonner la place qui lui revient dans la collection royale, permettant ainsi aux spectateurs d’apprécier à nouveau l’art d’Artemisia pour la première fois depuis des siècles".

L’exposition spéciale des œuvres d’Artemisia et d’Orazio Gentileschi est incluse dans la visite du château de Windsor jusqu’au 29 avril 2024. Le château de Windsor est ouvert aux visiteurs du jeudi au lundi, fermé le mardi et le mercredi.

Angleterre, œuvre d'Artemisia Gentileschi découverte dans les réserves de la Royal Collection
Angleterre, œuvre d'Artemisia Gentileschi découverte dans les réserves de la Royal Collection


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.