Angleterre, débat sur la présence de quatre sculptures de Gormley. "Elles ressemblent à des jouets sexuels


Un village de 2 000 habitants sur la côte anglaise est devenu un protagoniste de l'art contemporain : on parle de quatre sculptures de Gormley sur la plage, qui pourraient devenir permanentes. Mais certains ne sont pas d'accord : "elles ressemblent à des sex toys".

Un paisible village balnéaire de l’est du Suffolk, en Angleterre, a acquis ces jours-ci une notoriété inhabituelle : à Aldeburgh (c’est le nom du petit village de deux mille habitants, situé à une centaine de kilomètres à l’est de Londres), on discute en effet de l’emplacement de quatre sculptures d’Antony Gormley (Londres, 1950), l’un des artistes britanniques contemporains les plus importants. L’installation, appelée Quartet (sleeping), est une œuvre de 2001, composée de quatre sculptures en bronze aux formes sinueuses qui ne sont pas faciles à interpréter : selon la description officielle, elles datent d’une période où l’artiste a développé des formes “semblables à des nuages” qui “expriment le moi intérieur”.

Les habitants d’Aldeburgh, cependant, pensent différemment : certains les ont comparées à des jouets sexuels, soulignant les similitudes avec les godemichés, les vibromasseurs et les butt plugs (“elles ne dépareilleraient pas dans un magasin Ann Summers”, ont-ils écrit sur les réseaux sociaux, en référence à la célèbre chaîne britannique de magasins de lingerie et de jouets sexuels), tandis que d’autres les considèrent plutôt comme des crottes de chien ou de lapin, en fonction de leur forme. Au-delà des similitudes, les œuvres de Gormley ont été installées sur la plage d’Aldeburgh en août, par sa propriétaire, la collectionneuse Caroline Wiseman, à l’occasion des célébrations du 10e anniversaire de la fondation d’Aldeburgh Beach Lookout, un espace d’exposition où de grands artistes britanniques ont tenu des expositions depuis 2010 : Cependant, les œuvres ont fait l’objet de nombreuses discussions, car Wiseman souhaite rendre l’installation permanente et a demandé l’autorisation de laisser les œuvres sur le sable de la ville.

Wiseman ne savait pas qu’une autorisation était nécessaire pour laisser les œuvres sur place : c’est sa demande et l’avis préliminaire du conseil de l’East Suffolk qui ont déclenché le débat. Jusqu’à présent, le conseil s’est prononcé en faveur du projet : il reconnaît la bonne foi de la collectionneuse (qui n’avait pas demandé d’autorisation en août parce qu’elle ne savait pas qu’elle était nécessaire), ainsi que la valeur de l’œuvre, le fait que les travaux n’ont pas d’impact significatif sur l’apparence de la zone de conservation de la plage d’Aldeburgh et que l’installation respecte toutes les lignes directrices imposées par les lois sur la conservation. "Par conséquent, conclut la note de l’East Suffolk Council, l’autorisation devrait être donnée.

Wiseman est donc désormais certain d’obtenir l’autorisation de laisser les statues de Gormley sur la plage. Quant aux critiques, il a déclaré à la BBC que “la meilleure chose à faire pour les gens serait de venir les voir, de venir sur la plage pour se faire une idée de ce qu’elles sont. S’ils pensent qu’elles ressemblent à des sex toys, c’est parce qu’ils ont une imagination débordante”. Les œuvres, selon le collectionneur, "sont adaptées à leur environnement, leurs couleurs sont similaires à celles du sable. Pour moi, elles ressemblent davantage à des phoques endormis. Elles sont également très lourdes et n’ont pas une grande valeur économique, je ne pense donc pas que quelqu’un les emportera. Aldeburgh est l’une des villes côtières les plus cultivées de Grande-Bretagne et c’est l’endroit idéal pour les sculptures. Tout le monde les aime ici. En effet, certains habitants d’Aldeburgh voient cette initiative d’un bon œil, estimant qu’elle apporte une valeur ajoutée à la plage et à la ville, et qu’elle peut attirer des visiteurs tout au long de l’année. Le maire d’Aldeburgh n’a toutefois pas donné de préavis, se contentant de faire savoir que le conseil municipal déciderait de la marche à suivre.

Photo : Le quatuor d’ Antony Gormley sur la plage d’Aldeburgh.

Angleterre, débat sur la présence de quatre sculptures de Gormley.
Angleterre, débat sur la présence de quatre sculptures de Gormley. "Elles ressemblent à des jouets sexuels


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.