À Bologne, l'exposition personnelle d'Aldo Giannotti "Safe and Sound" subvertit le concept de musée.


Compte rendu de l'exposition "Aldo Giannotti. Sain et sauf". À Bologne, MAMbo, du 5 mai au 5 septembre 2021.

Safe and Sound au MAMbo de Bologne n’est pas tant une exposition qu’une déclaration d’intention. Celle dont je vous parle n’est qu’une des expositions possibles à visiter, car le devenir, l’agir et l’interagir ne se limitent pas à ce qui est exposé. Mais procédons dans l’ordre. Le projet (un vrai projet d’écrivain fait de dessins et de mots) nous arrive déjà à la billetterie où quatre interventions ont envahi les espaces d’accueil habituels: sur les murs, les esquisses des idées jamais réalisées pour cette exposition (digne du MoRE. Musée des projets artistiques refusés et non réalisés), deux néons de Cicli Continui et les premiers jeux: si vous êtes artiste (mais aussi si vous ne l’êtes pas) vous pouvez laisser votre œuvre dans les casiers, dans Lockers, pour la durée de l’exposition, puis (nous dit l’artiste) “l’écrire sur votre cv” ; si vous voulez partir, vous pouvez le faire (sans avoir payé le billet) à travers l’installation Safe/Dangerous Exit, porte de bar ou passage dessiné sur le mur. La déclaration d’intention est faite: il y a des chemins, des choix, des portes coulissantes, dans la liberté de chacun la possibilité d’écrire (ou d’annuler) de nouvelles règles.

Plan en main (dessiné par l’artiste lui-même pour nous aider à ne pas nous perdre), nous entrons dans la Sala delle Ciminiere et activons, comme dans une grande escape room, tous les courts-circuits de Giannotti: linguistiques, visuels (toujours présents dans son œuvre) mais aussi, dans ce cas, spatiaux, perceptifs et sémantiques. The Others est l’antichambre de l’exposition qui a plutôt été réalisée: sur un écran de cinéma, vous voyez d’“autres” dans une situation similaire à la vôtre, dans une autre “anti-exposition”, vous ne comprenez pas, mais vous avez confiance. Vous continuez. Et boum ! Voilà la subversion, totale, du concept de l’institution muséale, de ce qui est sûr et de ce qui ne l’est pas, de ce qui est autorisé ou non dans une exposition. Mais aussi dans la rue, à Bologne, dans le monde. Les règles sont remises en question, ces mêmes règles qui sont si fermement ancrées dans les musées.

Les visiteurs entrent en contact avec une réalité dans laquelle ils sont libres d’exercer des alternatives comportementales potentielles, où ils sont accompagnés par des gardiens/performeurs qui font simplement des choses auxquelles nous ne sommes pas habitués. Ils en font beaucoup, toujours nouvelles, toujours différentes. Et peut-être aimons-nous mieux le musée.

Participez. Vous dessinez sur le mur l’heure de l’exposition qui passe. On se familiarise avec le lieu. Vous faites la connaissance d’Aldo (qui d’ailleurs ne s’appelle pas Aldo mais Giosia Rinaldo) dans Les choses qui me font mal et vous regardez autour de vous. Si, pour une raison ou une autre, vous avez une tronçonneuse sur vous, vous pouvez découper le placoplâtre et emporter une œuvre chez vous(cela s’est produit le 9 mai).

Parcours suggéré pour visiter l'exposition
Chemin suggéré pour visiter l’exposition


Casiers
Casiers


Sortie sûre/dangereuse
Sortie sûre/dangereuse


Les choses qui me font mal
Ce qui m’a fait mal


La tronçonneuse
La tronçonneuse


Le vol-performance du 9 mai
Le vol-performance du 9 mai


La tronçonneuse
La tronçonneuse

Vous vous sentez enfin en confiance. Vous avez envie d’en découvrir plus. Vous avez déjà vu depuis un moment qu’il y a un trou, en hauteur, dans le mur qui vous relie par le Passage. Après Aldo Rossi directement aux salles de la collection permanente. Mais attendez de monter, il y a encore tant à découvrir.

Quelques œuvres du passé anticipent la figure du “déchet” de Giannotti, dans Mutual Surveillance vous vous connectez (dans une action d’entraide entre musées) avec les salles du MAMbo à Bogota. Les musées devraient aussi faire cela: veiller les uns sur les autres (lorsque j’ai visité l’exposition, la connexion a été interrompue en raison des manifestations dans les rues de la capitale colombienne). Que ce soit vrai ou non, cela ne m’a pas dérangé du tout. En fait, l’installation fonctionnait quand même).

Dans la salle suivante, avec Mobile Staircase, nous entrons dans une installation symbolique où les règles du musée sont ignorées et où, pour voir les œuvres, les visiteurs doivent emprunter des escaliers roulants et les escalader à leurs risques et périls. On y prend plaisir parce qu’on aime le sens de l’absurde et du roman. Un grand espace est consacré aux événements satellites, pour l’instant un espace blanc avec quelques cordes sur le mur, qui prendra forme et substance au cours de l’été avec le programme d’événements organisé par Giannotti lui-même.

Le passage après Aldo Rossi
Le passage après Aldo Rossi


Surveillance mutuelle
Surveillance mutuelle


Surveillance mutuelle
Surveillancemutuelle


Escalier mobile
Escalier mobile


Escalier mobile
Escaliermobile


Événements satellites
Événements satellites

En avant, en arrière, en haut. On marche le long d’une installation d’échafaudages avec des œuvres placées dans une galerie ascendante, et on se retrouve dans les salles (in)touchables de la collection permanente où Aldo ne s’arrête pas et en douze stations (grâce à ses instructions) performe le musée en jouant à cache-cache, en tapant des mains, en dansant, en inventant des histoires, en pliant des cartes postales qui constituent une intervention collective.

Quand on redescend, heureux (parce que c’est une exposition qui donne de la joie), on regarde un peu plus autour de soi et on se dirige vers la sortie. Et voilà, dans la dernière salle, vous êtes “les autres” (ou “les autres sont nous” comme le dit une chanson d’Umberto Tozzi) là devant un méga-écran jumeau qui regarde qui va commencer cette expérience d’exposition. Tout s’enchaîne, l’exposition palindrome prend tout son sens et le grand néon Welcome and Goodbye explique tout en deux mots.

Vous revenez dans la rue, Via Don Minzoni, et le petit panneau La Colonne (auquel vous n’aviez pas trop pensé auparavant) vous attire maintenant. Dans la Sala delle Ciminiere, ce n’est qu’une plaque de plâtre inaccessible, ici c’est le passage qui relie “l’intérieur” à “l’extérieur”, le public spécialisé du musée aux gens qui passent dans la rue. Il n’y a plus de barrières, après tout, même le tunnel qui vous plonge dans les collections permanentes (à la fin de l’exposition, il y aura une trace en verre de l’intervention de Giannotti) ou les incursions artistiques dans le foyer avaient déjà défié les coutumes muséales. Il s’agit d’un projet politique, social et participatif qui, en déclenchant de nouveaux processus décisionnels, dessine de nouvelles géographies culturelles. Il y a de l’ironie, de l’étude, de la réflexion et de la vision. Nous en sortons sains et saufs.

Le musée en action
Jouer lemusée


Le musée en action
Jouer lemusée


La colonne
La colonne


Les autres
Les autres


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.