L'extraordinaire (et véritable) beauté des femmes par Tano D'Amico


Compte rendu de l'exposition 'Tano D'Amico. La lotta delle donne' à Castelnuovo Magra, Tour du Château des évêques de Luni, jusqu'au 28 mai 2017.

Trente-quatre ans de femmes en première ligne. Des femmes qui se sont battues, se battent et continueront à se battre pour obtenir des droits et améliorer leur propre condition (et souvent celle des hommes). Trente-quatre ans de passions ardentes, d’amours intenses, de désirs brûlants. De luttes qui se sont soldées par des victoires historiques ou des défaites cuisantes. Trente-quatre années de joies, de tragédies, de conquêtes, de défaites, d’unité, d’amitié, de querelles, de fierté, de dignité. Trente-quatre ans d’émotions vraies, ressenties parce que l’on croit en quelque chose, et non parce qu’elles sont induites par quelqu’un qui veut guider nos sentiments. Des regards enthousiastes, joyeux, doux, sombres, gais, tendres, maussades, sévères, amicaux, fiers. Trente-quatre ans, de 1970 à 2004: c’est la longue période que retrace l’exposition La lotta delle donne (La lutte des femmes), qui présente les photographies de l’un des plus grands photographes italiens contemporains, Tano D’Amico (Lipari, 1942), à la tour du château des Vescovi di Luni, à Castelnuovo Magra.

Exposition Tano D'Amico. La lutte des femmes
Entrée de l’exposition Tano D’Amico. La lutte des femmes à Castelnuovo Magra, Tour du Castello dei Vescovi di Luni

Une exposition qui tombe une année particulière, car cela fait exactement quarante ans que cette année 1977 a donné son nom au mouvement de protestation, de lutte et d’action que Tano D’Amico a raconté dans plusieurs de ses clichés. Manifestations, marches, affrontements avec les forces de l’ordre, violence, mort. Mais aussi l’espoir en l’avenir, la confiance en l’autre, la volonté de changer le monde. C’est ainsi que l’on pourrait résumer le mouvement de 77, dont les traces dans le présent sont assez difficiles à trouver. Tano D’Amico était là, mais pas pour documenter. Le document est une arme à double tranchant, l’image utilisée comme document est une image sans âme qui se prête facilement à la manipulation. Tano D’Amico l’a d’ailleurs rappelé lors de l’inauguration de l’exposition de Castelnuovo Magra: une photographie peut prendre un moment d’une réalité injuste et le perpétuer à jamais. C’est l’opération la plus réactionnaire que l’on puisse imaginer. Ainsi, les photographies de Tano D’Amico racontent. Une histoire, un rêve. Ce sont des photographies qui ne saisissent presque jamais le point culminant d’un événement ou d’une action: elles s’attardent plutôt sur les visages. À la base, il y a aussi le souvenir d’une raison pratique, d’une époque où le photographe, comme il l’a lui-même déclaré dans une belle interview avec Robinson, au début de sa carrière, n’avait ni les moyens ni l’argent pour se rendre immédiatement sur les lieux où quelque chose s’était passé. Tano D’Amico a donc appris “à lire l’histoire dans les yeux des gens”.

Et c’est précisément dans les yeux des protagonistes de ses œuvres que nous lisons les événements de ces trente années abondantes de notre histoire. Le mérite de l’institut qui a réalisé l’exposition (les Archives de la Résistance de Fosdinovo) est d’avoir suivi, en gros, une subdivision thématique qui suit les six étages de la tour du château des évêques de Luni. Le visiteur peut donc identifier une sorte de schéma d’itinéraire (car la subdivision n’est de toute façon pas stricte) qui peut le guider à travers la lutte des femmes qui donne son titre à l’exposition (bien que l’on puisse facilement parler de luttes, au pluriel, étant donné la multiplicité des combats et l’immensité de la période couverte) et qui, dans l’exposition, commence par des revendications féministes: cortèges où la critique du machisme inhérent à la société se concrétise par une idole monstrueuse accompagnée des mots “patriarcat”, manifestations pour affirmer haut et fort que le corps des femmes n’est pas un objet dont on peut disposer à sa guise, rondes et accolades entre femmes de tous âges, moments de bonheur et de convivialité. Une sorte d’introduction, une déclaration d’intention, et le message est clair: la femme est un acteur de la société et ne recule jamais, même devant les combats les plus difficiles. Et l’une de ces batailles est celle que les femmes de la toile d’araignée de Comiso ont menée dans les années 1980: elles tentaient d’empêcher l’OTAN d’installer une base dans la ville sicilienne. L’étreinte entre deux filles de Ragnatela sous le regard d’un carabinier lors d’un procès est l’image qui sanctionne la défaite de cette expérience et ouvre la section que nous pouvons imaginer dédiée à la résistance.

Images des luttes du féminisme
Images des luttes du féminisme


Tano D'Amico, Gênes 2001. Les femmes sur la place
Tano D’Amico, Gênes 2001. Femmes sur la place


Tano D'Amico, Rome 1975
Tano D’Amico, Rome 1975


Tano D'Amico, Ragusa 1983. Les femmes de Ragnatela battues et jugées
Tano D’Amico, Ragusa 1983. Femmes du Web battues et jugées

L’image symbolique est celle de la jeune fille au mouchoir rabattu sur le visage, regardant avec défi un carabinier. Une photographie qui est devenue (et nous pouvons le dire sans exagération) une icône des luttes du 20e siècle: la beauté illimitée de ce regard est imprégnée non seulement de défi, mais aussi de fierté et de passion. À Castelnuovo, elle est exposée à côté d’une image de 2004, donc vingt-sept ans plus tard, prise à Riva del Garda: une autre fille, avec un keffieh couvrant sa bouche, défie de la même manière la police, les bras croisés, comme pour dire que la peur de subir une attaque physique lors d’une manifestation est moins importante que le désir de changer la société. Cela peut sembler rhétorique, mais quiconque a essayé au moins une fois dans sa vie de participer à une manifestation, à une grève ou, en général, à une occasion d’affirmer ses croyances et ses désirs, sait que ce n’est pas le cas. Et surtout, les femmes de Tano D’Amico le savent: des femmes “protagonistes du changement, qui vivent et agissent dans l’histoire, pleines d’une fierté qui se transforme souvent en colère, et d’une dignité qui se manifeste aussi bien dans la douleur que dans la joie, dans l’amitié et dans la fête, qui sont le préambule indispensable à la construction d’un moi différent, d’une autodétermination collective et chorale”, comme l’écrivent Simona Mussini et Alessio Giannanti, des Archives de la Résistance, dans le catalogue. Le deuil ne manque pas non plus: l’un des points forts de l’exposition est la photo des sœurs de Giorgiana Masi, l’étudiante tuée à Rome le 12 mai 1977 au cours d’une manifestation, un crime dont les auteurs restent inconnus à ce jour. Une sorte de tragédie grecque avec les protagonistes qui courent désespérément vers nous qui observons, et les co-auteurs qui, derrière eux, racontent le contexte dans lequel s’est déroulé l’événement atroce.

Une remarquable sélection de photographies célèbre ensuite l’amour, le sentiment humain sur lequel on a le plus écrit et débattu et dont le rôle est également fondamental dans la lutte: sans amour, la passion ne peut s’enflammer. Ce sont peut-être les photographies qui frappent le plus le public, parce qu’elles communiquent de la manière la moins sujette à interprétation: une jeune fille au doux profil méditerranéen qui, lors d’une procession le 8 mars, touche délicatement les joues d’une petite fille en esquimau d’où émerge un visage joufflu et mélancolique, est une image qui touche directement, qui parle à tout le monde de la même manière, sans possibilité d’être mal comprise. Il en va de même pour les deux petites filles qui, dans le camp pacifiste de Comiso en 1982 (le même camp d’où sont sorties les filles battues et éprouvées de la Toile d’araignée), grimpent à un arbre, s’embrassent affectueusement et, avec de merveilleux sourires, échangent un baiser qui, dans l’exposition, est placé à côté de celui des deux filles qui ont joint leurs lèvres lors du défilé de la rue de Bologne en 2002. Ce sont des images d’une rare beauté, des photographies qui donnent de l’espoir, des clichés sur lesquels on s’attarde longtemps et qui, une fois imprimés, restent indélébiles.

La comparaison avec les deux femmes à Rome et à Riva del Garda
La comparaison avec les deux femmes de Rome et de Riva del Garda


Tano D'Amico, Rome 1977. Fille et carabiniers
Tano D’Amico, Rome 1977. Fille et carabiniers


Tano D'Amico, Riva del Garda 2004. Bras croisés
Tano D’Amico, Riva del Garda 2004. Bras croisés


Photographies célébrant l'amour
Photographies célébrant l’amour


Tano D'Amico, Rome, 8 mars 1978
Tano D’Amico, Rome, 8 mars 1978


Tano D'Amico, Comiso 1982. Au camp pacifiste
Tano D’Amico, Comiso 1982. Au camp pacifiste


Tano D'Amico, Bologne 2002. Parade de rue
Tano D’Amico, Bologne 2002 Défilé dans les rues

Les trois derniers étages sont consacrés aux luttes pour les droits fondamentaux: domicile, travail, santé. La sélection s’ouvre sur une photographie rebaptisée"Cinq destins" par Tano D’Amico lui-même: trois soldats de l’armée, une femme et une petite fille regardent autour d’eux, mêlant pour un instant leurs existences dans le contexte des émeutes du logement qui ont éclaté en 1974 dans les quartiers de San Basilio et de Casal Bruciato à Rome. Tensions, barricades, affrontements avec les forces de l’ordre qui ont souvent rassemblé des individus encore plus désespérés que ceux qu’elles combattaient, des femmes qui ont affronté la police, souvent avec des gestes péremptoires. Une femme et deux enfants organisant une crèche improvisée en pleine émeute à Casal Bruciato, comme pour établir un parallèle entre la souffrance de ceux qui aujourd’hui sont sur le point de perdre leur maison et ceux qui, il y a deux mille ans, selon l’histoire, ont été contraints d’errer pour trouver un abri. Et puis les visages souriants à l’intérieur des usines occupées, les marches pour demander l’égalité de traitement sur le lieu de travail, les assemblées dans la salle occupée en 1978 au Policlinico Umberto I de Rome pour organiser un espace où les femmes qui avaient besoin d’interrompre leur grossesse conformément à la loi nouvellement promulguée pourraient être accueillies correctement et chaleureusement, et l’expulsion qui s’ensuivit.

Tano D'Amico, Rome 1974. San Basilio, les cinq destins
Tano D’Amico, Rome 1974. San Basilio, cinq destins


Tano D'Amico, Rome 1974. Crèche à Casal Bruciato
Tano D’Amico, Rome 1974. Crèche de Casal Bruciato


Tano D'Amico, Rome 1974. Femmes luttant pour le logement à Casal Bruciato
Tano D’Amico, Rome 1974. Femmes luttant pour un logement à Casal Bruciato


Tano D'Amico, Rome 1970. La dernière blanchisseuse du Trastevere
Tano D’Amico, Rome 1970. La dernière lavandière du Trastevere


Tano D'Amico, Milan 1973. Dans l'usine occupée
Tano D’Amico, Milan 1973. Dans l’usine occupée


Photographies de la polyclinique occupée
Photographies de la polyclinique occupée


Tano D'Amico, Rome 1978. Assemblée dans la salle occupée du Policlinico Umberto I
Tano D’Amico, Rome 1978. Assemblée dans la salle occupée de la Policlinico Umberto I


Tano D'Amico, Rome 1978. Eviction de la salle occupée du Policlinico pour garantir le respect de la loi 194
Tano D’Amico, Rome 1978. Expulsion de la salle occupée de la Policlinique pour garantir le respect de la loi 194

A l’heure où les droits, et en particulier les droits des femmes, sont en pleine régression, l’importance d’une exposition comme celle de Castelnuovo Magra est fondamentale. Beaucoup des acquis des luttes racontées dans l’exposition sont sans doute partis en fumée, mais les images restent un puissant moyen de stimuler le changement. C’est l’objectif principal de la photographie de Tano D’Amico: “capturer un moment de changement”. La photographie n’est donc qu’un point de départ: “redonner du sens à la vie, construire une mémoire collective, réécrire ensemble une nouvelle histoire”, comme le conclut l’essai introductif du catalogue. Un point de départ qui nous incite à partir à la recherche de la beauté: identifier de belles images est, pour Tano D’Amico, une manière d’ouvrir notre esprit et notre âme à une vision nouvelle ou différente du monde. Et à la base de ses prises de vue (et, bien sûr, dans l’exposition de Castelnuovo Magra), il est possible de trouver cette beauté extraordinaire qui peut nous guider dans notre recherche d’autres belles images. La “beauté” est un terme très galvaudé aujourd’hui: nous l’utilisons donc avec parcimonie dans ce magazine. Mais face aux images de Tano D’Amico, il est impossible de ne pas parler de beauté: parce qu’il ne s’agit pas de cette beauté vide, futilement esthétisante, banale, bonne seulement pour la rhétorique vide et peu concluante de certains politiciens ou pour les extases éphémères et exhibitionnistes de ceux qui pensent que l’art doit rester détaché de la réalité, confiné dans un mode feutré de mignardises et de bons sentiments. Non: la vraie beauté, la beauté extraordinaire et significative des photographies de Tano D’Amico se trouve ailleurs. Dans la boue de Casal Bruciato, dans un camping sicilien poussiéreux, parmi les matraques des celerini sur les places de Rome, dans un hangar squatté de l’arrière-pays milanais, dans l’assemblée des professeurs d’une université. Et pour quelques semaines, il trouvera l’hospitalité entre les murs de la tour du château des évêques de Luni.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.