Quand un coffret est une merveille de Wunderkammer. À quoi ressemble l'exposition Mirabilia Estensi à Ferrare ?


Compte rendu de l'exposition "Mirabilia Estensi. Wunderkammer", organisée par Pietro Di Natale (Ferrare, Palazzo dei Diamanti, du 23 mars au 21 juillet 2024)

Le record revient à Julius von Schlosser, illustre pionnier de l’école viennoise d’histoire de l’art : Il fut le premier à s’intéresser, et à le faire de manière systématique, aux coffrets décorés produits au XVe siècle par l’atelier Embriachi, un atelier prolifique créé à Venise à la fin du siècle précédent par un Florentin, Baldassarre Ubriachi, qui malgré son nom fut extrêmement lucide dans la promotion de son activité, répondant avec une diligence constante à une mode qu’il avait lui-même contribué à répandre, et œuvrant pour que son atelier lui survive. Schlosser partit des spécimens conservés dans les collections impériales d’Autriche pour entamer des recherches visant également à classer les cercueils (il les subdivisa en cinq classes) et qui allaient jeter les bases de l’intérêt moderne pour ces singuliers objets d’“art industriel”, disait-on à la fin du XIXe siècle (“arts appliqués”, et plus précisément “arts de la table”), et plus précisément “arts de la table”.arts appliqués“, et plus précisément ”arts décoratifs“ dit-on aujourd’hui), réalisés pour la plupart avec la technique de la ”pastiglia", un mélange de plâtre, de colle et de poudre de marbre avec lequel on modelait des figures, souvent à l’aide de matrices métalliques, qui étaient ensuite montées directement sur la feuille d’or qui constituait le fond. Cet intérêt n’a peut-être pas été constant, mais il a été entretenu par les bons offices des collectionneurs qui ont rassemblé les boîtes (certains en ont rassemblé des dizaines) et des chercheurs qui les ont examinées avec une attention croissante, de Walter Leo Hildburg à Patrick De Winter, qui a publié il y a exactement quarante ans une étude dans laquelle il a relancé l’attention sur une création méconnue des arts décoratifs de la Renaissance : la boîte de pastilles blanches, en passant par Claudio Bertolotto, auteur il y a quatre ans d’une lourde monographie sur le sujet, jusqu’à Pietro Di Natale qui a organisé cette année, au Palazzo dei Diamanti, la première exposition complète jamais consacrée à ce genre d’objets.

Intitulée Mirabilia Estensi. Wunderkammer, elle est visible jusqu’au 21 juillet et rassemble, dans les deux salles d’exposition de l’aile Benvenuto Tisi du Palazzo dei Diamanti, un bon nombre de boîtes de tablettes (une trentaine au total) qui décrivent avec précision la diffusion de cette mode dans l’Italie du Nord du XVe siècle, et en particulier le rôle joué par les ateliers de Ferrare, qui ont été en mesure deélaborer des formes, des modèles et des styles capables d’enflammer la passion pour l’antiquité (car les thèmes avec lesquels les coffrets étaient décorés étaient presque toujours tirés de l’histoire et des mythes de l’antiquité) des riches collectionneurs qui les demandaient, soit pour eux-mêmes, soit, comme c’était typiquement le cas, pour en faire des cadeaux de mariage. Il n’est pas courant de trouver des expositions consacrées à ces objets, et celles qui ont été organisées dans le passé avaient le plus souvent une orientation verticale : soit elles étaient centrées sur des cercueils provenant de collections individuelles, soit elles se concentraient sur les produits d’un seul atelier (et toujours le même, celui des Embriachi). L’exposition de Ferrare offre donc une occasion rare non seulement d’apprécier des objets difficiles à admirer (bien sûr, il existe des musées qui en possèdent des collections, comme le Museo di Palazzo Venezia à Rome, mais la plupart sont dans des collections privées et les collectionneurs les conservent comme des reliques), mais aussi de voir, tous ensemble, des objets réalisés par des ateliers différents. Sur les murs, tout autour, les photographies que Massimo Listri a prises d’une série de Wunderkammer à travers l’Europe : En partie parce qu’il n’était pas rare que des objets comme ceux-ci, ou des contenants similaires, une fois qu’ils avaient perdu leur usage pratique (il pouvait s’agir de boîtes à bijoux, de boîtes à lettres et de chapelets, ou même d’outils de soins personnels, tels que des miroirs, des peignes et ainsi de suite, et il n’était pas rare qu’ils soient parfumés à l’essence de musc), deviennent des merveilles.), sont devenus des merveilles à exposer dans des cabinets de curiosités, et aussi parce qu’au milieu du XVe siècle, la production de coffres, en particulier à Ferrare, a été dans une certaine mesure encouragée et alimentée par un collectionnisme curieux, versatile et souvent vorace, qui ne dédaignait pas les arts appliqués à côté des produits de la main des grands maîtres, ou des raretés du monde naturel.

Installations de l'exposition Mirabilia Estensi. Wunderkammer
Plan de l’exposition Mirabilia Estensi. Wunderkammer
Installations de l'exposition Mirabilia Estensi. Wunderkammer
Plans de l’exposition Mirabilia Estensi. Wunderkammer
Installations de l'exposition Mirabilia Estensi. Wunderkammer
Préparation de l’exposition Mirabilia Estensi. Wunderkammer
Installations de l'exposition Mirabilia Estensi. Wunderkammer
Préparatifs de l’exposition Mirabilia Estensi. Wunderkammer
Installations de l'exposition Mirabilia Estensi. Wunderkammer
Préparatifs de l’exposition Mirabilia Estensi. Wunderkammer
Installations de l'exposition Mirabilia Estensi. Wunderkammer
Préparatifs de l’exposition Mirabilia Estensi. Wunderkammer
Massimo Listri, Cabinet d'histoire naturelle de Clément Lafaille, Muséum d'Histoire Naturelle de La Rochelle (2011)
Massimo Listri, Cabinet d’histoire naturelle de Clément Lafaille, Muséum d’Histoire Naturelle de La Rochelle (2011
)
Massimo Listri, Kunstkammer, Kunsthistorisches Museum, Vienne (2014)
Massimo Listri, Kunstkammer, Kunsthistorisches Museum, Vienne (2014
)

Le parcours s’ouvre sur un coffret de la Bottega degli Embriachi appartenant à la Fondazione Cavallini Sgarbi : il est décoré sur les côtés de personnages en pleine conversation, sur un fond de jeunes arbres stylisés qui sont une sorte de marque de fabrique des Embriachi, tout comme les décorations géométriques du couvercle, avec des motifs losangiques plus ou moins élaborés. Sur les côtés, les personnages tenant des boucliers montrent que l’objet devait être un cadeau de mariage : les boucliers portaient les armoiries des mariés. Ce modèle, dont le boîtier rectangulaire est recouvert de plaques d’os (matériau qui a remplacé l’ivoire à une époque où la précieuse défense d’éléphant était de moins en moins disponible sur le marché), est fait d’os, qui était utilisé pour fabriquer les boucliers. Le couvercle, en forme de toit incliné, sera imité par la suite par d’autres ateliers qui, forts du succès des cercueils, concurrenceront les Embriacs. Par exemple, un autre coffret de Cavallini Sgarbi datant des trente premières années du XVe siècle, plus petit que celui qui ouvre l’exposition, présente des motifs similaires à ceux des Embriachi : le degré de stylisation plus élevé des petits arbres et la conduction légèrement moins élaborée des figures suggèrent néanmoins l’exécution d’un atelier qui a imité les coffrets de ses concurrents.

La vitrine à côté présente plutôt un grand noyau de cercueils entièrement décorés de motifs géométriques, typiquement entrelacés : l’un d’entre eux, conservé à Ferrare dans la Palazzina Marfisa d’Este, montre une exécution raffinée de style chartreux (une incrustation compliquée de bois qui était obtenue en insérant des éléments décoratifs de bois ou d’autres matériaux, préalablement façonnés, à l’intérieur d’une base qui était également travaillée pour que les inserts s’emboîtent parfaitement) : on comprend pourquoi, aujourd’hui encore, l’adjectif “chartreux” indique un travail qui requiert soin et patience), et est marqué, écrit Francesco Traversi dans le catalogue de l’exposition, “par des modules mathématiques, révélant une sagesse philosophique dans la capacité à entrelacer les motifs de l’échiquier, de l’arabesque et de la croix chrétienne”.

Le groupe de coffrets décorés de motifs tirés de l’histoire ancienne est cependant beaucoup plus important et s’ouvre, dans l’exposition, par une pièce exceptionnelle, attribuée à la “Bottega di Andrea Mantegna” déjà par De Winter, car les triomphes romains qui décorent ce coffret unique de forme cylindrique, le seul de l’exposition, rappellent les Triomphes de Mantegna, à tel point que De Winter lui-même a émis l’hypothèse d’une implication de Mantegna dans la conception de la décoration. Splendide objet en bois, pastille et feuille d’or, il présente une décoration continue qui rêve des défilés de la Rome antique, ouvrant l’espace de l’exposition à une rêverie qui était manifestement commune à de nombreux collectionneurs de l’époque, ainsi qu’à de nombreux artistes, Mantegna en premier lieu. Voici donc le coffret du Musée du Palais Schifanoia, avec une représentation sur le devant de la légende de Marcus Curtius, le héros romain qui se jeta avec son cheval dans un gouffre, se sacrifiant pour sauver Rome, et qui revient souvent dans les coffrets de l’époque : on le retrouve par exemple, avec Muzio Scevola, dans le coffret produit par la Bottega di Amor-Ecouen, qui porte sur l’un des petits côtés la figure d’un édifice décoré sur les murs extérieurs d’une pierre de taille dans laquelle Traversi a voulu reconnaître celle du Palazzo dei Diamanti (“attestant une fois de plus la pertinence de la production dans le contexte ferrarais”). Voici les somptueux coffrets surchargés et pompeux de la Bottega dei Trionfi Romani, avec des scènes historiques (les suicides de Lucrèce, les exécutions de Trajan, etc.) et mythologiques (comme Orphée apprivoisant des animaux), sans négliger les décorations élaborées avec des motifs phytomorphes, comme celle qui orne tout le coffret du “Cofanetto delle maschere”, l’un des exemples les plus intéressants de l’ensemble de l’exposition. Voici les créations plus sobres mais non moins merveilleuses de la Bottega dei Temi Morali e Amorosi, qui s’inspire souvent du mythe : un coffret nous transporte dans un monde aquatique où des caravelles voguent sur la mer, un thème assez récurrent dans la production ferraraise puisqu’il est repris d’œuvres visibles dans la ville (comme les Argonautes de Lorenzo Costa), et quelques figures féminines font la fête sur de petites embarcations.

Il n’est pas rare que les coffrets mêlent des thèmes de nature différente : par exemple, l’un des produits de la Bottega dei Temi Morali e Amorosi (sans exclure, il faut le préciser, que les produits de cet atelier soient en fait une nouvelle “ligne” de la Bottega dei Trionfi Romani) montre d’un côté le récit mythologique de Pyrame et Thisbé, et de l’autre l’histoire biblique de Suzanne et des Vieillards. La représentation de ces épisodes, observe Traversi, était destinée à “élever - par ses valeurs morales et sa culture de l’antiquité - la respectabilité de son possesseur”, une autre raison pour laquelle les coffrets décorés sous forme de tablettes ont connu un tel succès dans l’Italie du XVe siècle. Vers la fin de la visite, on remarquera également la pièce unique de l’atelier de Cleveland, où les scènes (la décapitation du fils de Manlius Torquatus, les Horatii et les Curiatii, et les défilés de guerriers et de personnages sur des trônes), en plus de se dérouler sur fond de bosquets où les arbres sont soigneusement disposés en rangées et bien espacés, sont également encadrées dans des cadres architecturaux beaucoup plus élaborés que ceux des productions antérieures. La visite se termine par une autre pièce unique de l’exposition, une boîte circulaire décorée sur le boîtier d’éléments en forme d’étoiles et de fleurs, et sur le couvercle d’une harpie et de deux ichtyocapres : La particularité la plus évidente de cette pièce, attribuée à des artisans de l’atelier des Thèmes moraux et amoureux (avec un regard, toutefois, vers l’atelier du coffret de Cleveland), au-delà de l’exceptionnalité de la décoration, est donnée par le fait qu’elle a été réalisée par des artisans de l’atelier des Thèmes moraux et amoureux.l’exceptionnalité du décor, est donnée par la singularité de la forme et la curieuse circonstance que le couvercle est légèrement moins haut, et certainement plus décoré, que l’étui.

Atelier d'Italie du Nord, Coffret (premières trente années du XVe siècle ; divers types de bois, ébène, base en os et en corne, poignée en bronze d'origine, 17,2 x 19 x 11,5 cm ; Ro Ferrarese, Fondazione Cavallini Sgarbi)
Atelier d’Italie du Nord, Coffret (premières trente années du XVe siècle ; bois divers, base en ébène, os et corne, poignée en bronze d’origine, 17,2 x 19 x 11,5 cm ; Ro Ferrarese, Fondazione Cavallini Sgarbi)
Atelier d'Andrea Mantegna, Coffret avec scène de triomphe (fin XVe - début XVIe siècle ; bois, feuille d'or et pastille, hauteur 20,5 cm, diamètre 14,8 cm ; Collection privée)
Atelier d’Andrea Mantegna, Coffret avec scène de triomphe (fin XVe - début XVIe siècle ; bois, feuille d’or et pastille, hauteur 20,5 cm, diamètre 14,8 cm ; Collection privée)
Artisans proches de ceux travaillant à la Bottega dei Temi Morali e Amorosi, Coffret avec Marco Curzio [recto], Guerriers combattant sur un éléphant [côté droit] (début du XVIe siècle ; bois, feuille d'or et pastille, 9,8 x 12,8 x 8,8 cm ; Ferrare, Museo Schifanoia, Don de la famille Brunello en mémoire de Marco)
Artisans proches de ceux travaillant dans la Bottega dei Temi morali e amorosi, Coffret avec Marco Curzio [recto], Guerriers combattant sur un éléphant [côté droit] (début du XVIe siècle ; bois, feuille d’or et pastille, 9,8 x 12,8 x 8,8 cm ; Ferrare, Museo Schifanoia, Don de la famille Brunello en mémoire de Marco)
Bottega dei Trionfi romani, Coffret avec masques et racèmes (deuxième troisième décennie du XVIe siècle ; bois, feuille d'or et pastille, 14 x 21 x 13,5 cm ; Collection privée)
Bottega dei Trionfi romani, Coffret avec masques et racèmes (deuxième-troisième décennie du XVIe siècle ; bois, feuille d’or et pastille, 14 x 21 x 13,5 cm ; Collection particulière)
Bottega dei Temi morali e amorosi, Coffret avec vue sur la ville [côté droit] (troisième-quatrième décennie du XVIe siècle ; bois, feuille d'or et pastille, 7 x 14 x 7,5 cm ; Collection privée)
Atelier des thèmes moraux et amoureux, Coffret avec vue de la ville [côté droit] (troisième à quatrième décennie du XVIe siècle ; bois, feuille d’or et pastille, 7 x 14 x 7,5 cm ; Collection privée)
Atelier de fabrication de coffrets de Cleveland, Coffret avec figures en trône et guerriers [verso] (premières décennies du XVIe siècle ; bois, feuille d'or et pastille, 16,7 x 40,2 x 27,5 cm ; Collection privée)
Cleveland Casket Shop, Casket with Enthroned Figures and Warriors [verso] (premières décennies du XVIe siècle ; bois, feuille d’or et pastille, 16,7 x 40,2 x 27,5 cm ; Private Collection)

Il est intéressant de noter qu’une grande partie de la production de cercueils historiés en pastille remonte à l’époque de la domination de Borso d’Este sur Ferrare, au point que la ville devint l’un des plus grands, sinon le plus grand, des centres de production de ces objets, avec une activité destinée à durer longtemps, bien au-delà du XVIe siècle. Cela est principalement dû à l’intérêt particulier que la famille d’Este portait à ces objets, un intérêt qui n’avait probablement pas d’équivalent dans les autres cours de l’époque. Il est d’ailleurs curieux de constater qu’une passion durable s’est développée à Ferrare, en rapport avec les formes que prenait la collection d’art à partir du XVIe siècle.

La famille Este cultivait une forte passion pour ces objets : au milieu du XVe siècle, le Breton Giovanni Carlo da Monleone, maître de la pastille, était actif à la cour, et il est attesté que des artistes tels que Cosmè Tura et Giovanni d’Alemagna se sont également consacrés à la peinture de coffrets. Cet intérêt s’est ensuite exporté à Mantoue lorsqu’Isabelle d’Este, fille d’Ercole I et d’Eleonora d’Aragon, a épousé François II Gonzague en 1490 : la collection de la marquise comprenait, écrit Pietro Di Natale, “des coffrets et des boîtes d’argent, de cristal, d’ébène, d’ivoire et de bois incrusté”, tous rassemblés “[...] dans la Corte Vecchia”.dans la Corte Vecchia du Palais Ducal, dans le Studiolo, embelli par des peintures de Mantegna, Perugino, Lorenzo Costa et Correggio, et surtout dans la Grotta, où les raretés artistiques et naturelles étaient exposées à l’intérieur de cabinets et alignées sur des cadres". Sur ces armoires, on pouvait admirer ces curiosités Wunderkammer qui accompagnent, sur les murs des salles du Palazzo dei Diamanti, l’histoire de l’exposition. Et les cercueils eux-mêmes, comme prévu, sont devenus des objets à exposer. C’est précisément “le caractère éclectique de la vaste collection d’Isabelli et le mélange des œuvres [...] dans la Grotte”, ajoute Di Natale, “qui seront des éléments distinctifs du type de collection princière, déjà répandu en Europe centrale au début du XVIe siècle, connu sous le nom de Wunderkammer, parce qu’il était essentiellement constitué de pièces sélectionnées et regroupées dans l’intention d’étonner ceux qui avaient la chance de les admirer”. Les coffrets historiés deviendront par la suite “des pièces significatives de ces ’espaces’ physiques et symboliques”. De Ferrare aux collections des collectionneurs les plus raffinés, intéressés par la recherche des raretés les plus précieuses et les plus singulières. Jusqu’à aujourd’hui.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.



Finestre sull'Arte