Au Palazzo Bonaparte à Rome, tout l'art de Jago


Du 12 mars au 3 juillet 2022, le Palazzo Bonaparte à Rome accueille la première grande exposition consacrée à JAGO (Frosinone, 1987), le sculpteur qui aime le marbre et raconte comment ses œuvres sont créées à travers les médias sociaux.

Le Palazzo Bonaparte accueille JAGO. The Exhibition , l’exposition organisée par Maria Teresa Benedetti, qui réunit pour la première fois une série d’œuvres réalisées à ce jour par l’artiste, des pierres de rivière sculptées (de Memoria di Sé à Excalibur) aux sculptures monumentales plus récentes (comme Figlio Velato et Pietà), en passant par des créations moins récentes mais plus directement orientées vers les médias, comme le portrait du pape Benoît XVI(Habemus Hominem).

Jago (Frosinone, 1987), habile dans l’utilisation des médias qui lui permettent d’atteindre directement son public, raconte le processus inventif de chaque œuvre grâce à la diffusion en direct et à la documentation photo et vidéo, et le chemin partagé permet à ses adeptes de participer directement à l’étape exécutive unique. Dans ses œuvres, il utilise également des éléments tragiques dans un jeu constant de références croisées, avec une vision toujours orientée vers les questions du présent, provoquant des réflexions provocatrices chez les spectateurs sur l’état de notre époque.

Au Palais Bonaparte, l’exposition évoque les éléments clés d’une œuvre en constante évolution, capable de s’enrichir sans cesse. En effet, comme il l’affirme lui-même, sa sculpture “est un langage vivant”. Utiliser une langue ne signifie pas la copier. Je me reconnais dans un langage et je l’adopte: j’éprouve le besoin d’établir un lien avec ce que je vois, sans esprit d’émulation. Le premier témoignage est l’excavation de grosses pierres ramassées dans le lit d’une rivière sur les pentes des Alpes Apuanes, patiemment creusées dans le désir de raconter une histoire personnelle et humaine. Pitié et violence s’entremêlent dans le regard de l’artiste. Il y a la nudité désarticulée du pontife émérite, tandis que l’image d’une Vénus (2018), privée de sa vénusté juvénile, vise à réfléchir sur la valeur symbolique de la beauté. Et encore, la présence du Fils voilé (2019), icône symbolique d’une tragédie intemporelle, est liée à l’intense méditation sur la douleur, enfermée dans la monumentalité désolée de la Pieta (2021). Plus tôt encore, l’artiste a proposé un thème libre de toute relation avec l’histoire, en reproduisant la séquence des battements de cœur dans Apparato Circolatorio (2017).

Le Palazzo Bonaparte sera également transformé en atelier d’artiste: pendant les mois de l’exposition, Jago travaillera sur sa prochaine sculpture impressionnante à l’intérieur du lieu d’exposition. Des visites spéciales de l’exposition, conduites par Jago lui-même, seront également organisées. L’exposition JAGO. The Exhibition est produite et organisée par Arthemisia avec la collaboration de Jago Art Studio. L’événement est recommandé par Sky Arte.

Au Palazzo Bonaparte à Rome, tout l'art de Jago
Au Palazzo Bonaparte à Rome, tout l'art de Jago


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.