Les musées lombards s'ouvrent au théâtre narratif. Parmi les protagonistes, Pennacchi et Celestini.


Du 24 août au 10 septembre 2023, la deuxième édition de Voci Umane aura lieu : les musées de Lombardie s'ouvrent au théâtre narratif avec des acteurs célèbres.

Du 24 août au 10 septembre 2023, la deuxième édition de Voci Umane. Musei e Teatro di Narrazione, un festival de théâtre narratif promu par la Direction régionale des musées de Lombardie à l’initiative de la metteuse en scène Emanuela Daffra.

La dernière édition, la première, a été un succès dans chacun des sept musées concernés. Le choix des spectacles se veut en adéquation avec les lieux, qui à leur tour sont liés aux spectacles sans être “racontés” par eux.

Les protagonistes de cette deuxième édition seront Andrea Pennacchi, Federica Molteni, Marta Cuscunà, Paola Roscioli, Ascanio Celestini, Arianna Scommegna et Lella Costa. “Les protagonistes des sept soirées ont été choisis non seulement parce qu’ils sont de grands narrateurs et conteurs, mais aussi pour la profondeur de leur regard qui nous conduira sur des chemins légendaires ou dans des histoires réelles qui touchent encore tout le monde”, a souligné Emanuela Daffra. “Chaque visiteur/spectateur, à sa manière, pourra se reconnaître dans cette narration et emporter chez lui un souvenir plus profond et plus vivant de ces lieux de beauté qui sont aussi d’extraordinaires lampes d’Aladin. Pris en main, frottés, ils déclenchent des réflexions, des discussions, des émotions qui ne s’oublient pas”.

Elle commence le 24 août dans la Valle Camonica, au Parc national des gravures rupestres (Nquane), avec Andrea Pennacchi qui “accompagne” le public D’ici à la lune, le chemin que les seize millions d’arbres déracinés par la tempête Vaia d’octobre 2018, s’ils étaient placés l’un après l’autre, rendraient possible. Un conte choral qui entend faire revivre, sans rhétorique, l’horreur de ces journées à travers le regard des habitants des vallées de Belluno.

Le vendredi 25 août, dans la zone archéologique de Porta Castello du Musée archéologique national de la Vallée Camonica à Cividate Camuno, Federica Molteni racontera Gino Bartali. Héros silencieux. Dans un musée qui raconte la conquête de la vallée par Rome, l’épopée d’un homme qui était un champion à vélo et qui, toujours à vélo, décidait de son camp, sera retracée.

Le samedi 26 août, le Palazzo Besta, à Teglio, qui au XVIe siècle était habité et décoré par des femmes cultivées et indomptables, offre un cadre idéal à Marta Cuscunà, la protagoniste de La semplicità ingannata, un spectacle qui vise à donner une voix à l’histoire vraie des religieuses qui, au même siècle, ont lutté contre les conventions sociales, revendiquant la liberté de pensée et la critique de la culture masculine.

Le dimanche 27 août, à la Villa Romana de Desenzano del Garda, Paola Roscioli et Lireta présentent un texte basé sur le journal de Lireta Katiaj et sur ceux, jamais écrits, des femmes qui, sur un canot pneumatique, poursuivaient le rêve de liberté et d’une vie meilleure au-delà de la mer.

Le vendredi 1er septembre à la Cappella Espiatoria de Monza, Ascanio Celestini fera revivre le massacre de la Fosse Ardeatine dans Radio Clandestina. L’histoire des 335 hommes tués par les nazis et enterrés dans une carrière de l’Ardeatine est retracée à travers la mémoire orale de ceux qui ont vécu ces journées directement dans leur vérité dramatique et restituée, à travers le théâtre, pour ne pas oublier.

Le dimanche 3 septembre, au parc archéologique de Castelseprio, ce sera au tour de Lella Costa avec Stanca di Guerra. Castelseprio était une place fortifiée, détruite en 1287 par Ottone Visconti parce qu’elle était un bastion de la famille ennemie des Della Torre. Elle fut détruite avec l’ordre de ne jamais être reconstruite. Un spectacle qui entend faire réfléchir sur le thème du conflit et sur les voies à suivre pour tenter de faire de la guerre un tabou, quelque chose “qui ne peut pas être fait”.

La deuxième édition de Human Voices s’achèvera le samedi 10 septembre au Musée national de Vigevano: Arianna Scommegna, avec Non sono nata per condividere odio, interprète le personnage d’Antigone. Dans un musée qui raconte le passé principalement à travers des objets liés aux rites funéraires, les choix d’une femme intransigeante sont revécus. Antigone se heurte à la rigidité impersonnelle des lois humaines, incarnant des tensions et des contradictions encore très actuelles.

"Le choix des spectacles, souligne Maria Grazia Panigada, a été fait pour offrir au public une variété de poétiques et de dramaturgies à l’intérieur du style narratif. Toutes les soirées ont cependant un dénominateur commun : au centre se trouve toujours le puissant désir d’hommes et de femmes de se mettre au service d’une histoire qui vaut la peine d’être racontée".

Le billet pour les représentations individuelles est inclus dans le billet d’entrée au musée, le cas échéant.

La réservation est obligatoire sur le portail Eventbrite.

Photo : le musée archéologique de la Lomellina, Vigevano. Photo de Maurizio Montagna © DRM-LOM.

Les musées lombards s'ouvrent au théâtre narratif. Parmi les protagonistes, Pennacchi et Celestini.
Les musées lombards s'ouvrent au théâtre narratif. Parmi les protagonistes, Pennacchi et Celestini.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.