À Rimini, deux expositions de photos racontent la destination de vacances Riviera en images


Rimini racontée en images : une exposition diffuse sur la plage raconte 180 ans de vacances sur la Riviera, et vingt ans plus tard, les clichés de Marco Pesaresi reviennent sur les sites de Castel Sismondo à Rimini et de Savignano sul Rubicone.

À Rimini, du 1er juillet au 31 août 2023, l’exposition photographique généralisée Tutti al mare (1843-2023). 180 ans de vacances à Rimini. Une promenade en bord de mer à travers 180 ans d’histoire des vacances à Rimini, avec près de deux cents photographies et plus de vingt affiches, pour accompagner le public à travers près de deux siècles de curiosités, de lieux et de coutumes, de 1843, l’année où cette merveilleuse histoire a commencé, jusqu’à aujourd’hui.

En allant de l’établissement de bains 47 à l’ établissement de bains 100, on rencontre la centaine d’affiches qui se proposent de raconter l’histoire de la plage depuis ses débuts au XIXe siècle jusqu’à nos jours, en passant par les années du boom économique, lorsque Rimini est devenue la capitale du tourisme balnéaire européen: plus de deux kilomètres et demi de sourires, de jeux, d’événements, de rituels et de mythes balnéaires accompagnent le public le long de curiosités, de lieux et de pratiques qui sont en partie restés inchangés depuis plus d’un siècle, et en partie effacés par le temps.

L’itinéraire se compose de huit sections qui racontent les débuts de la vie balnéaire (Si comincia !), la mer et ses chemins (Plongées et éclaboussures), l’élégance des costumes et le sens de la pudeur (Chic&Chic), le front de mer et ses événements (Parades et défilés), l’organisation de la plage et son architecture (Hangars et roses), les jeux (Pelles et seaux), les activités pour le bien-être du corps (Haut les bras, bas les bras) et les rituels avec ses personnages (Types et rites). Le dispositif photographique est accompagné d’affiches de promotions touristiques du passé et de quelques bizarreries.

L’expression plaisante “Cette exposition n’a pas de vers” traduit l’une des caractéristiques les plus originales de cette exposition, où la largeur du parcours (2,5 kilomètres) ne permettait pas une narration chronologique et séquentielle. D’où la narration en huit étapes autonomes d’images évocatrices de certains thèmes qui témoignent de la persistance et de la récurrence au cours des 180 années considérées : la mode avec l’évolution des costumes, la plage avec son architecture et ses objets, les jeux et les passe-temps, les types de plage. Il convient de mentionner l’image à partir de laquelle tout a commencé : la première publicité pour l’ouverture du premier “Stabilimento privilegiato di Bagni Marittimi in Rimini” (1843) et la première image xylographique de l’établissement tirée de la publicité pour la saison 1847 (toutes deux provenant de la collection Gambetti de la bibliothèque Gambalunga).

Un autre tournant fut le transfert du complexe de l’Établissement des Bains dans le domaine public (1869) avec le Kursaal qui, quelques années plus tard (il fut inauguré le 1er juillet 1873), remplaça l’ancien bâtiment en bois (la photo du chantier du Kursaal en 1872 est significative) et le Centre d’hydrothérapie (inauguré en 1876) qui institutionnalisa le thème des cures marines en tant que source de santé et de bien-être.

Suivent l’apparition des villas sur le Lido (photo 1892) et, en 1908, l’ouverture du Grand Hôtel avec l’invention du slogan Rimini, l’Ostende de l’Italie. La présence d’affiches constitue un parcours parallèle qui montre l’évolution de la culture visuelle et l’importance de la communication par l’image et le signe : des premières affiches illustrées en couleur en 1896 aux affiches publicitaires du début du XXe siècle signées par Borgoni, Dudovich, Busi, Bianchi, aux campagnes des dernières décennies avec des œuvres de Gruau, Marco Morosini, Luca Giovagnoli, Eron jusqu’à celle conçue par Marco Neri pour la saison 2013.

Et encore, le redémarrage rapide de l’après-guerre à la fin des années 1940, l’espace de la plage qui se remplit au fur et à mesure que l’organisation des services balnéaires s’améliore. Et les grands bains de foule, moments inoubliables d’euphorie collective, du Corso dei Fiori (1957) à la Mototemporada (1970) en passant par la Notte Rosa.

“Nous avons voulu célébrer ces 180 ans de vie de la plage de Rimini à travers une exposition inhabituelle et évocatrice qui raconte la transformation de la plage d’une ressource naturelle qui a toujours existé à une industrie touristique extraordinaire”, a commenté le maire de Rimini, Jamil Sadegholvaad. Un lieu physique, mais aussi un paysage intangible et métaphorique qui, depuis ce premier juillet 1843, année de la création du premier établissement de bains, en passant par 1873 avec l’inauguration du Kursaal, s’est imposé comme la station balnéaire la plus importante d’Europe, devenant le symbole des vacances à la mer et Rimini le lieu le plus reconnaissable de cette “inversion rituelle” que sont les vacances. Nous remercions tout particulièrement “Piacere spiaggia Rimini” et le précieux coffre aux trésors qui renferme la mémoire visuelle des changements anthropologiques et de l’évolution esthétique de notre ville, à savoir les archives photographiques de la bibliothèque Gambalunga. C’est aussi grâce à de telles initiatives que Rimini, toujours capable de regarder au-delà, est aujourd’hui candidate au titre de Capitale italienne de la culture 2026".

"Après l’extraordinaire succès remporté l’année dernière par l’exposition La Vita Dolce - Rimini di Pietra, Nuvole e Sale (La vie douce - Rimini de pierre, de nuages et de sel), rappelle le président de la Coopérative des sauveteurs de Rimini Sud Mauro Vanni, la première exposition photographique organisée en bord de mer, le programme culturel de la saison balnéaire sera enrichi en 2023 par une nouvelle exposition photographique qui ne se contente pas de célébrer ces 180 ans d’histoire sur la plage, mais qui entre activement sur la plage pour faire de l’histoire.

La plupart des images proviennent des collections municipales conservées à la bibliothèque de Gambalunga, à commencer par la production des photographes Contessi et le fonds Tonini pour la documentation du XIXe siècle. Les images des premières décennies du XXe siècle proviennent des fonds Battaglini, Freddi, Maioli et Rusticani, tandis que la documentation des années 1950 provient des fonds des studios Enit et Moretti de Rimini. Les archives de l’APT et de Minghini contiennent les images de la plage dans les années 1960, 1970 et 1980, tandis que les archives de Raggi Rimini Press contiennent les images des deux décennies suivantes. Les photos du service de presse de la municipalité, prises pour la plupart par Emilio Salvatori, font revivre Rimini au cours des vingt dernières années. Giorgio Salvatori et Rimini Sparita ont également généreusement apporté leurs propres photos et documents.

Les affiches et les posters publicitaires des saisons du début du siècle, signés par Borgoni, Dudovich, Busi et Bianchi, conservés dans la collection Salce à Trévise et dans la collection civique Bertarelli à Milan, sont indispensables à l’évocation de l’imagerie visuelle de Rimini en tant que destination balnéaire internationale.

L’exposition est le fruit d’une collaboration entre la municipalité de Rimini, la bibliothèque Gambalunga, le musée Fellini, la Cooperativa Operatori di Spiaggia Rimini Sud, Piacere Spiaggia Rimini, en collaboration avec le Département des sciences pour la qualité de la vie - QuVi, le Centre d’études supérieures du tourisme de l’Université de Bologne - CAST, Romagna la Terra della Dolce Vita, Confartigianato.

Tout le monde à la mer. Sauveteur
Tout le monde au bord de la mer. Sauveteur
Tout le monde au bord de la mer. Femme avec chapeau
Tous au bord de la mer. Femme avec chapeau

En outre, jusqu’au 24 septembre 2023, l’aile Isotta du Castel Sismondo à Rimini et la salle Allende du Palazzo Martuzzi à Savignano sul Rubicone accueilleront l’exposition Rimini Revisited - Beyond the Sea. Marco Pesaresi, organisé par Mario Beltrambini et Jana Liskova, et réalisé par la municipalité de Savignano sul Rubicone et la municipalité de Rimini, avec SI FEST, la Fototeca Marco Pesaresi et le musée Fellini de Rimini. Le projet est lauréat du PAC2021 - Plan pour l’art contemporain, promu par la Direction générale de la créativité contemporaine du ministère de la culture. Vingt ans plus tard, l’exposition repropose le voyage en images de la Riviera à travers les clichés du photographe riminais Marco Pesaresi. Aujourd’hui, après vingt ans, de nouvelles images sont ajoutées et exposées (l’exposition comprend 173 photographies au total), grâce à la richesse considérable des documents laissés par l’auteur, contenus que Marco Pesaresi a maintes fois racontés et décrits dans ses textes et ses journaux intimes. Le résultat est une grande fresque sur la “Romagnolità” représentée par l’ensemble de la culture, des traditions et des paysages qui caractérisent la Riviera romagnole. Un nouveau chapitre s’ajoute au grand récit en images que Marco Pesaresi a construit autour des atmosphères, des personnes, des excès et de l’originalité de sa terre et de sa ville.

Dans le cadre d’un programme de valorisation du fonds photographique de Marco Pesaresi conservé à Savignano sul Rubicone, Rimini Revisited se veut une réinterprétation critique du projet original de l’exposition Rimini, que le reporter a dédiée à sa ville et qui a été réalisée à titre posthume en 2003. Dans son intégralité, l’exposition n’a jamais été présentée à nouveau, bien que les photographies soient devenues emblématiques d’une certaine façon de photographier la Riviera romagnole. À la lumière des enseignements tirés de l’étude des archives et en particulier de la découverte de la maquette originale, rédigée par Marco Pesaresi, du livre né en même temps que l’exposition et publié en 2003, également à titre posthume, la revisitation retrace et reconstruit la recherche continue, tourmentée et obsessionnelle qui a conduit Marco Pesaresi à sélectionner, parmi les milliers de clichés pris, les soixante-treize photographies exposées et publiées à l’époque.

“L’idée d’un double parcours a été fondamentale dès le début, car il nous a semblé nécessaire d’élargir les limites du projet”, expliquent les commissaires Mario Beltrambini et Jana Liskova. “Exposer uniquement les photographies emblématiques et connues de la collection aurait jeté une lumière partielle sur la quantité de travail effectuée par Pesaresi, mais nous avons eu l’occasion d’étudier le projet dans son intégralité. Nous avons sélectionné parmi plus de 25 000 négatifs les photographies qui représentent non seulement la vie quotidienne et l’atmosphère unique de la région, mais aussi le génie créatif, la sensibilité et les prouesses techniques de Marco”.

“Vingt ans après sa création”, commente Jamil Sadegholvaad, maire de Rimini, “l’une des expositions photographiques les plus importantes que la ville de Rimini ait accueillie au début de ce siècle est reproposée et revisitée. Une série de clichés, noirs et blancs aliénants, qui sont devenus le symbole d’une certaine façon de percevoir et d’imaginer la Riviera. Cet hommage poignant et passionné d’un fils à sa ville natale, vingt ans après la mort de Marco et la publication d’un catalogue devenu légendaire, est une réponse à cette invitation multiple à ”venir plus loin“, à ne pas s’arrêter aux apparences et à ”dépasser“ cette limite qui enfermerait encore Rimini dans un stéréotype. Une invitation qui est le sens profond de la candidature de Rimini à la Capitale de la Culture 2026 et qui se renouvelle à travers le croisement créatif de ses contradictions mis en évidence par cette exposition”.

“La Riviera et la Romagne prennent forme, concrète et poétique à la fois, dans les clichés de Marco Pesaresi qui, comme les œuvres de Tondelli, photographient un lieu et un temps fortement caractérisés, sans en être prisonniers”, a déclaré le maire de Savignano sul Rubicone , Filippo Giovannini. “Marco transmet le drame insouciant d’une époque solidement ancrée dans une histoire profonde, passionnante, émouvante et parfois poignante ; la vie de cette terre généreuse, la Romagne : forte, tolérante et intransigeante. Un voyage à l’intérieur d’une tempête d’émotions”.

L’exposition peut être visitée au Musée Rimini - Fellini, Castel Sismondo, Piazza Malatesta, du mardi au dimanche, de 10 h à 13 h et de 16 h à 19 h ; tous les mercredis et vendredis de juillet et août, ouverture en soirée de 21 h à 23 h. Fermé les lundis non fériés. Du 1er au 24 septembre, du mardi au vendredi de 10 h à 13 h et de 16 h à 19 h, samedi, dimanche et jours fériés de 10 h à 19 h. À Savignano sul Rubicone - Palazzo Martuzzi, sala Allende, Corso Vendemini 18, samedi et dimanche de 10 h à 13 h et de 16 h à 19 h. Ouvertures spéciales à l’occasion du SI FEST 2023, en septembre. Entrée libre.

Plage de la Riviera romagnole © Marco Pesaresi
Plage de la Riviera romagnole © Marco Pesaresi
Igea Marina 1996 © Marco Pesaresi
Igea Marina 1996 ©
Marco Pesaresi
Rimini août 1996 © Marco Pesaresi
Rimini août 1996 ©
Marco Pesaresi

À Rimini, deux expositions de photos racontent la destination de vacances Riviera en images
À Rimini, deux expositions de photos racontent la destination de vacances Riviera en images


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.