Antonio Canova et Phidias comparés: une exposition à la Villa Carlotta


Du 24 septembre au 11 décembre 2022, la Villa Carlotta de Tremezzo accueille l'exposition "Canova, Novello Fidia", qui compare la poétique artistique d'Antonio Canova à celle de Phidias d'Athènes, son alter ego de l'Antiquité.

À l’occasion du deuxième centenaire de la mort d’Antonio Canova (Possagno, 1757 - Venise, 1822), Villa Carlotta présente l’exposition Canova, novello Fidia, organisée par Gianfranco Adornato, professeur associé d’archéologie classique à la Scuola Normale Superiore de Pise, avec Maria Angela Previtera, directrice de Villa Carlotta, et Elena Lissoni, conservatrice du musée de Villa Carlotta. Présentée du 24 septembre au 11 décembre 2022, l’exposition confronte la poétique artistique d’Antonio Canova à celle de Phidias d’Athènes, son “alter ego” de l’Antiquité, invitant le public à un voyage inédit à la redécouverte des deux auteurs à travers un dialogue entre les œuvres de Canova conservées au musée et d’importants prêts de pièces archéologiques provenant de grands musées italiens.

De nombreux prêts exceptionnels ont été consentis, à commencer par le torse de l’Amazone blessée des collections des Musées royaux de Turin, seule version au monde en basanite (un matériau extrait dans la région de Wadi Hamammat en Égypte, très difficile à travailler et très précieux), comparé au plâtre original de la Musa Tersicore d’Antonio Canova provenant des collections de la Villa Carlotta. Le sujet de l’Amazone peut également être apprécié sous la forme d’un herm de la Villa des Papyri d’Herculanum, aujourd’hui conservé au Musée archéologique national de Naples, et d’une version miniature en bronze du Musée archéologique national de Florence. En ce qui concerne la célèbre statue phidienne en or et en ivoire qui représentait Zeus trônant dans son temple d’Olympie, l’exposition présente l’une des deux seules pièces de monnaie antiques qui nous soient parvenues, datant des dernières années du règne d’Hadrien et représentant le père des dieux. Pour sceller la rencontre et le dialogue entre Phidias et Canova, il a été décidé de comparer la Tête d’Apollon du Musée archéologique de Naples avec le Palamède de Canova, œuvre emblématique de la Villa Carlotta. Quelques moulages de sculptures du Parthénon de l’Académie des Beaux-Arts de Brera, avec laquelle Canova avait noué d’étroites relations, complètent le parcours. C’est grâce à l’intervention du sculpteur de Possagno que les marbres, transportés par Lord Elgin d’Athènes à Londres, ont reçu une paternité et une place de premier ordre dans l’histoire de l’art antique, moderne et contemporain. Canova, lors d’une visite à Londres en novembre 1815, avait admiré de près “les grandes figures, dans lesquelles l’artiste a pu montrer son véritable savoir”, affirmant que “les œuvres de Phidias sont de la vraie chair, c’est-à-dire de la belle nature”.

La visite de l’exposition est comprise dans le billet d’entrée à la Villa Carlotta, qui est ouverte du lundi au dimanche, de 10 heures à 19 heures. Du 7 novembre au 11 décembre, lorsque la Villa sera fermée au public, il sera possible de visiter l’exposition sur rendez-vous en écrivant à segreteria@villacarlotta.it.

Pour plus d’informations: www.villacarlotta.it

Image: Antonio Canova, Musa Tersicore (1811 ; plâtre original ; Tremezzina, Villa Carlotta, musée et jardin botanique)

Antonio Canova et Phidias comparés: une exposition à la Villa Carlotta
Antonio Canova et Phidias comparés: une exposition à la Villa Carlotta


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.