Aoste, une exposition sur Felice Casorati avec des œuvres inédites et de nouvelles recherches


Du 1er décembre au 7 avril 2024, le Musée archéologique régional d'Aoste consacre une exposition à Felice Casorati, une grande rétrospective avec une centaine d'œuvres et quelques nouvelles œuvres et recherches.

Du 1er décembre au 7 avril 2024, le Musée archéologique régional d’Aoste consacre une exposition à Felice Casorati (Novara, 1883 - Turin, 1963), intitulée Pittura che nasce dall’interno (Peinture qui vient de l’intérieur), une vaste rétrospective qui ne manque pas de découvertes et de recherches inédites. L’exposition, organisée par l’Assessorato Beni e Attività Culturali, Sistema Educativo e Politiche per le relazioni intergenerazionali, sous la direction d’Alberto Fiz, présente plus d’une centaine d’œuvres - peintures, sculptures, dessins, esquisses de théâtre - datant de 1904 à 1960, qui permettent de relire le parcours créatif de l’un des plus grands artistes du XXe siècle, en abordant, à travers sept sections, les aspects fondamentaux de sa recherche, avec une attention particulière non seulement à la peinture, mais aussi à un domaine de recherche beaucoup moins exploré, comme la sculpture. Parmi les nombreux chefs-d’œuvre exposés, citons Les vieilles femmes de 1908, Personnes de 1910, Les héritières de 1910, Maria Anna De Lisi de 1918, Tir à la cible de 1919, Les deux sœurs de 1921, Femmes dans un bateau de 1933, 1950. Près de soixante ans après sa dernière exposition publique en 1964, l’exposition présente le Nu aux tresses ou la Fille de dos de 1930, un tableau particulièrement impressionnant.

Outre un groupe de dessins en partie inédits, la Fille endormie, encre sur papier toilé, un extraordinaire témoignage de 1921 qui représente l’étude préparatoire pour le tableau du même nom, détruit dix ans plus tard dans l’incendie du Glaspalast, le Palais de Cristal de Munich, est également présenté. Deux panneaux datant vraisemblablement de 1919, réalisés par Casorati pour sa maison de Turin, apparaissent ensuite. Ils ont été dissimulés pendant des décennies par l’artiste lui-même et sont aujourd’hui, après une étude minutieuse, présentés pour la première fois dans le cadre d’une exposition publique. Parmi les sculptures, on trouve un rare bas-relief en plâtre , Le Dormeur, de 1924, identique à celui qui faisait partie du théâtre privé du mécène et collectionneur turinois Riccardo Gualino. L’exposition présente également l’école publique de Casorati, connue sous le nom de Scuola di via Galliari, où ont été formés ses élèves les plus célèbres, parmi lesquels Silvio Avondo, Albino Galvano, Nella Marchesini, Paola Levi Montalcini, Marisa Mori, Lalla Romano et Daphne Maugham, qui devint son épouse en 1931.

Le titre de l’exposition s’inspire d’un texte écrit par Casorati lui-même à l’occasion de la Quadriennale de Rome en 1931, qui apparaît comme une déclaration poétique : “En fait, je n’ai jamais compris le mouvement ”qui déplace les lignes“ et j’adore les formes statiques : et comme ma peinture naît, pour ainsi dire, de l’intérieur et ne trouve jamais son origine dans l’”impression“ changeante, il est tout à fait naturel que ce soient ces formes statiques, et non les images mouvantes de la passion, que l’on retrouve dans mes figures... ”.

Les œuvres exposées proviennent d’institutions publiques et privées, dont la GAM-Galleria Civica d’Arte Moderna e Contemporanea et la Fondazione Guido ed Ettore De Fornaris de Turin, le Mart-Museo di arte moderna e contemporanea de Trente et de Rovereto, l’Archivio Storico Artistico - Bozzetti e Figurini del Teatro alla Scala à Milan et le Museo Teatrale alla Scala, les Musei Civici di Verona-Galleria d’Arte Moderna Achille Forti, la Galleria d’Arte Moderna Ricci Oddi à Piacenza, les Collezioni dei Musei Civici Fiorentini - Collections du 20e siècle, le Paquet d’œuvres d’art de l’Union européenne. Collections du XXe siècle, la galerie d’art moderne Paolo et Adele Giannoni, les collections d’art contemporain de la région autonome du Val d’Aoste, le Tim Group - Olivetti Collection de Turin et la RAI.

L’exposition est accompagnée d’un vaste catalogue en italien et en français publié par Gli Ori avec des essais critiques d’Alessandro Botta, Luigi Cavallo, Alberto Fiz, Daria Jorioz, Luca Motto, Patrizia Nuzzo, Francesco Poli et Sergio Risaliti.

Felice Casorati, Abandon (Nu de dos) (1929 ; Turin, GAM)
Felice Casorati, Abandon (Nu de dos) (1929 ; Turin, GAM)
Felice Casorati, Les deux sœurs (livre ouvert et livre fermé) (Roverto, Mart, VAF-Stiftung Collection) Felice Casorati,
Les deux sœurs (livre ouvert et livre fermé) (Roverto, Mart, VAF-Stiftung Collection)
Felice Casorati, Les Héritières (ou Les Sœurs) (Roverto, Mart, Collection VAF-Stiftung) Felice
Casorati
, Les
Héritières (ou Les Sœurs) (Roverto, Mart, Collection VAF-Stiftung)

Notes biographiques

Felice Casorati est né à Novara en 1883. Pendant son enfance et son adolescence, il se déplace fréquemment dans la suite de son père, officier de carrière, jusqu’à ce qu’il arrive à Padoue en 1915, où il fréquente le lycée classique et où il obtient sa licence en droit en 1906. C’est dans cette ville qu’il commence son apprentissage artistique. En 1907, il expose pour la première fois à la Biennale de Venise avec le Portrait de sa sœur Elvira. Entre 1907 et 1911, il vit avec sa famille à Naples et, à partir de 1911, à Vérone, où il fréquente le milieu artistique plus avancé influencé par les Sécessions de Munich et de Vienne. Il est présent aux Biennales de Venise en 1909, 1910, 1912 et 1914, à l’Exposition internationale de la Vallée Julienne à Rome en 1911 et aux éditions 1913 et 1915 de la Sécession romaine. À la fin de l’année 1915, Casorati s’engage dans l’armée, dans le Trentin. À l’automne 1917, après la mort tragique de son père, Casorati, avec sa mère et ses deux sœurs Elvira et Giuseppina, quitte Vérone et s’installe à Turin, dans la maison-atelier de Via Mazzini, où il vivra toute sa vie. La guerre et le suicide de son père marqueront profondément l’artiste et se refléteront également dans l’atmosphère des grandes peintures à la détrempe de 1919-1920. À Turin, il se lie d’une profonde amitié avec le jeune Piero Gobetti, qui édite et publie en 1923 la première monographie qui lui est consacrée sous le titre Felice Casorati pitttore. Il collabore à son travail éditorial et, en avril 1922, figure parmi les signataires, dans Rivoluzione Liberale, édité par Gobetti, d’un appel adressé aux jeunes intellectuels pour créer une culture et une société nouvelles, spirituellement renouvelées. En 1920, après avoir renoncé à participer à la Biennale de Venise et avoir été exclu de Ca’ Pesaro, il encourage un véritable exode sécessionniste qui se matérialise par l’exposition des artistes dissidents de Ca’ Pesaro à la galerie Geri Boralevi, sur la place Saint-Marc.

Il devient un protagoniste et un promoteur de la vie culturelle et artistique turinoise : ses œuvres sont exposées en 1919 à la Promotrice, en 1921 à la Mole Antonelliana et en 1923 à la Quadriennale au Valentino, où, dans la salle IX dont il est responsable, il invite De Chirico, Carrà, Tosi, Conti, Viani et les jeunes peintres turinois Chessa, Menzio, Levi, Galante et Morando à exposer. Il rencontre Riccardo Gualino qui lui commande son portrait et celui des membres de sa famille et lui confie la conception du théâtre privé de sa maison. Le théâtre, conçu et construit en collaboration avec l’architecte Alberto Sartoris, est inauguré en 1925. La Scuola libera di Pittura (École libre de peinture) de Felice Casorati ouvre ses portes au 33 Via Galliari. Elle devient non seulement un lieu de formation artistique pour les étudiants qui la fréquentent, mais aussi un lieu de rencontre pour les peintres et les intellectuels. En 1926, il compte parmi ses élèves la peintre Daphne Maugham, qu’il épouse en 1931, année où il achète la maison de Pavarolo, sur la colline de Turin. En 1934, naît son fils Francesco.

En 1924, il est invité à la Biennale de Venise avec une salle personnelle, présentée par Lionello Venturi (il participera par la suite à de nombreuses éditions de l’exposition vénitienne, avec une exposition personnelle en 38, 42, 52 et 64). À partir de 1924, il expose au Canegie Institute de Pittsburgh, où il sera présent sans interruption jusqu’en 1938, puis à nouveau en 1950. À partir de 1926, bien qu’indépendant, il est présent aux expositions du Novecento Italiano organisées en Italie et à l’étranger par Margherita Sarfatti et, à partir de 1931, aux Quadriennali de Rome. Au cours de ces années, il participe à de nombreuses expositions internationales. En 1933, Guido Maria Gatti et Vittorio Gui font appel à lui pour collaborer en tant que scénographe à l’I Maggio Musicale Fiorentino et conçoivent les décors et les costumes de La Vestale de Gaspare Spontini. Pour Casorati, c’est le début de son activité de scénographe, qui durera vingt ans, en travaillant notamment avec les musiciens Casella, Malipiero, Petrassi, Ghedini et Dallapiccola. Il collabore à la sélection d’œuvres pour la section Novecento de la grande exposition d’art italien des XIXe et XXe siècles à Paris, au Jeu de Paume, sous la direction d’Antonio Maraini, à laquelle il participe avec cinq de ses œuvres. Il est présent en 1937 à Paris, dans le pavillon italien de l’Exposition internationale et à Berlin, à la Preussische Akademie der Künste pour l’Art italien de 1800 aux contemporains ; en 1939 à San Francisco, pour le Golden Gate International et à Londres, pour la Peinture contemporaine en Europe. En 1941, il est nommé professeur de peinture à l’Accademia Albertina di Belle Arti de Turin, dont il devient directeur en 1952 et président en 1954. En 1955, il participe à la première édition de la Documenta à Kassel. En 1960, il reçoit la médaille d’or du mérite professionnel au Campidoglio ; en septembre, sa sœur Elvira, sujet de certaines des peintures les plus importantes de Casorati, meurt. En 1961, souffrant déjà de dysfonctionnements circulatoires, il est amputé de la jambe gauche. Après l’opération, il reprend son activité, se consacrant principalement au dessin et à la gravure. Il meurt à son domicile de Via Mazzini le 1er mars 1963.

Aoste, une exposition sur Felice Casorati avec des œuvres inédites et de nouvelles recherches
Aoste, une exposition sur Felice Casorati avec des œuvres inédites et de nouvelles recherches


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.