Après Caravaggio : une exposition à Prato sur le XVIIe siècle napolitain dans deux collections toscanes


Du 14 décembre 2019 au 13 avril 2020, le Museo di Palazzo Pretorio de Prato accueille l'exposition Dopo Caravaggio.

Du 14 décembre 2019 au 13 avril 2020, le Museo di Palazzo Pretorio à Prato accueille l’exposition Dopo Caravaggio. Il Seicento napoletano nelle collezioni di Palazzo Pretorio e della Fondazione De Vito, organisée par Rita Iacopino et Nadia Bastogi. L’exposition a été conçue pour mettre en valeur deux importantes collections d’art napolitain du XVIIe siècle : celle du Palazzo Pretorio de Prato (la deuxième plus importante de Toscane après celle des Offices) et celle de la Fondazione De Vito, créée par Giuseppe De Vito (Portici, 1924 - Florence, 2015) connaisseur, érudit, collectionneur d’art napolitain du XVIIe siècle et fondateur de la revue Ricerche sul ’600 napoletano (la collection De Vito représente, par sa qualité et son intérêt historique, l’une des plus importantes collections privées de peinture napolitaine du XVIIe siècle).

Les collections du Palazzo Pretorio et de la Fondation De Vito ont été constituées de manière différente et à des époques différentes, mais toutes deux documentent l’intérêt pour le naturalisme de la peinture napolitaine du XVIIe siècle, en racontant des histoires de collection ancienne et moderne qui nous permettent de retracer certaines des étapes du développement qui a suivi la présence du Caravage à Naples, à travers les tableaux de certains des peintres les plus significatifs de cette période artistique, de Battistello Caracciolo à Nicola Malinconico.

Témoignant de la profonde influence du Caravage sur la peinture du XVIIe siècle, la collection du Palazzo Pretorio comprend des œuvres telles que le Noli me tangere de Giovanni Battista Caracciolo, dit Battistello, et la grande toile de Mattia Preti avec la Répudiation d’Agar. Le Bon Samaritain de Nicola Malinconico complète le noyau des œuvres de Prato exposées. Ces œuvres, en plus de représenter des exemples d’une collection déjà attentive aux résultats les plus récents de la peinture du XVIIe siècle dans l’Antiquité, retracent une séquence chronologique qui va des débuts du naturalisme, déterminés par la présence de Merisi à Naples entre 1606 et 1607, puis entre 1609 et 1610, aux derniers résultats de la peinture à la fin du siècle dans le sillage de Luca Giordano. La reconstitution des événements historiques et de l’intérêt des collectionneurs de Prato pour la peinture napolitaine est l’une des principales contributions critiques de l’exposition.

La Fondation De Vito, basée dans les collines autour de Florence, dans la villa d’Olmo (Vaglia), présente une collection de grande valeur artistique et historique, léguée à la Fondation créée en 2011 par Giuseppe De Vito lui-même dans le but de promouvoir les études sur l’histoire de l’art moderne à Naples. Les œuvres de la collection comprennent des tableaux importants d’artistes tels que Battistello Caracciolo, Jusepe de Ribera, le Maître de l’Annonce aux Bergers, Giovanni Ricca, Francesco Fracanzano, Massimo Stanzione, Bernardo Cavallino, Andrea Vaccaro, Antonio De Bellis, Giovanni Battista Spinelli, Paolo Finoglio, Pacecco De Rosa, Carlo Coppola, Domenico Gargiulo, Nunzio Rossi, Luca Giordano, Mattia Preti, ainsi que celles de spécialistes des genres de la bataille comme Aniello Falcone et Andrea De Lione, et de la nature morte comme Luca Forte, Giuseppe et Giovanni Battista Recco, Giuseppe et Giovanni Battista Ruoppolo, et Paolo Porpora. Seules quelques peintures de la collection ont été présentées dans le passé lors d’importantes expositions auxquelles De Vito lui-même avait collaboré, tandis que la collection dans son noyau principal n’a jamais été exposée au public.

L’exposition est structurée autour des peintures du Palazzo Pretorio en dialogue avec celles de la collection De Vito, selon une séquence chronologique qui permet aussi, cependant, d’indiquer des liens et des correspondances thématiques. Parmi les œuvres exposées, il est important de souligner la présence du San Giovannino de Battistello Caracciolo, provenant de la Fondation De Vito, qui est exposé pour la première fois après des travaux de restauration qui ont redonné à l’œuvre sa couleur d’origine. Il en va de même pour un tableau du Palais Pretorio, Jacob et le troupeau de Laban, attribué à José de Ribera, qui a fait l’objet d’une restauration complexe par l’Opificio delle pietre dure de Florence, dont les résultats permettront d’interpréter correctement l’œuvre et son autographie, à identifier, vraisemblablement, si ce n’est dans le maître, dans un collaborateur de son entourage proche. Pendant un certain temps, l’œuvre, en très mauvais état de conservation, a été considérée comme intransportable : elle redeviendra visible grâce à l’exposition.

Pour toutes les informations sur l’exposition, visitez le site du Museo di Palazzo Pretorio.

Sur la photo : Battistello Caracciolo, Noli me tangere (1618 ; huile sur toile, 123 x 142 cm ; Prato, Museo di Palazzo Pretorio)

Après Caravaggio : une exposition à Prato sur le XVIIe siècle napolitain dans deux collections toscanes
Après Caravaggio : une exposition à Prato sur le XVIIe siècle napolitain dans deux collections toscanes


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.