Bologne, exposition de la collection Mast : l'histoire du monde du travail en plus de 500 images


Du 10 février au 22 mai 2022, la Fondazione Mast présente " THE MAST COLLECTION. Un alphabet visuel de l'industrie, du travail et de la technologie " : la première exposition d'œuvres de la Collection de la Fondation. Plus de 500 images comprenant des photographies, des albums, des vidéos.

La Collection de la Fondation MAST à Bologne expose une partie de sa collection : le résultat est THE MAST COLLECTION. Un alphabet visuel de l’industrie, du travail et de la technologie, organisé par Urs Stahel, qui se tiendra du 10 février au 22 mai 2022 à Bologne. Il s’agit de la première exposition d’œuvres issues de la collection de la Fondation : plus de 500 images comprenant des photographies, des albums, des vidéos de 200 grands photographes italiens et internationaux et d’artistes anonymes.

La collection de la Fondation MAST, seul centre de référence au monde pour la photographie de l’industrie et du travail, compte plus de 6 000 images et vidéos d’artistes célèbres et de maîtres de l’objectif, ainsi qu’une vaste sélection d’albums photographiques d’auteurs inconnus. Au début des années 2000, la Fondation MAST a créé cet espace spécifiquement dédié à la photographie de l’industrie et du travail en acquérant des images auprès de maisons de vente aux enchères, de collections privées, de galeries d’art, de photographes et d’artistes. Le fonds de la Fondation, qui contenait déjà une collection de films, de négatifs sur verre et sur pellicule, de photographies, d’albums et de catalogues produits dans les usines de Coesia depuis le début du XXe siècle, s’est ainsi enrichi et a dépassé les paramètres du matériel promotionnel et documentaire des entreprises du groupe industriel.

La collection comprend des œuvres du XIXe siècle et du début du XXe siècle, avec un processus de sélection des valeurs et une approche méthodologique minutieuse de la part d’Urs Stahel.

LA COLLECTION MAST. Un alphabet visuel de l’industrie, du travail et de la technologie présente des images emblématiques d’auteurs mondialement connus, de photographes moins connus ou inconnus, et d’artistes finalistes de la bourse de photographie MAST sur l’industrie et le travail, qui témoignent visuellement de l’histoire de l’industrie et du travail.

Parmi les artistes exposés figurent Paola Agosti, Richard Avedon, Gabriele Basilico, Gianni Berengo Gardin, Margaret Bourke-White, Henri Cartier-Bresson, Thomas Demand, Robert Doisneau, Walker Evans, Luigi Ghirri, Mario Giacomelli, Mimmo Jodice, André Kertesz, Josef Koudelka, Dorotohea Lange, Erich Lessing, Herbert List, David Lynch, Don McCullin, Nino Migliori, Tina Modotti, Ugo Mulas, Vik Muniz, Walter Niedermayr, Helga Paris, Thomas Ruff, Sebastião Salgado, August Sanders, W. Eugene Smith, Edward Steichen, Thomas Struth, Carlo Valsecchi, Edward Weston.

L’exposition est structurée en 53 chapitres consacrés à autant de concepts illustrés dans les œuvres représentées. La forme de l’exposition est celle d’un alphabet qui serpente le long des murs des trois espaces d’exposition(PhotoGallery, Foyer et Niveau 0) et permet de mettre en évidence un système conceptuel qui va du A de Abandonné et Architecture au W de Déchets, Eau, Richesse.

“L’alphabet a été créé pour rassembler les intersections entre le regard lointain et le regard proche, les textes et les moments de la prise de vue, en attirant l’attention sur l’intérieur des œuvres”, explique Urs Stahel, commissaire de l’exposition. “Il en va de même pour les images et les photographes concernés. Ces 53 chapitres représentent autant d’îlots thématiques où coexistent jeunes et vieux, riches et pauvres, bien portants et malades, zones industrielles ou villages ouvriers. Ils constituent le point de rencontre des perceptions, des attitudes et des projets les plus disparates. La photographie documentaire rencontre l’art conceptuel, les anciens procédés de développement et d’impression sur différents types de papier photographique, tels que les tirages à l’albumine, sont confrontés aux tirages numériques et à jet d’encre les plus récents ; les images dominées par le noir et blanc le plus profond sont juxtaposées à des représentations visuelles aux couleurs vives. Les paysages sombres caractéristiques de l’industrie lourde contrastent avec les installations high-tech rutilantes, le travail manuel et l’artisanat trouvent leur contrepoint dans les univers numériques du traitement automatisé des données. Les manifestations de protestation contre le marché et le krach financier sont juxtaposées aux preuves visuelles de la migration et du travail de bureau”.

En termes de chronologie, seul le XIXe siècle est traité séparément dans une section consacrée aux débuts de l’industrialisation et à l’histoire de la photographie. Le fil conducteur est souvent ponctué par les nombreux portraits d’ouvriers, de cadres, de chômeurs, de demandeurs d’emploi et de migrants. L’exposition documente également les progrès technologiques et l’effort analogique de l’industrie et de la photographie, représentés aujourd’hui par les appareils numériques ultra-légers, perpétuellement connectés, capables de documenter, d’imprimer et de partager le monde en images numériques et en impressions 3D. De l’industrie, de la photographie et de la modernité, nous passons à la haute technologie, aux réseaux générateurs d’images et à la post-post-modernité, c’est-à-dire à une sorte de 4.0 contemporain. De la simple copie de la réalité aux images générées par l’intelligence artificielle.

Pour plus d’informations, visitez le site web de la Fondation MAST.

Image : Paolo Woods, Gabriele Galimberti, The Heavens. Rapport annuel

Bologne, exposition de la collection Mast : l'histoire du monde du travail en plus de 500 images
Bologne, exposition de la collection Mast : l'histoire du monde du travail en plus de 500 images


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.