De Vedova à Morlotti, la peinture italienne des années 1950 exposée à Lecco


Emilio Vedova, Lucio Fontana, Ennio Morlotti, Alberto Burri et bien d'autres : tels sont les protagonistes de l'exposition sur l'art italien des années 1950 que l'on peut visiter à Lecco, au Palazzo delle Paure, du 15 mars au 30 juin 2024.

Au Palazzo delle Paure de Lecco, le cycle d’expositions de Percorsi nel Novecento, un programme conçu par la Direction du Système muséal urbain de Lecco et confié pour sa conception et sa réalisation à ViDi Cultural, qui analyse jusqu’en novembre 2024 la scène culturelle italienne du XXe siècle, s’enrichit d’un nouveau chapitre. Après le rendez-vous consacré au retour à la figuration en Italie entre les deux guerres mondiales au siècle dernier, la nouvelle proposition d’exposition, prévue du 15 mars au 30 juin 2024, se concentre sur la saisonInformelle. L’exposition, organisée par Simona Bartolena, produite et réalisée par ViDi cultural, en collaboration avec la municipalité de Lecco et le Sistema Museale Urbano Lecchese, travel partner Trenord, présente plus de 60 œuvres d’artistes tels que Afro, Tancredi, Chighine, Fontana, Moreni, Burri, Morlotti et bien d’autres dont le style expressif tourne autour du signe, de la matière, de la couleur, du geste.

“Les grandes expositions promues par le Vidi au Palazzo Paure sont de retour, et elles reviennent avec une exposition majeure qui retrace le chemin entamé il y a des années entre le 19e et le 20e siècle. - Il s’agit d’événements d’une grande importance artistique, capables d’amener des œuvres d’artistes importants dans les salles d’exposition du centre muséal par excellence de notre ville. Les objectifs sont d’élargir l’offre culturelle disponible pour nos citoyens, d’offrir des contenus d’intérêt et d’accompagner les parcours d’approfondissement de nos étudiants, et d’attirer également des visiteurs extérieurs à la ville, pour un tourisme culturel, qui est de plus en plus une réalité”.

"L’exposition marque une nouvelle étape dans le parcours entre le 19e et le 20e siècle tracé par la série d’expositions accueillies ces dernières années au Palazzo delle Paure. - déclare Simona Bartolena, commissaire de l’exposition - J’ai imaginé que cette exposition serait étroitement liée à la suivante, consacrée au côté spatialiste et nucléariste et aux tendances programmées perceptives, expérimentales et cinétiques des années 1960.

Tancredi Parmeggiani, Sans titre (1960 ; technique mixte sur toile ; collection privée)
Tancredi Parmeggiani, Sans titre (1960 ; techniques mixtes sur toile ; collection privée)
Alfredo Chighine, Composition (1967 ; huile sur toile, 114 x 146 cm ; Milan, Museo della Permanente)
Alfredo Chighine, Composition (1967 ; huile sur toile, 114 x 146 cm ; Milan, Museo della Permanente)
Emilio Vedova, Scontro di situazioni opera 13 (1959 ; lithographie ; collection privée)
Emilio Vedova, Scontro di situazioni opera 13 (1959 ; lithographie ; collection privée)
Ennio Morlotti, Adda à Imbersago (1960 ; huile sur toile ; collection privée)
Ennio Morlotti, Adda ad Imbersago (1960 ; huile sur toile ; collection privée)
Gino Meloni, La cascade (1957 ; huile sur toile ; Milan, Museo della Permanente, dépôt de la Collezione Magliano Pellegrini)
Gino Meloni, La cascata (1957 ; huile sur toile ; Milan, Museo della Permanente, dépôt de la Collezione Magliano Pellegrini)

Dans ce premier “épisode” de l’histoire, nous enquêtons sur la scène artistique d’une Europe assise sur les décombres de sa civilisation, issue de la Seconde Guerre mondiale et des horreurs des gouvernements totalitaires. L’avenir ne semble être qu’une hypothèse sans concrétisation, le présent est nébuleux, éphémère, fragmenté. Ayant perdu toute sécurité, l’individu se retrouve seul avec lui-même, perdu dans la dimension immanente de l’existence, sans aucune confiance en son prochain. L’artiste n’est évidemment pas étranger à ce scénario. L’hypothèse d’un art qui puisse se faire porteur d’un message universel, qui puisse être d’utilité publique, est dramatiquement remise en cause. Le pouvoir de communication de l’art n’a plus d’intérêt. L’homme est seul, seul responsable de ses choix, et l’art devient l’interprète de cette solitude douloureuse, mais lucidement consciente.

L’informel n’est pas un mouvement cohérent que l’on peut contenir, c’est une tendance qui résulte de l’urgence expressive d’artistes qui ne se font pas les interprètes de cette dramatique convergence historico-culturelle. À mon avis, ce ne sont pas Burri ou Fontana qui sont les principaux représentants de ce phénomène, au contraire : les deux grands maîtres ont des recherches autonomes et uniques, impossibles à attribuer à une définition ou à une tendance unique. Les véritables protagonistes de cette saison sont tout autres : des artistes peut-être moins connus, mais bien plus exemplaires pour comprendre les raisons d’un moment historique. C’est pourquoi, dans l’exposition, outre les noms les plus célèbres, j’ai voulu proposer des œuvres d’artistes moins connus, parfois presque oubliés, mais dont les langages puissants et expressifs ne manqueront pas d’étonner les visiteurs".

L’exposition retrace la génération d’auteurs sortis blessés de la Seconde Guerre mondiale, qui ont expérimenté de nouveaux langages et de nouveaux styles capables de raconter une situation dramatique et complexe. Doutant du rôle public de l’art, ils ont choisi une voie solitaire qui n’impliquait pas de confrontations entre eux ni de manifestes ou de textes théoriques déclarant une voie commune. Même le critique français Michel Tapié, à qui l’on doit le terme Informel, a toujours refusé d’enfermer le courant dans des codes trop étroits et définis, se distançant de lui lorsqu’il prenait des connotations trop précises.

Les voies de l’Informel ont été multiples, filles d’autant de personnalités autonomes et originales, dont les recherches n’ont trouvé que quelques aspects communs, comme la spontanéité, l’instinct gestuel, le rejet de toute loi et de toute géométrie, et l’improvisation.

La vague informelle se répand en Occident comme une alternative à la peinture figurative typique de l’époque des régimes totalitaires, comme une réponse rageuse à la violence dont l’homme s’est montré capable ; en Italie, les années 1950 voient l’évolution de cette forme d’art, qui se manifeste dans de multiples versions. À la peinture figurative, surtout celle qui est socialement et politiquement engagée, et qui est aussi fermement soutenue par le nouveau gouvernement, s’opposent des artistes comme Afro, Chighine, Vedova et Burri, qui utilisent la matière et la couleur comme des moyens d’expression libres et puissants, ou des peintres qui réinterprètent la figuration sous un jour nouveau, comme Ennio Morlotti et Mattia Morenio, et des représentants du réalisme existentiel comme Mino Ceretti et Bepi Romagnoni, enfermés dans leur nihilisme douloureux.

L’exposition est accompagnée d’un catalogue réalisé par Ponte43 pour les éditions culturelles ViDi.

Pour toute information, veuillez appeler le +39 0341 286729 ou envoyer un courriel à palazzopaure@comune.lecco.it.

De Vedova à Morlotti, la peinture italienne des années 1950 exposée à Lecco
De Vedova à Morlotti, la peinture italienne des années 1950 exposée à Lecco


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.