Exposition "Prima Guardia" de Franca Pisani à Soresina avec 100 œuvres de la période 1972-1977


Du 5 décembre 2021 au 9 janvier 2022, le DAV (Département des arts visuels) de Soresina (Crémone) accueille "Prima guardia", une exposition personnelle de Franca Pisani sous la direction de Francesco Mutti.

Inaugurée le dimanche 5 décembre à 17 heures au DAV (Département des arts visuels) de Soresina, dans la province de Crémone, Prima guardia, l’exposition de Franca Pisaniest ouverte jusqu’au 9 janvier 2022, sous le commissariat de Francesco Mutti. Après avoir exploré les archétypes du “signe”, fait revivre des objets anciens et rendu hommage à l’univers féminin, l’artiste toscane raconte son propre passé. Elle le fait en donnant vie à un projet historico-artistique et didactique qui naît de la volonté de restituer à la mémoire collective et à l’histoire de l’art en général une période de la vie de l’artiste particulièrement fertile en innovations et en expérimentations, en collaborations, en rencontres et en liens qui ont eu lieu au plus fort des années 1970, si riches en effervescence lorsque l’artiste avait une vingtaine d’années. Au total, une centaine d’œuvres originales réalisées entre 1972 et 1977 seront exposées au DAV de Soresina : esquisses, dessins, photos, ferronneries, cartons, ainsi que 13 plaques originales pour la production de timbres et les timbres correspondants ; des vidéos de performances écrites par Franca Pisani seront également présentées : il y en aura quatre, toutes interprétées par les actrices Giulia File et Alessia Mori.

Dans le nouvel espace de la province de Crémone dédié à l’art contemporain, le commissaire Mutti tentera de raconter les événements, les amitiés, les pensées et les morceaux de la vie vécue par une artiste qui avait tout pour changer le monde, mais qui a été dépassée par des événements bien plus grands qu’elle.Mutti et Pisani travaillent ensemble sur un projet d’histoire de l’art et de didactique qui naît de la volonté de restituer à la mémoire collective et à l’histoire de l’art en général une période de la vie de l’artiste particulièrement fertile en innovations et en expérimentations, en collaborations, en rencontres et en liens dont il n’existe aucune trace dans les livres d’histoire ou dans la ligne de l’histoire de l’art. Il n’y a pas de trace dans les livres d’histoire et dans la ligne de l’histoire de l’art en raison d’événements politiques très graves qui se sont produits au milieu de ces années de grande agitation dans les années 70 et auxquels l’artiste, alors âgée d’une vingtaine d’années, a malheureusement été injustement confrontée.Malgré tout, Franca Pisani a poursuivi ses rêves en créant des programmes d’exposition fondamentaux (dans des espaces à Milan et à Florence) et des entreprises, surtout en concevant et en développant l’ Album Operozio de 1976 et Manumissio, manifeste du nouvel “art conceptuel” de 1977, deux projets que l’on pourra voir dans l’exposition. Ces deux projets représentent la somme de l’idéal de partage de ces années-là, tant du point de vue idéologique que pratique, et comprennent des noms d’une importance absolue, comme Eugenio Miccini, Ketty la Rocca, Enrico Crispolti, Paolo Masi, Maurizio Nannucci, Giulio Paolini, Rebecca Horn, Hervé Fischer et bien d’autres encore. Les deux projets d’édition montrent clairement, aujourd’hui comme hier, le respect et la confiance dont jouissait la jeune et talentueuse artiste dans les milieux de l’art contemporain.

“Nous, les filles, avons repris le mécontentement de nos mères”, se souvient l’artiste, “et nous nous sommes mises d’accord sur une action radicale pour les femmes artistes. La culture, et en particulier l’art, était l’arme de la revanche ; le féminisme, le pain et le sel de la culture elle-même. Nous rêvions de voyages dans les ateliers de nos collègues, nous planifions des expositions, des œuvres, et l’effervescence était continue grâce au chevauchement et à la confrontation ininterrompus d’idées, d’histoires et d’espoirs. Nous rêvions que le monde changerait pour le mieux grâce à l’art et que l’art serait l’instrument essentiel de la nouvelle renaissance. Mais malgré notre volonté commune, en tant que femmes, nous ne pouvions avoir la place qui nous revenait dans le monde que si nous étions représentées par les marchands habituels. Nous ne considérions pas l’art comme un bien commercial, mais nous rêvions, comme beaucoup de nos collègues, que l’art soit un patrimoine universel, qu’il appartienne à tous. Aujourd’hui, les femmes ne sont pas encore à leur place, mais lentement et difficilement, en criant et en hurlant, elles y parviennent peu à peu. Je suis fière de les voir dans les grands musées, non seulement comme guides, mais sur les murs des salles les plus importantes, à commencer par celles qui nous ont précédées : d’Artemisia Gentileschi, à Tintoretta, à Kusama, à Louise Bourgeois, à Accardi. Tous ces artistes me tiennent à cœur. La dimension verbale est une caractéristique de mon travail depuis les années 1970, lorsque, en pleine recherche conceptuelle, j’ai été parmi les rares artistes visuels à se mesurer à la relation entre l’espace, l’image, le mot, le signe et le sens”.

Quelle est la signification de First Guard de l’artiste toscane Franca Pisani ?“D’une part, explique le commissaire, c’est la restitution à l’histoire (de l’art, en tout cas) de la mémoire de quelque chose qu’elle a dû abandonner, peut-être malgré elle, en le jetant à la hâte sans réfléchir aux conséquences et sans raison valable de le faire, mais plutôt à la merci d’événements auxquels il était impossible d’échapper ; d’autre part, et plus que tout, c’est la restitution de la dignité à l’œuvre d’une artiste qui, par d’étranges et complexes intrigues du destin, a été contrainte d’abréger sa vie quotidienne au nom d’une préservation violemment imposée, d’un esprit voué à la survie qui a dû tout sacrifier, avant tout un parcours de croissance intense, passionné, plein de stimuli, de choix et d’idées qui était en tout point en phase avec son temps, voire, dans certains cas, bien en avance sur lui. PRIMA GUARDIA est donc un projet historique au sens propre du terme et didactique à la fois, marqué par d’extraordinaires idées d’entreprise qui, entre 1975 et 1978, ont donné vie à une série d’expériences artistiques partagées d’une importance absolue : En effet, Album Operozio et Manumissio représentent les dernières étapes d’une série de contacts, de relations, de voyages, de connaissances, d’amitiés, de discussions, d’opportunités, de confirmations et de renoncements qui représentent l’essence de la vie de Franca au cours de ces années et qui, tout à coup, se taisent comme s’ils n’avaient jamais existé. La preuve en est que la documentation fondamentale présentée dans ce catalogue et dans l’exposition n’a jamais été mentionnée dans les livres d’histoire de l’art au fil des ans, ni même par erreur, et qu’elle est totalement absente de la mémoire et des collections des marchands et des amateurs contemporains”.

Exposition
Exposition "Prima Guardia" de Franca Pisani à Soresina avec 100 œuvres de la période 1972-1977


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.