Florence, après cinquante ans, le guerrier au bouclier d'Henry Moore revient au Palazzo Vecchio


Le guerrier au bouclier d'Henry Moore est de nouveau exposé au Palazzo Vecchio de Florence.

Du 18 mai 2021 au 9 janvier 2022, la sculpture en bronze d’Henry Moore, Guerrier au bouclier, sera de retour au Palazzo Vecchio de Florence, cinquante ans après l’exposition qui l’a fait venir pour la première fois. L’œuvre sera exposée au Palazzo Vecchio, dans la Sala Leone X, l’une des salles les plus représentatives. L’exposition, dont le commissaire est Sergio Risaliti, directeur artistique du Museo Novecento, est promue par la municipalité de Florence, organisée par MUS.E et réalisée en collaboration avec le British Institute of Florence et l’Opera di Santa Croce. L’exposition s’inscrit dans la série des projets Relocated, qui ont présenté les années précédentes les tapisseries des Médicis et la Chimère d’Arezzo.

Après la grande exposition qui s’est tenue au Forte di Belvedere en 1972, Henry Moore a décidé de faire don de l’œuvre à la capitale toscane : elle a été réalisée pour la première fois en 1953-1954 et présentée à l’occasion de la célèbre rétrospective florentine. La sculpture aurait dû être placée dans la Loggia di Saturno, au Palazzo Vecchio, mais à cause de diverses vicissitudes, elle n’y est jamais arrivée. L’artiste exigea qu’on la lui rende et le Guerrier retourna en Angleterre. Ce n’est que dans les années 1980, grâce à la reprise des pourparlers avec les héritiers de Moore et à l’intérêt du British Institute of Florence, auquel l’œuvre a été donnée par la famille de l’artiste, que le bronze est retourné à Florence. À la suite d’un accord entre l’administration municipale florentine et le British Institute lui-même, une formule de prêt à long terme pour utilisation a été trouvée et il a été décidé de placer le bronze dans le premier cloître du complexe monumental de Santa Croce, où il est conservé jusqu’à aujourd’hui.

Au début des années 1970, alors que Moore décide de faire don du Guerrier au bouclier à Florence, le maire de la ville de l’époque, Luciano Bausi, travaille à l’acquisition d’une deuxième œuvre de l’artiste, Figura distesa, alors conservée à Berlin, qui coûte 35 000 livres sterling. Le Guerrier aurait dû s’ajouter à cette acquisition, mais il n’a pas été possible d’atteindre la somme nécessaire pour faire venir la Figura distesa à Florence et le projet d’acquisition de cette seconde œuvre a finalement échoué. Entre-temps, en 1974, le Guerrier au bouclier est revenu dans la ville. Des difficultés d’installation retardent sa mise en place dans la Terrasse de Saturne et la sculpture est provisoirement présentée dans la troisième cour du Palazzo : cette mise en place met en péril la patine métallique de l’œuvre, qui avait été conçue pour une exposition à l’intérieur.

Dix ans plus tard, en 1984, Henry Moore reçoit une photographie prise par David Finn montrant la sculpture “abandonnée” dans la cour du Palazzo Vecchio. L’artiste prend également connaissance de l’épithète de “monument au moine” dont les Florentins se moquent allègrement, et décide d’en exiger la restitution. La municipalité, qui avait entre-temps perdu tout droit sur l’œuvre, fut contrainte de la renvoyer en Angleterre. L’affaire fait grand bruit et le nouveau maire, Massimo Bogianckino, s’engage à rendre la sculpture à Florence. Au lendemain de la mort de Moore en août 1986, Maria Luigia Guaita et le consul britannique de l’époque écrivent à sa fille Mary et à sa veuve Irina en faisant appel à la mémoire de l’exposition florentine de 1972. Finalement, Irina Moore décida de faire don du Warrior à l’Institut britannique de Florence et l’œuvre put retourner dans la ville à laquelle elle était destinée. L’œuvre fut alors placée dans le cloître du complexe monumental de Santa Croce, près des “urnes des forts”, où elle est habituellement exposée.

Aujourd’hui, le Guerrier retourne au Palazzo Vecchio. L’œuvre combine l’influence de la statuaire classique et l’observation attentive des formes naturelles. Entourée des fresques de la Sala di Leone X, la figure du jeune mutilé déclenche un dialogue significatif avec le Génie de la Victoire de Michel-Ange et les scènes de bataille qui décorent la Salone dei Cinquecento. Moore, pacifiste convaincu qui a connu deux guerres mondiales, célèbre l’héroïsme en soulignant l’inhumanité de tout conflit fratricide.

"Le guerrier mutilé de Moore, a déclaré le conseiller culturel Tommaso Sacchi, semble nous mettre en garde contre les nouvelles guerres contemporaines, qu’il s’agisse de la lutte contre un virus invisible ou de celles qui frappent actuellement le Moyen-Orient. C’est un grand honneur de l’accueillir ici, au Palazzo Vecchio, près de l’endroit initialement prévu par Moore lui-même et qui ne s’est pas concrétisé par le passé, presque comme une compensation pour un artiste qui aimait beaucoup Florence et qui nous a laissé une exposition inoubliable au Forte di Belvedere".

"Il y a des années, ajoute Sergio Risaliti, directeur du Museo Novecento, nous avons lancé un projet scientifique intitulé Relocated, qui se veut un acte de recomposition entre les œuvres d’art et leurs contextes d’origine. La réunion au Palazzo Vecchio des tapisseries des Médicis conçues par Pontormo et Bronzino et de la Chimère d’Arezzo, temporairement déplacée dans la salle Leone X, où Cosimo Ier avait souhaité l’exposer en son temps, en sont de brillants exemples. Aujourd’hui, une autre pièce s’ajoute à ces intentions initiales, réaffirmant une vision culturelle qui voit dans l’étude critique du patrimoine historico-artistique et dans sa réinterprétation continue un point fort sur lequel insister pour sortir du marasme d’une historicisation bloquée sans si et sans mais. Restituer aux lieux quelque chose de leur composition d’origine et inversement aux œuvres leur contexte d’origine, peut dans certains cas aider à la lecture de significations éloignées et de nouvelles suggestions. Aujourd’hui, le Guerrier au bouclier d’Henry Moore entre dans la Sala Leone X. Il avait imaginé son installation au Palazzo Vecchio au lendemain de son exposition anthologique à Forte di Belvedere. Un vœu qui se concrétise enfin aujourd’hui. Et comme il est beau de découvrir la monumentalité dramatique de ce Guerrier, une mesure expressive qui nous avait échappé dans le cloître pourtant magnifique de Santa Croce, où l’œuvre de Moore avait trouvé sa place dans les années 1980. Il est surprenant de constater à quel point les œuvres dégagent une nouvelle énergie grâce à de simples changements d’emplacement. Combien de force elles récupèrent et combien de magnétisme. Quelle émotion de sentir la vibration plastique de ce Warrior, une œuvre qui célèbre le pacifisme convaincu de Moore sans négliger le courage héroïque de ceux qui se battent pour la liberté. Quelle émotion de pouvoir lire dans ces formes modernes les précédents poétiques de Michel-Ange, présent à quelques pas de là, dans la salle Leone X, avec le Génie de la Victoire. Non moins significatif est le dialogue avec les fresques de Giorgio Vasari dans cette salle, avec des images de corps magnanimes qui tirent également leurs formes de la sublime leçon de Buonarroti. En outre, la lumière des fenêtres met en valeur le modelage et permet d’apprécier la patine du bronze. Je voudrais terminer par un autre indice. À l’extérieur du palais se dresse le David, symbole du jeune berger guerrier défenseur de la liberté républicaine. Ici, nous admirons le Wounded Warrior de Moore, qui n’est plus l’image néoclassique d’un héros athlétique, mais l’évocation intemporelle d’une humanité qui se protège de la folie de la guerre : de chaque guerre et de chaque acte de violence".

"La Fondation Henry Moore accueille avec enthousiasme le retour de Warrior with Shield au Palazzo Vecchio pour cette exposition", a déclaré Sebastiano Barassi, directeur des collections et programmes Henry Moore. "C’est l’endroit qu’Henry Moore avait imaginé pour cette sculpture et où elle a été exposée jusqu’en 1987, date à laquelle elle a été déplacée dans le cloître de la basilique de Santa Croce, un bâtiment que l’artiste aimait beaucoup. Moore a créé ce moulage du Guerrier spécialement pour Florence. Nous sommes ravis de célébrer un nouveau chapitre important dans l’histoire de sa relation avec la ville, qui a commencé il y a près d’un siècle avec sa première visite en 1925, et qui, nous l’espérons, continuera à s’épanouir longtemps dans l’avenir".

Entre le Guerrier au bouclier d’Henry Moore et le complexe monumental de Santa Croce", a ajouté Irene Sanesi, présidente de l’Opera di Santa Croce, “une relation extraordinairement profonde s’est établie”. L’œuvre, placée dans le premier cloître, a naturellement trouvé sa place dans ce lieu où la mémoire, l’histoire et l’art sont inextricablement liés et où la force du passé est contemporaine et sert à regarder vers l’avenir. Le Guerrier au bouclier est une œuvre très contemporaine : elle évoque aujourd’hui la lutte de l’humanité contre la pandémie et la mémoire des héros qui ont combattu et combattent le terrible virus dans toutes les parties du monde. Ce n’est pas un hasard si l’Opera di Santa Croce prévoit de rappeler ces héros par un monument qui sera érigé de manière emblématique dans le premier cloître, à quelques dizaines de mètres du " Guerrier " de Moore.

Florence, après cinquante ans, le guerrier au bouclier d'Henry Moore revient au Palazzo Vecchio
Florence, après cinquante ans, le guerrier au bouclier d'Henry Moore revient au Palazzo Vecchio


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.