Florence, au Museo Novecento, le jeune Davide Balliano dialogue avec Arturo Martini


Du 7 juin au 12 septembre 2019, le Museo Novecento de Florence accueille l'exposition " L'attesa ", un solo show du jeune Davide Balliano en dialogue avec Arturo Martini.

Au Museo del Novecento de Florence , le cycle Duel revient pour son cinquième rendez-vous, qui voit des commissaires invités appelés de temps à autre à collaborer avec des artistes actifs sur la scène internationale pour créer des interventions in situ inspirées par la collection du musée. Un duel dialectique entre les artistes contemporains et le patrimoine civique, qui voit à cette occasion Davide Balliano (Turin, 1983) en être le protagoniste avec l’exposition L’attesa (du 7 juin au 12 septembre 2019), exceptionnellement organisée par le directeur artistique du Museo Novecento, Sergio Risaliti.

L’exposition naît d’un dialogue avec la sculpture Susanna d’Arturo Martini (Trévise, 1889 - Milan, 1947) réalisée vers 1935 et se développe autour du thème de l’attente. Dans sa saveur archaïque, l’œuvre frappe, selon Balliano, par ses traits presque primitifs, mais en même temps caresse l’âme avec une douceur infinie, en parfaite synchronisation avec son nom : Susanna, Lys, symbole de pureté. Une signification qui renvoie également à la ville de Florence et au modernisme, rappelle Risaliti, qui a toujours cherché la pureté du langage figuratif pour éviter d’être submergé par la réalité et l’histoire. Les œuvres que Davide Balliano déploie dans un duel avec Arturo Martini sont un corpus d ’œuvres inédites, sept peintures et une sculpture, ainsi qu’une série de photographies qui témoignent de performances réalisées dans le passé.

En dialogue avec Susanna de Martini, l’artiste expose une nouvelle sculpture en acier miroir, creuse comme un cylindre ou un récipient coupé en deux. “L’acier reflète et englobe en miroir tout ce qui apparaît dans l’espace”, explique Risaliti. “Et le contenant (formellement une œuvre minimale et abstraite), bien qu’il ne puisse pas être rempli d’objets, de choses, de personnes, est rempli de réalité grâce à la réflexion du métal. La sculpture agit également comme un tableau”. En fait, toute la recherche de Balliano se situe sur la frontière ténue entre sculpture et peinture, abordant des thèmes existentiels et actuels, tels que l’identité de l’homme à l’ère de la technologie et sa relation avec le sublime, à travers un langage austère et minimal construit autour de géométries abstraites en dialogue étroit avec l’architecture. “Les références au Minimalisme et au vocabulaire abstrait reviennent également dans les peintures, subissant une sorte de distorsion dans le sens de la réalité et de l’existence dont Balliano ne veut pas se séparer ou s’éloigner en recourant à une logique et à un langage froids et aseptisés”, ajoute le directeur.

Le jeune artiste italien, qui vit à New York depuis douze ans, s’est imposé dans les expositions internationales grâce à un travail qui va de la performance à la photographie, de la sculpture à la peinture : “mes compositions, toujours basées sur une assonance sobre de quelques éléments, souvent superposés mais jamais en perspective, sont maintenant animées par une vibration constante”, explique Davide Balliano. “Un battement de cœur, un mouvement répétitif et régénérateur dans lequel chaque élément est semblable mais différent. Comme les minutes passées à attendre, à comprendre et à penser. Au lieu de cela, la sculpture s’est refroidie, perdant la chaleur organique de la céramique. Le résultat est un objet froid, monolithique, semblable à un miroir. Une forme concave, que je ressens comme une architecture contenant un silence central. Une cheminée construite pour décrire la colonne de vide qui la soutient. Et cette forme contient, recueille et en quelque sorte répond, en renvoyant notre regard. Comme un sphinx qui répond à nos questions avec des yeux stables et impénétrables. C’est le cœur battant de l’exposition, la tension centrale autour de laquelle tourne chaque élément. Ce pilier métallique glacé et neutre est le regard qui se pose sur Susanna, la source des réponses tant attendues, la fin de L’Attesa. Les éléments picturaux et la sculpture sont ma nouvelle contribution à cette exposition, les légions que j’apporte à mon duel avec Martini”.

L’exposition est complétée par un certain nombre de photographies qui témoignent de trois actions distinctes dans le cadre d’un seul projet Donner le dos à la nuit où je t’ai entendu mentir à un géant: une réflexion sur le mystère de l’attente du sommeil. Un moment quotidien où nous nous préparons à renoncer à tout ce que nous sommes, en abandonnant le contrôle de notre corps, la pensée rationnelle et le principe qui lie la cause et l’effet, en entrant dans la folie des rêves.

Formé à l’origine à la photographie, Davide Balliano a abordé la peinture et la sculpture en 2006, lors de son installation à New York, où il vit et travaille actuellement.

Il a récemment exposé en solo à la galerie Dirimart, à Istanbul (2019) : Dirimart Gallery, Istanbul (2019), Tina Kim Gallery, New York (2019 et 2017), Museo Marca, Catanzaro (2018), 39 Great Jones, New York (2018), Luce Gallery, Turin (2017 et 2015), Timothy Taylor Gallery, Londres (2015), Room East, New York (2014), Rolando Anselmi Galerie, Berlin (2014 et 2012), Galerie Michael Rein, Paris (2013), Location One, New York (2011), The Artists Space, New York (2009). Ses œuvres ont été présentées dans de nombreuses expositions collectives, notamment à la David

Zwirner Gallery, New York (2015), Sean Kelly Gallery, New York (2014 et 2010), Museo Madre, Naples (2012), The Watermill Center, New York (2011 et 2009), MoMA PS1, New York (2010), Espace d’Art Contemporain de Castello, Castellon, Espagne (2010).

Pour plus d’informations, visitez le site officiel du Museo Novecento.

Sur la photo : une œuvre sans titre de l’artiste provenant de la Tina Kim Gallery, New York.

Source : communiqué de presse

Florence, au Museo Novecento, le jeune Davide Balliano dialogue avec Arturo Martini
Florence, au Museo Novecento, le jeune Davide Balliano dialogue avec Arturo Martini


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.