Francesco Londonio et les crèches en papier du musée diocésain de Milan


Du 1er décembre 2023 au 28 janvier 2024, le Museo Diocesano Carlo Maria Martini de Milan accueillera l'exposition Francesco Londonio e la Tradizione dei Presepi di Carta (Francesco Londonio et la tradition des crèches en papier), qui retrace l'histoire de cet art particulier à travers des graphiques et des peintures de l'auteur milanais. Son chef-d'œuvre, la crèche Gernetto, sera exposé pour la pr

L’histoire des crèches en papier, à travers les graphiques et les peintures de Francesco Londonio (Milan, 1723-1783), est au cœur de l’exposition Francesco Londonio e la Tradizione dei Presepi di Carta (Francesco Londonio et la tradition des crèches en papier), organisée par Alessia Alberti, conservatrice du Gabinetto dei Disegni e Raccolta delle Stampe “A. Bertarelli” du Castello Sforzesco de Milan et Alessia Devitini, conservatrice du Museo Diocesano de Milan. Pour la première fois après restauration, la crèche de Gernetto, chef-d’œuvre du peintre lombard, sera exposée. Du 1er décembre 2023 au 28 janvier 2024 au Museo Diocesano Carlo Maria Martini de Milan, l’exposition célèbre un double anniversaire, à savoir leFrançois à Greccio en 1223, et le troisième centenaire de la naissance de Francesco Londonio, peintre et graveur milanais presque exclusivement associé à des thèmes bucoliques et pastoraux et auteur de la crèche de Gernetto, l’un des chefs-d’œuvre de ce type particulier, conservé au musée diocésain de Milan.

L’exposition, qui comprend une quarantaine d’œuvres en plus de la crèche provenant de la collection du Musée diocésain, est organisée en collaboration avec les Collections graphiques et artistiques du Castello Sforzesco de Milan, avec le patronage de la Région Lombardie, des sponsors Comieco, Ispe, et de l’Association du Conseil de Lombardie.

L’exposition commence par un noyau d’œuvres de Francesco Londonio, un exemple de son activité picturale et graphique entièrement consacrée au monde pastoral : des peintures, des études et des dessins ont été sélectionnés dans la Pinacothèque et le Cabinet des dessins du Castello Sforzesco, illustrant des thèmes et des motifs de la “formule” qui reflète la vision typique du monde de l’artiste, suspendue entre l’Arcadie et le siècle des Lumières ; sa production de nativités en papier en découle “naturellement”. La comparaison entre ce noyau et la crèche de Gernetto du Musée diocésain permet de comprendre comment l’activité liée aux crèches n’est pas un simple passe-temps mais est considérée par l’artiste comme un élément à part entière de sa production plus engagée. Cette section présente également une série d’ eaux-fortes, toutes centrées sur le monde rural et destinées au comte Giacomo Mellerio, qui a commandé la crèche de Gernetto.

À partir des premiers exemplaires réalisés par Francesco Londonio, les nativités en papier se sont répandues en Lombardie et de ses modèles est née une tradition de crèches à découper, documentée par les œuvres de la Civica Raccolta delle Stampe Achille Bertarelli, qui confirment leur fortune durable, du XVIIIe siècle au début du XXe siècle. Les exemples les plus anciens, gravés et coloriés à la main, remontent à l’époque de Londonio et sont liés à la production des éditeurs Remondini. Sont également exposées une série de cartes de vœux et de cartes pop-up de différentes époques, dans lesquelles les crèches et le papier restent les protagonistes.

L’initiative est complétée par la grande vitrine qui abrite la crèche Gernetto, exposée pour la première fois entièrement restaurée. L’œuvre, qui doit son nom à la villa Gernetto de Lesmo, en Brianza, pour laquelle elle a été réalisée, probablement sur commande du comte Giacomo Mellerio vers les années 1860-1970, se compose d’une soixantaine de personnages - dont la Sainte Famille avec les Rois Mages, des bergers, des pages, des enfants, des paysans et des animaux - peints à la détrempe sur du papier et du carton façonnés.

L’exposition est accompagnée d’un catalogue publié par Dario Cimorelli Editore.

Calendrier des activités pédagogiques L’exposition consacrée aux crèches en papier, depuis le “grand théâtre” de Francesco Londonio jusqu’à nos jours, ainsi que l’exposition de l’œuvre de Beato Angelico, seront l’occasion d’entrer dans la tradition du conte de Noël et plus particulièrement de la crèche, en découvrant sa forme la plus éphémère et en même temps la plus fascinante. VISITES NARRATIFIEES par le Service éducatif Jeudi 7 décembre, 15h30 Samedi 16 décembre, 15h30 Mercredi 27 décembre, 15h30 Dimanche 14 janvier, 15h30 Dimanche 21 janvier, 15h30 Dimanche 28 janvier, 15h3030 Coût : 10 € + droit d’entrée au musée, à acheter sur place, en fonction de la réduction de chacun ; VISITES DE LABORATOIRE par le Service éducatif ENFANTS Vendredi 5 janvier, 15h30 Coût : 8 € + droit d’entrée au musée, à acheter sur place, 7 € par enfant ADULTES Samedi 9 décembre, 10.30 Samedi 16 décembre, 10 h 30 Coût : 15 € + droit d’entrée au musée, à acheter sur place, en fonction de la réduction de chaque personne ; PAUSE DÉJEUNER SPÉCIALE : VISITES GRATUITES par la direction Mardi 5 décembre, 13 h 30 Mardi 19 décembre, 13 h 0030 (Réservé aux abonnés d’Abbonamento Musei Lombardia) Prix d’entrée au musée, à acheter sur place, selon les réductions de chacun Calendrier en cours de mise à jour / Pour toutes les activités, réservation obligatoire sur Eventbrite

Renseignements : www.chiostrisanteustorgio.it Heures d’ouverture : mardi-dimanche, 10h-18h Fermeture de la billetterie à 17h30 Renseignements : T. +39 02 89420019 ; www.chiostrisanteustorgio.it Social FB @MuseoDiocesanoMilano IG @museodiocesanomilano X @MUDIMilano IG @comunedimilano_cultura IG @castellosforzescomilano IG @grafiche_castellosforzesco #MuseoDiocesanoMilano #MuDiMi

Déclarations

"Cette exposition permet au Musée diocésain de donner de la visibilité à deux de ses principales missions : la conservation et la valorisation de ses collections, leur permettant ainsi - dit Monseigneur LUCA BRESSAN Président de la Fondation Sant’Ambrogio pour la culture chrétienne- de poursuivre leur chaîne générative de bien et d’émerveillement. Elle part du bien de ceux qui ont permis l’installation et l’exposition, elle traverse le bien de ceux qui ont fait don de ces œuvres au musée, pour arriver au bien de ceux qui les ont créées, et elle ne s’arrête pas là. S’il n’y avait pas eu le mystère de Noël, le mystère d’un Dieu qui, par amour pour nous, se fait l’un de nous, comment les artistes auraient-ils pu nous raconter ce mystère ?

"Cette exposition, souligne Tommaso Sacchi, conseiller pour la culture de la municipalité de Milan, célèbre le lien entre le génie artistique de Francesco Londonio et la tradition séculaire des crèches en papier en Lombardie. Elle constitue une excellente occasion de découvrir l’art et la culture d’une époque révolue à travers les yeux d’un maître de la peinture sur papier et des crèches qui ont fasciné des générations de croyants et d’amateurs d’art.

“Le papier et les crèches - en particulier celle de Londonio et l’ensemble de l’exposition que ce catalogue a le plaisir de retracer”, déclare Carlo Montalbetti, directeur général de Comieco (Consortium national pour la récupération et le recyclage des emballages à base de cellulose), “sont liés par une relation riche en analogies : tous deux sont nés des mains d’artistes et d’artisans habiles, et tous deux sont proposés comme quelque chose destiné à durer, jamais identique dans sa forme et pourtant inchangé dans sa substance. Lorsque le papier devient la matière première utilisée par l’artiste pour créer une crèche, comme dans le cas de l’exposition dont ce catalogue rend compte, le contenu et le contenant se fondent en un unicum d’une extraordinaire puissance artistique et évocatrice”.

Le début de la diffusion à grande échelle de la tradition des crèches en papier en Lombardie", écrit Alessia Alberti, commissaire de l’exposition, dans le catalogue, “est un phénomène que l’on tend chronologiquement à situer dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, en relation avec le succès des inventions liées au genre pastoral du peintre Francesco Londonio, qui, à Milan (et pas seulement), travaillait à l’époque sur commande des familles les plus importantes de la noblesse de la ville, et des artistes les plus importants de l’époque”. L’activité de l’époque est marquée, d’une part, par l’activité des grandes familles de la noblesse milanaise et, d’autre part, par celle de chalcographes confirmés comme Giulio Cesare Bianchi qui, vers la fin du siècle, produit des séries importantes et précieuses de feuilles de figures gravées, destinées à être imprimées, coloriées et découpées pour la production de berceaux domestiques. Cette ligne éditoriale manifestement heureuse se poursuivit au siècle suivant avec les Vallardi, se développant et s’adaptant naturellement aux nouvelles découvertes technologiques, en premier lieu le procédé d’impression lithographique, jusqu’au XXe siècle, avec l’expérience de la production en série, sur papier léger et en utilisant les techniques lithographiques et typographiques, de la Fabbrica Nazionale d’Immagini, inspirée par le modèle français de l’Imagerie d’Épinal. C’est à partir des très riches collections graphiques du Castello Sforzesco, parmi les plus importantes d’Europe et du monde, avec un patrimoine estimé à plus d’un million d’images imprimées pour le seul Cabinet d’estampes “Achille Bertarelli”, que s’ouvre le parcours de cette exposition qui, sans prétendre à l’exhaustivité, se propose de présenter, à travers des exemples choisis et identifiés dans les collections du Castello Sforzesco, des œuvres d’art et des œuvres d’art.mais qui, à travers des exemples choisis et identifiés dans les différentes sections, illustre les techniques exécutives et les zones de production, même au-delà des frontières de la Lombardie et de l’Italie, en vérifiant la résilience du genre jusqu’au début des années 1970, lorsque les collections municipales milanaises ont été enrichies par l’importante donation d’un professeur triestin, Ettore Tonini, particulièrement riche en exemples de ce type".

“La crèche dite de Gernetto”, écrit la conservatrice Alessia Devitini dans le catalogue, “œuvre du Milanais Francesco Londonio (1723-1783) et entrée dans la collection permanente du Museo Diocesano Carlo Maria Martini en 2018, est une acquisition de grande importance non seulement pour l’unicité de cette crèche, composée d’un ensemble d’éléments d’une grande beauté, mais aussi pour son caractère unique. de cette crèche, composée d’une soixantaine de personnages en carton peint, probablement le dernier exemple lombard du XVIIIe siècle à avoir survécu presque intact jusqu’à aujourd’hui, mais aussi parce que pendant longtemps, dans la collection permanente du musée, même si cela peut sembler inhabituel, puisqu’il s’agit d’un musée d’art sacré, il n’y avait pas de sujet strictement lié à la Nativité. Après une première présentation à la ville en 2018 au Palazzo Pirelli, à partir de 2021, année du 20e anniversaire du musée, la crèche sera installée chaque année dans une salle dédiée pour célébrer le Saint Noël.”

Francesco Londonio et les crèches en papier du musée diocésain de Milan
Francesco Londonio et les crèches en papier du musée diocésain de Milan


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.