Kosmos : une exposition sur la frégate Novara aux Scuderie di Miramare à Trieste


Intitulée "Kosmos - Le voilier de la connaissance", l'exposition-hommage à l'expédition de la frégate Novara et à la saison d'exploration scientifique du 19e siècle est présentée dans les écuries du château de Miramare à Trieste. Un hommage au voyage sans fin de la connaissance dans les écuries du château de Miramare à Trieste.

Les Scuderie del Castello di Miramare à Trieste accueilleront l’exposition Kosmos - Il veliero della conoscenza (Kosmos - Le voilier de la connaissance), du 21 décembre 2023 au 16 juin 2024. L’exposition est organisée par Andreina Contessa et le Bureau des expositions du Musée historique, dont font partie Alice Cavinato, Fabio Tonzar, Daniela Craso et le Parc du château de Miramare.

Le thème principal de l’exposition est le voyage, entendu comme la quête humaine permanente pour dépasser ses propres limites et repousser les frontières de la connaissance. L’objectif est d’explorer l’inconnu, en poussant les extrêmes du globe, les profondeurs de la mer, l’immensité du cosmos et le microcosme des particules subatomiques. L’exposition est un hommage à la fois à l’expédition de la frégate Novara réalisée entre 1857 et 1859 et à la période historique du 19e siècle, époque de merveilleuses explorations scientifiques.

Après une période de fermeture, l’espace d’exposition des Scuderie del Castello a été rouvert à cette occasion avec une nouveauté : un aménagement innovant mettant en scène des outils technologiques afin de raconter au public d’aujourd’hui comment est née la connaissance scientifique. Afin d’immerger pleinement le visiteur dans l’expérience de la frégate Novara, la présentation visuelle et sensorielle met l’accent sur l’aventure et la découverte à travers différents espaces tels que : installations numériques, maquettes, dioramas et intelligence artificielle, créant ainsi une expérience immersive qui invite les visiteurs à explorer des mondes vastes et inconnus. L’exposition, en plus de mettre en lumière le voyage que la frégate Novara a effectué en explorant des zones inconnues de la Terre, comprend divers éléments scénographiques et présente des artefacts et des expositions inédits exposés à Trieste en 1860, au retour de l’expédition, dans le Palazzo della Borsa. L’exposition comprend plus de 150 pièces, dont des objets naturalistes, des instruments de navigation historiques, des photographies, des livres anciens, des peintures et des aquarelles.

"Dans les années où Maximilien a construit le château de Miramare et défini la collection botanique de son grand jardin, explique Andreina Contessa, directrice du musée historique et du parc du château de Miramare, il a promu la science en soutenant un réseau de connaissances et de contacts entre les savants de l’époque.

Le projet d’une expédition autour du monde à des fins scientifiques et diplomatiques a été présenté en 1856 par l’archiduc Ferdinand Maximilien de Habsbourg, commandant en chef de la marine autrichienne. L’objectif de l’expédition était d’apporter une contribution substantielle aux sciences naturelles en recueillant des observations, des mesures, des données et des résultats pour les académies scientifiques. Le titre de l’exposition est un hommage au géographe et naturaliste allemand Alexander von Humboldt et à son ouvrage Kosmos, publié peu avant le départ de l’expédition des frégates. Dans son ouvrage, Humboldt a théorisé l’interconnexion de toutes les choses, anticipant le concept moderne d’écologie.

“Alexander Von Humboldt, poursuit Contessa, a théorisé l’interconnexion de toutes les choses, ce qui anticipe notre concept d’écologie. L’exposition veut encadrer le chemin que l’on emprunte toujours pour découvrir le monde. Toute initiative et tout désir de découverte découlent en effet d’un besoin inné de connaissance qu’a l’homme. Pour découvrir le monde, il faut partir en voyage et ce voyage mène à d’autres questions et, inévitablement, à d’autres cultures”.

Kosmos documente la pertinence de la collecte de données dans la construction de la connaissance, en examinant le voyage contemporain et la soif continue de découverte. Grâce à des prêts d’importants musées viennois et à des collaborations avec des institutions telles que l’université de Trieste et SISSA, l’exposition aux Scuderie del Castello di Miramare explore la magnifique expérience du voyage et l’histoire de la découverte, en révélant les connaissances stockées dans les bibliothèques, les collections et les archives.

L’exposition est organisée par le château de Miramare en collaboration avec la FIT - Fondazione Internazionale Trieste, le département des sciences humaines de l’université de Trieste, l’OGS - Institut national d’océanographie et de géophysique expérimentale et la SISSA - École internationale d’études avancées. Mise en place par Officina delle idee. Le catalogue est réalisé par Silvana Editoriale.

Alexander Kircher (attr.), La frégate Novara en haute mer (non daté ; Vienne, Heeresgeschichtlisches Museum)
Alexander Kircher (attr.), La frégate Novara en haute mer (non daté ; Vienne, Heeresgeschichtlisches Museum)

Le voyage de la frégate Novara

La frégate Novara, qui a quitté Trieste le 30 avril 1857, a entamé une longue expédition autour du monde, touchant des endroits tels que Gibraltar, Funchal, le Brésil et le cap de Bonne-Espérance. Paul, Amsterdam, Ceylan, l’Inde, Nicobar, Singapour, Java et Manille aux Philippines. Au cours de l’été 1858, la frégate atteint également Hong Kong et Shanghai, avant de se rendre à Sydney en Australie et en Nouvelle-Zélande. Elle touche également Tahiti et atteint les côtes du Chili (Valparaiso) à la mi-avril.

L’exposition rend compte non seulement du passage d’une philosophie imbriquée dans les sciences naturelles à la conception moderne de la science, mais aussi de la vie à bord du brick. Les dispositifs scénographiques et les instruments numériques ne manquent pas pour ouvrir une fenêtre sur la vie à bord du Novara et sur le quotidien des marins. Elle s’intéresse à la recherche à bord de la frégate Novara, en décrivant la vie des chercheurs dans leurs cabines : ethnographes, zoologistes, botanistes et le peintre Joseph Selleny (Vienne, 1824 - Inzersdorf, 1875). L’exposition présente des aquarelles originales de l’Albertina de Vienne et des objets d’époque du voyage du Novara.

Un grand panneau illustre les étapes du voyage, en utilisant la webcam pour plonger le visiteur dans la vie contemporaine des ports visités au XIXe siècle. Les armes du château de Miramare, récemment restaurées, sont également présentées. Au cours de ses voyages, l’expédition a recueilli plus de 26 000 pièces zoologiques, dont des spécimens uniques comme le manchot sauteur. L’exposition va plus loin dans la partie plus technologique, avec des images du télescope spatial Euclid, des simulations informatiques et des explorations polaires avec le brise-glace Laura Bassi.

Joseph Jüttner, Globe terrestre (1839 ; Trieste, Musée historique et parc du château de Miramare)
Joseph Jüttner, Globe terrestre (1839 ; Trieste, musée historique et parc du château de Miramare)

Déclarations

“L’exposition KOSMOS”, déclare Stefano Fantoni, président de la Fondation internationale pour la promotion et la liberté de la science de Trieste, “ne se limite pas à documenter l’expédition scientifique du Novara lors de son tour du monde en 1857-1859, mais veut aussi témoigner du voyage impétueux de la science depuis l’époque de Darwin et Babbage jusqu’à aujourd’hui vers un avenir imprévisible, comme c’est toujours le cas dans le voyage vers la connaissance. Ce témoignage passe par les conquêtes de la physique, avec le développement extraordinaire des théories fondamentales (comme la mécanique quantique et la relativité) et le développement tout aussi extraordinaire des accélérateurs de particules, de l’ADA au CERN, à la grande évolution des connaissances sur les constituants des océans et leur impact sur la vie humaine et vice versa - en témoignent les grands centres de données océanographiques et la récente expédition du navire Laura Bassi jusqu’au point le plus méridional du globe, qui n’a jamais été atteint -. Sans oublier l’astronomie, la ”sage-femme de la science“, comme l’a dit Henri Poincaré, et l’observation de l’espace lointain à la recherche de la solution aux mystères de l’Univers. Le tout couronné par le développement phénoménal de la ”science des données“ qui, à partir de l’intuition visionnaire de Babbage d’un ”calculateur universel“ et des rêves d’Alan Turing de ”machines pensantes capables de battre l’homme“, a conduit à la construction des supercalculateurs modernes et à la découverte de l’intelligence artificielle. C’est merveilleux ! Et de tout cela, la Trieste de la science occupe une place fondamentale dans le monde avec ses universités et ses instituts de recherche”.

"L’exposition, explique Roberto Trotta, professeur de physique théorique et responsable de la science des données à la SISSA, s’ouvre et se clôt sur deux expériences immersives dans le panorama de la recherche contemporaine, inspirées par le fil conducteur de la collecte et de l’analyse des données sur le cosmos qui nous entoure, déjà évidentes dans le voyage de Novara. Dans la première salle, le public pourra vivre cinq siècles de découvertes et d’explorations scientifiques en l’espace de cinq minutes, dans une vidéo onirique créée avec une intelligence artificielle générative par l’artiste et vidéaste Gigi Funcis, avec les conseils scientifiques du professeur Roberto Trotta de la SISSA. Cette vidéo ne se contente pas de transporter le spectateur dans le temps et l’espace, elle met également en évidence le pouvoir créatif et imaginatif de l’intelligence artificielle. La dernière salle offre quelques exemples de la manière dont la recherche scientifique de pointe utilise des données de plus en plus complexes et de plus en plus nombreuses, qui ne peuvent être analysées et comprises que grâce à des techniques statistiques et d’intelligence artificielle. Dans une spectaculaire salle de l’infini qui reproduit la sensation vertigineuse d’un univers sans limites, le visiteur se retrouve plongé dans l’observation du cosmos par le télescope spatial Euclid, expérimente le monde de l’infiniment petit au CERN à Genève et accompagne le brise-glace Laura Bassi dans un voyage d’exploration de l’Arctique. La salle a été aménagée avec les conseils scientifiques de SISSA, de l’Observatoire de Trieste, de l’INFN et de l’OGS, et avec la contribution musicale de Gigi Funcis".

"Ceux qui conçoivent des installations temporaires, explique Diego Giacchello, administrateur de l’Officina delle idee, sont conscients de la brièveté de la période pendant laquelle leur projet trouvera une forme construite et de la rapidité avec laquelle il sera démonté et éliminé. Les témoignages qui survivront seront essentiellement les expériences des visiteurs et les images numériques qu’ils auront collectées avec leurs smartphones. Les photographies et les courtes vidéos seront conservées, peut-être pour toujours, dans des centres de données fiables disséminés ici et là sur la planète. En travaillant sur l’exposition, nous avons nous aussi produit des milliers d’instantanés. Nous les avons échangés pour une question, une comparaison, une confirmation, tandis qu’en quelques jours prenait forme ce parcours d’exposition conçu pendant les mois d’été. Mais c’est en nous que nous garderons jalousement la valeur de cette petite aventure faite d’une parfaite entente entre des personnes qui travaillaient ensemble pour la première fois et qui se sont immédiatement comprises, unies par l’objectif d’illustrer au mieux les contenus de l’exposition. Les composantes scénographiques de cette exposition sont nombreuses, une exposition qui est avant tout un récit et pas seulement une suite ordonnée d’œuvres et d’artefacts, même exceptionnels, laissés seuls dans le contexte algide de la Scuderie. C’est pourquoi, lorsque tout sera démonté et que nous observerons les salles vides, nous sommes certains qu’il restera en nous une sorte de mélancolie subtile, celle qui caractérise la fin de tout voyage".

Kosmos : une exposition sur la frégate Novara aux Scuderie di Miramare à Trieste
Kosmos : une exposition sur la frégate Novara aux Scuderie di Miramare à Trieste


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.