L'Heure de Moscou, un groupe d'artistes formé à la fin de l'enfermement, se présente au public


Jusqu'au 29 août, le Castello dei Paleologi à Casale Monferrato accueille la première exposition de L'ora di Mosca, un groupe de 11 artistes qui s'est constitué à la fin du premier lockdown pour réaffirmer son existence créative.

Un groupe créé à la fin de la première fermeture, en juin 2020, pour réaffirmer son existence créative face à l’annulation de nombreuses activités culturelles imposée par la pandémie de Covid-19 : c’est le groupe indépendant L’ora di Mosca, qui expose ses œuvres jusqu’au 29 août au Castello dei Paleologi à Casale Monferrato, dans ce qui est la première exposition du groupe, Esperienza #02.

Le groupe est composé de onze artistes (AquaAura, Giuliano Caporali, Loretta Cappanera, Elisa Cella, Andrea Cereda, Angelica Consoli, Nadia Galbiati, Marco Grimaldi, Alex Sala, Matteo Suffritti, Manuela Toselli), qui n’appartiennent pas tant à des mouvements ou à des aires linguistiques bien définies qu’à l’intention d’établir un dialogue entre des mondes imaginaires qui peuvent être très différents les uns des autres, bien qu’ils appartiennent à une zone située entre l’abstraction et les pratiques conceptuelles. Le nom du groupe y fait allusion en reprenant une citation de Vassily Kandinsky tirée de son livre autobiographique Regard sur le passé (1913), dans lequel l’artiste russe évoque la forte émotion suscitée par la multiplicité des couleurs que la lumière d’un coucher de soleil hivernal génère en se reflétant sur l’architecture fantasmagorique du Kremlin ; une multiplicité qui, comme dans un grand orchestre composé de différents instruments, est en mesure de s’accorder et de générer une “symphonie”. Et c’est précisément la coexistence de ces différents modes d’expression qui apparaît comme un signe de l’horizon artistique contemporain, non plus dominé par un mouvement ou une tendance dominante, comme par le passé, mais fragmenté en de nombreuses individualités qui procèdent de manière indépendante.

Si la première exposition prévue, Esperienza #01 (qui devait avoir lieu au printemps à la Rocca di Umbertide, et qui a été reportée à l’automne prochain en raison de la suspension des activités culturelles causée par la recrudescence de l’épidémie) devait être, et sera, un orchestre “complet”, un voyage dans lequel les traits particuliers de chaque artiste sont soulignés et amplifiés, même en contraste délibéré les uns avec les autres, ce deuxième mouvement de L’ora, qui a pour but de mettre en valeur l’œuvre de l’artiste et de lui permettre de s’exprimer, ne peut pas être considéré comme une simple exposition, ce deuxième mouvement de L’ora di Mosca se veut plutôt un “pianissimo”, ou un “adagio”, dans lequel les dystonies, les bruits du premier projet sont remplacés par une ambiance plus douce, uniforme et chuchotée, représentée par le choix chromatique auquel tous les artistes ont adhéré, fixé sur la non-couleur, ou plutôt sur une couleur qui émerge de façon incertaine, sale, comme par soustraction, entre le noir et le blanc qui prévalent.

Cela se passe surtout dans l’espace d’exposition principal, un grand espace ouvert où les œuvres, murales et sculpturales, s’articulent comme un parcours continu, des bleus profonds des nébuleuses de Marco Grimaldi aux constellations atomiques d’Elisa Cella, raréfiées et immatérielles, bien qu’inspirées par les éléments minimaux de la matière ; des intérieurs impossibles, vides et blancs des photographies numériques d’Aqua Aura à la couleur pleine de vie, même lorsqu’elle n’est que couleur et que noir ou blanc, des toiles de Giuliano Caporali; des intrigues de contes, de mythes et d’expériences des œuvres textiles de Loretta Cappanera, aux tissages de soie et de miroirs, de sentiments et de rationalité de Manuela Toselli, jusqu’à la réalité actuelle, distillée par Matteo Suffritti dans des installations qui, à l’aide de la photographie, résument le drame des migrations, par exemple dans une paire de bras émergeant d’une mare d’eau. Dans les deux tours, espaces au caractère plus prononcé, qui ont la force d’une architecture défensive, les contrastes résonnent à nouveau : dans l’une, le contraste entre les constructions architecturales “froides” et rationnelles de Nadia Galbiati et les structures “chaudes” d’Andrea Cereda; dans l’autre, le contraste entre une installation, celle d’Alex Sala, qui interroge l’individu, plus aléatoire que les “choses” concrètes, objets et lieux, où l’individu lui-même habite, et une recherche, celle d’Angelica Consoli, dans laquelle la dimension la plus profonde du moi, le sens du sacré, se trouve plutôt dans de petits objets quotidiens ayant une valeur symbolico-religieuse.

Les œuvres des tours, cependant, sont également marquées par le monochromatisme, elles participent elles aussi à cette tonalité d’ensemble qui n’est pas seulement une question de couleur, mais aussi de poétique et de message : l’exposition au Castello di Casale entend se proposer, affirment les artistes, “comme un tapis visuel qui coule avec fluidité, d’une œuvre à l’autre, comme une sorte de fond, comme un accompagnement discret d’une voix narratrice qui, pourtant, est le silence”. Cette voix, ce silence, nous pourrions les définir comme une sorte de “Réel” qui se superpose aux langages comme l’empreinte du moment historique dans lequel s’inscrit l’exposition, qui lui est extérieur et pourtant imminent. L’isolement et la pandémie nous ont éloignés les uns des autres et nous ont appris la méfiance. Une méfiance qui s’est peu à peu éloignée de tout ce qui faisait notre quotidien. Cette réalité forcée dans laquelle un organisme minuscule et invisible nous a entraînés a également modifié la dynamique de notre activité même en tant qu’artistes, notre approche de la créativité. Dans le contexte général de cette sous-réalité (ou néo-réalité) qui a effacé toute référence coutumière, toute habitude ; dans laquelle tout lien social, tout geste naturel est imbibé de désinfectant et les visages sont couverts et effacés par des masques, nous perdons la couleur, l’expression naturelle de l’être (ou du fait d’avoir été)".

Par rapport au premier projet, qui pouvait être lu comme une rébellion, voire une colère, au premier enfermement, comme une revendication obstinée de l’existence, aujourd’hui, alors que la pandémie se poursuit, dans l’incertitude de la réalité qui se profile, dans la conscience d’être à l’intérieur d’un tournant d’époque, la réaffirmation de la nécessité de l’art, selon L’Heure de Moscou, doit se faire à voix basse. “Pourtant, c’est sous cette couverture que nous existons. Nous sommes à l’intérieur d’une partie du futur, aussi dystopique soit-il”, écrivent encore les artistes de L’ora di Mosca. “L’exposition, cependant, ne veut pas crier, elle ne veut rien revendiquer, au contraire. Elle veut être un flux léger de visions, d’émotions et de pensées, comme pour dire : ”Nous sommes ici. Notre état d’esprit, suspendu et incertain, est comme celui du spectateur“. Comme une photographie en niveaux de gris, comme une peinture sans couleur. [...] Nous entrerons dans la scène avec un murmure, pour ne pas déranger, un bourdonnement de fond dans lequel la seule note qui se distingue est notre ”diversité“ déclarée : notre ”tone-slippage".

L’exposition peut être visitée le samedi et le dimanche de 10 à 13 heures et de 15 à 19 heures. Texte critique : Chiara Tavella. Soutien du projet : Associazione Culturale Libera Mente - Laboratorio di Idee di Alessandria. Avec la collaboration de : Association AISA - Association italienne pour la sécurité environnementale - Section Casale - Municipalité de Casale Monferrato (AL). Pour plus d’informations : info@loradimosca.it, www.loradimosca.it.

Nadia Galbiati, Dialogue (2012-2020 ; acier inoxydable, fer peint, dimensions variables)
Nadia Galbiati, Dialogue (2012-2020 ; acier inoxydable, fer peint, dimensions variables)


Manuela Toselli, Mirror Ties #1-#2-#3-#4-#5 (2019 ; soie shantung, acier miroir, bois et clous, dimensions environnementales).
Manuela Toselli, Legami Specchio #1-#2-#3-#4-#5 (2019 ; soie shantung, acier miroir, bois et clous, dimensions environnementales).


Elisa Cella, 14-C06 (2014 ; huile sur acrylique sur toile, 30x40 cm)
Elisa Cella, 14-C06 (2014 ; huile sur acrylique sur toile, 30x40 cm)


Andrea Cereda, Guardians (2013 ; brouettes, dimensions environnementales)
Andrea Cereda, Keepers (2013 ; bacs de brouette, dimensions environnementales)


Aqua Aura, The Party is Over (2020 ; impression numérique sur papier coton, 101 x 180 cm).
Aqua Aura, The Party is Over (2020 ; impression numérique sur papier coton, 101 x 180 cm)

L'Heure de Moscou, un groupe d'artistes formé à la fin de l'enfermement, se présente au public
L'Heure de Moscou, un groupe d'artistes formé à la fin de l'enfermement, se présente au public


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.