La pandémie nous oblige à réfléchir sur la fragilité : d'où l'exposition virtuelle de la galerie De Carlo


Du 23 juin au 5 juillet, l’exposition collective La simmetria della fragilità (La symétrie de la fragilité), conçue et réalisée pour l’espace virtuel Massimo De Carlo, sera accessible en ligne et consacrée à l’un des thèmes les plus intéressants qui ont émergé au cours des soixante-dix jours passés à vivre avec la pandémie.

Organisée par Alberto Salvadori et Luigi Fassi, l’exposition fait partie du projet Risorgimento - Milan Virtual Art Summer promu pendant l’été par la galerie Massimo de Carlo, qui a invité cinq espaces d’exposition milanais à expérimenter la combinaison de l’art et de la réalité virtuelle en mettant leur VSpace à disposition.

L’exposition virtuelle est composée d’œuvres créées par des auteurs aux origines, encyclopédies cognitives et générations d’appartenance différentes, mais unis par une approche de la réalité caractérisée par des valeurs qui peuvent être ramenées au concept de “fragilité”.

Dans la compréhension contemporaine commune, la fragilité est hâtivement comptée parmi les conditions négatives d’infériorité, un défaut d’origine à corriger sous peine de marginalisation sociale et de condamnation à l’inutilité. Il existe cependant un courant de pensée largement suivi, corroboré par les réflexions de l’art sous toutes ses formes et par les recherches de la médecine et de la psychologie, qui veut que la fragilité recèle des valeurs de sensibilité et de délicatesse, de dignité et de bonté. Une qualité première de la fragilité est sa capacité à favoriser la compréhension de l’autre, en s’ouvrant à la dimension du soin et de la communauté, à l’intuition de l’indicible et de l’invisible qui nous accompagnent dans la vie.

Les artistes de l’exposition sont : Maliheh Afnan, Miriam Cahn, Lisetta Carmi, Louis Fratino, Arjan Martins, Jennifer Packer, Andy Robert, Cathy Josefowitz et Portia Zvavahera.

Pour visiter l’exposition, cliquez ici.

Sur la photo : Louis Fratino, 10am (2019), huile sur toile, 22,8 x 30,5 cm. Collection privée, Qatar. Crédit photographique : Antoine Levi, Paris

La pandémie nous oblige à réfléchir sur la fragilité : d'où l'exposition virtuelle de la galerie De Carlo
La pandémie nous oblige à réfléchir sur la fragilité : d'où l'exposition virtuelle de la galerie De Carlo


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.