Le corps dans l'art des années 1950 à nos jours : une exposition à Locarno


Du 8 septembre 2019 au 5 janvier 2020, la Fondation Ghisla à Locarno accueille l'exposition "Look at me ! Le corps dans l'art des années 1950 à nos jours".

La Fondation Ghisla présente l’exposition Look at me ! Le corps dans l’art des années 1950 à nos jours, une lecture transversale de l’art, de l’après-guerre à nos jours, à travers le thème du corps dans la photographie, dans les œuvres d’artistes et de photographes internationaux. Une image du grand Américain Irving Penn, datée de 1949-1950, introduit l’exposition, dont les commissaires sont Angela Madesani et Annamaria Maggi, et qui sera ouverte au public du 8 septembre 2019 au 5 janvier 2020.

Look at Me ! est une investigation articulée à travers le médium de la photographie qui, des œuvres socialement engagées des années 1960 et 1970, mène aux grands auteurs photographiques des années 1980 et arrive jusqu’à nos jours.

“La perspective à partir de laquelle nous avons commencé est une enquête sur la relation entre le corps féminin et le corps masculin et la recherche de certains artistes importants qui ont travaillé avec le cinéma, la vidéo, la photographie et l’installation. Une recherche qui s’éloigne du concept réducteur de genre pour mettre en dialogue des artistes et des œuvres très différents”, explique Angela Madesani.

“Le corps, explique Annamaria Maggi, est le sujet le plus ancien de l’histoire de l’art : dès les premières formes de représentation, et à bien des égards encore aujourd’hui, le corps humain est le sujet principal des différentes pratiques artistiques. Sans le corps, il n’y aurait pas d’art. Dans le passé, la figure humaine a été l’outil essentiel pour communiquer des histoires et donner une forme visible à des sentiments, des croyances et des concepts ; aujourd’hui encore, malgré la multiplication des tendances et des pratiques non figuratives qui ont eu lieu au cours du siècle dernier, le corps reste le protagoniste de la recherche de nombreux auteurs contemporains parmi les plus radicaux et les plus intéressants : le corps continue d’être appelé par l’art à être un symbole”.

Les œuvres, placées chronologiquement entre les années soixante et soixante-dix, témoignent presque toujours d’actions performatives, comme dans le cas de Marina Abramovic, Vito Acconci, Urs Lüthi, Ana Mendieta, Fabio Mauri, Bruce Nauman, Denis Oppenheim et Gina Pane.

Il y a aussi les œuvres de grands photographes qui ont placé le corps au centre de leurs recherches, comme Robert Mapplethorpe avec ses images de nus masculins, le plus souvent dans une tonalité sadomasochiste et homoérotique.

La mode, la publicité sont au cœur du travail de l’un des photographes les plus irrévérencieux de ces trente dernières années, David Lachapelle: ses images fortement colorées présentent des sujets parfois provocants, comme dans les œuvres exposées.

L’artiste-photographe japonais Nobuyoshi Araki présente des femmes dans des poses érotiques sans équivoque. Izima Kaoru, de la même nationalité, demande aux jeunes modèles qu’il photographie dans quelles circonstances elles aimeraient mourir et comment elles aimeraient être habillées. Des images d’une grande élégance, qui contrastent avec celles, dures et explicites, de l’Américaine Nan Goldin. Eros et Thanatos est également le sujet des images de l’exposition de l’Américain Andres Serrano, qui compare la vieillesse et la jeunesse.

Délicats et poignants sont les autoportraits de Francesca Woodman, qui s’est suicidée à l’âge d’un peu plus de vingt ans. Les autoportraits sont aussi ceux de Cindy Sherman, qui utilise le travestissement et le transformisme depuis ses premiers pas dans l’art. Il en va de même pour Luigi Ontani, qui s’autoportrait sous diverses formes depuis les années 1970. L’œuvre de l’Anglais John Coplans dans les années 1990 consiste en des autoportraits de l’artiste en vieillard, dans lesquels les signes du passage du temps sont mis en évidence. Les femmes, également dans des déclinaisons érotiques et voyeuristes, sont les sujets des images de l’artiste française Bettina Rheims.

Les grandes photographies de Spencer Tunick ont pour sujet des groupes de personnes nues dans des contextes troublants, comme dans l’œuvre exposée, qui a pour toile de fond le grand glacier d’Aletsch en Suisse.

L’exposition présente également une grande œuvre de Vanessa Beecroft, l’une des artistes les plus importantes de la scène italienne contemporaine, créatrice et metteuse en scène de performances depuis plus de vingt ans, dans lesquelles de jeunes femmes donnent vie à des tableaux vivants d’un autre genre.

Le corps, le sien, est au centre de l’œuvre de l’Iranienne Shirin Neshat, visant à souligner la complexité des conditions existentielles des femmes dans la culture iranienne et leur relation avec les hommes. “Mon corps agit comme un baromètre, il devient une aiguille qui relie des personnes de différentes époques et de différents lieux”, a déclaré l’artiste sud-coréenne, new-yorkaise d’adoption.

Des collages constitués de photographies de membres humains sont le sujet de Study for a portrait de Peter Welz, dans lequel le corps prend une signification tout à fait différente des autres œuvres de l’exposition.

Same Same But Different sont deux très grandes photographies de Stefano Scheda, placées l’une en face de l’autre, dans lesquelles les corps de deux hommes nus, l’un blanc et l’autre noir, émergent de la mer et se saluent en levant les bras. Une œuvre qui nous invite à réfléchir, à aller au-delà des apparences, à un moment de l’histoire où la peur de la diversité semble être devenue le mot d’ordre.

L’exposition est accompagnée d’un catalogue publié par Scalpendi Editore.

Pour toute information, veuillez appeler le (+41) 91 751 01 52 ou envoyer un courriel à info@ghisla-art.ch.

Photo : Spencer Tunick, Glacier d’Aletsch, Suisse (2007), Fujicolor crystal archive print, 120x150 cm.

Source : communiqué de presse

Le corps dans l'art des années 1950 à nos jours : une exposition à Locarno
Le corps dans l'art des années 1950 à nos jours : une exposition à Locarno


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.