Le mythe de Venise à Novara : exposition d'œuvres de Hayez à Ciardi


Du 30 octobre 2021 au 13 mars 2022, le Castello Visconteo de Novara accueillera l'exposition "Le mythe de Venise. De Hayez à la Biennale", entièrement consacrée à l'art vénitien.

Du 30 octobre 2021 au 13 mars 2022, le Castello Visconteo Sforzesco de Novara accueillera l’exposition Le mythe de Venise. Da Hayez alla Biennale, une exposition organisée pour célébrer le 1600e anniversaire de la ville de Venise, dont la fondation est traditionnellement fixée au 25 mars de l’année 421. Le commissariat de l’exposition est assuré par Elisabetta Chiodini, avec un comité scientifique présidé par Fernando Mazzocca et comprenant Elena Di Raddo, Anna Mazzanti, Paul Nicholls, Paolo Serafini et Alessandra Tiddia. L’exposition est organisée par Mets Percorsi d’arte, la Fondazione Castello et la municipalité de Novara.

Le point de départ de l’itinéraire de l’exposition est constitué par les œuvres de certains des plus grands maîtres qui ont travaillé dans la ville lagunaire au cours des premières décennies du XIXe siècle, influençant considérablement, par leur enseignement et leurs œuvres, le développement de la peinture vénitienne dans la seconde moitié du siècle, véritable protagoniste de l’exposition. L’exposition comprend quatre-vingts œuvres, réparties dans huit salles, qui racontent le mythe de la ville lagunaire. En commençant par le grand Hayez, à travers une riche sélection des œuvres les plus importantes (et souvent inédites car provenant de prestigieuses collections privées) des plus célèbres artistes italiens de la seconde moitié du XIXe siècle. La première salle est donc consacrée à la peinture d’histoire, considérée comme le “genre” le plus noble de la peinture : cinq œuvres importantes de Francesco Hayez (1791-1882), dont la splendide Vénus plaisantant avec deux colombes (1830), le Portrait d’une dame (1835) et l’imposant Prete Orlando da Parma envoyé par Henri IV d’Allemagne et défendu par Grégoire VII contre la juste indignation du synode romain (1857) ; À côté, on trouve des œuvres de Ludovico Lipparini (1800-1856) et de Michelangelo Grigoletti (1801-1870), artistes importants et figures clés dans la formation d’auteurs importants de la génération suivante, également présents dans l’exposition, tels que Marino Pompeo Molmenti (1819-1894) et Antonio Zona (1814-1892).

La deuxième salle expose les auteurs, vénitiens ou non, qui, plus que d’autres, ont progressivement contribué à la transformation du genre de la vue en celui du paysage: parmi eux, le grand peintre Ippolito Caffi (1809-1866) avec deux splendides vues vénitiennes : Festa notturna a San Pietro di Castello (vers 1841) et Venezia Palazzo Ducale (1858), Giuseppe Canella (1788-1847), Federico Moja (1802-1885) et Domenico Bresolin (1813-1899), ce dernier étant l’un des tout premiers à s’intéresser également à la photographie et figurant déjà parmi les membres de l’Accademia en 1854 en tant que “peintre paysagiste et photographe”. Titulaire de la chaire de paysage à partir de 1864, Bresolin est le premier à amener ses jeunes élèves à peindre en plein air, dans la lagune comme à l’intérieur des terres, afin qu’ils puissent étudier les effets de la lumière et comparer leur rendu de la réalité dans un environnement nouveau et stimulant, différent de celui auquel ils étaient habitués, d’ailleurs codifié par les grands vedutisti du passé. Parmi eux, Gugliemo Ciardi (1842-1917), Giacomo Favretto (1849-1887), Luigi Nono (1850-1918), Alessandro Milesi (1856-1945) et Ettore Tito (1859-1941), les protagonistes de l’exposition.

La troisième salle est consacrée à l’un des paysagistes vénitiens les plus talentueux et les plus appréciés, Guglielmo Ciardi, dont les douze œuvres sont présentées dans une sorte de petite exposition monographique, commençant dans les années 1860 et documentant l’évolution de sa peinture jusqu’au début des années 1990. Il s’agit de la magnifique Veduta della laguna veneziana (Vue de la lagune vénitienne ) (1882), l’image de l’exposition, et d’autres splendides toiles situées dans les environs de Venise ou des vues de la ville, comme la très belle huile Mercato a Badoere (vers 1873). Dans les salles suivantes, on peut admirer des œuvres ayant pour thème la vie quotidienne, les affections et la famille, dédiées à la “peinture de la vérité” : comme Il bagno (1884) de Giacomo Favretto ; Alle Zattere (1888) de Pietro Fragiacomo ; Mattino della domenica (vers 1893) et La signorina Pegolo (1881) de Luigi Nono ; Girotondo (1886) d’Ettore Tito. D’autres œuvres vivantes et richement détaillées représentent des paysans, des lavandières, des cueilleurs de riz, des vendeurs d’animaux, des fêtes et des marchés, comme La raccolta del riso nelle terre del basso veronese (1878) et Il mercato di Campo San Polo a Venezia in giorno di sabato (1882-1883) de Giacomo Favretto ; le paysage mélancolique Verso sera presso Polcenigo (Friuli) (1873) de Luigi Nono ; Lavandaie sul Garda (1888) et Raggi di sole (1892) d’Ettore Tito. Et pour clore cette triple section de la vie quotidienne, quelques toiles consacrées aux idylles amoureuses, un sujet à mi-chemin entre le genre et la réalité, très aimé et fréquenté par les peintres de la seconde moitié du XIXe siècle : à l’Idylle (1884) de Luigi Nono s’ajoutent des toiles avec des figures de jeunes fiancés et de couples mariés de Favretto, Tito et Alessando Milesi avec une autre Idylle (vers 1882) et Courtisanerie au marché (vers 1887).

La septième salle est entièrement consacrée à Luigi Nono et met l’accent sur l’une des œuvres les plus célèbres du peintre, Refugium peccatorum. Outre les ébauches de 1881 et 1883, sont exposées de grandes toiles exécutées à l’huile, des études, des dessins et d’autres œuvres comparatives significatives, comme Les deux mères (1886). La huitième et dernière salle de l’exposition est en revanche consacrée aux œuvres créées par les mêmes artistes entre la fin des années 1890 et le début des années 1900, de grandes toiles qui reflètent le renouvellement et le changement de goût induits dans la peinture vénitienne par la comparaison directe avec la culture figurative des nombreux peintres étrangers qui ont participé aux Biennales internationales d’art. Parmi les œuvres les plus remarquables, citons Il Bucintoro (vers 1902-1903) de Guglielmo Ciardi ; Visione antica (1901) de Cesare Laurenti ; Piazza San Marco (vers 1900) de Pietro Fragiacomo ; Luglio (1894) et Biancheria al vento (vers 1901) d’Ettore Tito.

L’exposition est ouverte du mardi au dimanche de 10h00 à 19h00. La billetterie ferme à 18h. Ouvertures spéciales : lundi 1er novembre, mercredi 8 et dimanche 26 décembre, samedi 1er, jeudi 6 et samedi 22 janvier. Fermeture : vendredi 24, samedi 25 et vendredi 31 décembre. Billets : Plein € 12.00, Réduit € 10.00 ( Visiteurs de 20 à 26 ans et plus de 65 ans, Groupes d’au moins 10 personnes, Membres du TCI Touring Club et de la FAI, Journalistes avec carte ODG avec timbre de l’année en cours non accrédités par le bureau de presse, Membres d’autres organisations affiliées avec carte, Enseignants de l’école primaire et secondaire, Promotion familiale.- Accompagnateurs - maximum 2 (enfants de 6 à 19 ans), Tarif réduit pour les enfants € 6,00 (enfants de 6 à 19 ans), Gratuit pour les enfants de moins de 6 ans, Personnes handicapées avec certificat, Guides touristiques qualifiés avec carte d’identification, Journalistes accrédités par le bureau de presse, Enseignants accompagnant des groupes d’au moins 9 étudiants, Membres de “Abbonamento Musei Piemonte Valle d’Aosta”, “Abbonamento Musei Lombardia Valle d’Aosta”, “Abbonamento Musei Formula Extra”.

Image : Guglielmo Ciardi, Veduta della laguna veneziana (1882 ; huile sur toile, 62 x 102 cm)

Le mythe de Venise à Novara : exposition d'œuvres de Hayez à Ciardi
Le mythe de Venise à Novara : exposition d'œuvres de Hayez à Ciardi


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.