Les chevaux de Luigi Ballarin à Santa Maria della Scala, entre Orient et Occident


Du 8 juillet au 11 septembre 2022, l'exposition personnelle de Luigi Ballarin au complexe Santa Maria della Scala de Sienne est consacrée au cheval en tant que pont entre l'Orient et l'Occident.

Du 8 juillet au 11 septembre 2022, le complexe Santa Maria della Scala de Sienne accueille l’exposition personnelle de Luigi Ballarin intitulée La mossa del cavallo (Le mouvement du cheval), sous le commissariat de Michela Simona Eremita. L’exposition présente une trentaine de nouvelles œuvres représentant le cheval, parmi lesquelles des silhouettes et des tapis, des décorations minutieuses et des dessins géométriques. Promue par la municipalité de Sienne, l’exposition synthétise la recherche personnelle et constante de l’artiste, entre tradition et expérimentation.

La production artistique de Ballarin, entre contrastes chromatiques, formes essentielles et mouvements équilibrés, est imprégnée d’“arts” et d’histoire, un pont entre l’Orient et l’Occident, avec des références stylistiques à d’autres cultures, notamment byzantine et turque. Il en résulte un méta-art, un art qui regarde l’art, avec le cheval qui en est à la fois la synthèse et la source. Grâce à des techniques mixtes et à l’utilisation de l’acrylique et de l’émail, Ballarin rend ses décorations insolites, imprécises de près mais parfaites de loin. Une courte vidéo réalisée à l’occasion de l’exposition par Busacca Produzioni Video de Trente sera diffusée en boucle à l’intérieur de la salle.

“Mon art est dédié au monde islamique, à la prière, aux décorations ottomanes”, a déclaré l’artiste. "Mon interprétation des chevaux suit les rythmes bidimensionnels de la peinture byzantine, décorée avec une technique originale, marquée par des fonds matériels en relief, évoquant les mosaïques, les émaux, les décorations céramiques, les tapis. D’autres tableaux racontent l’histoire du Moyen-Orient, avec une peinture qui devient une sorte de réflexion silencieuse, avec des images créées par de petites touches de pinceau, qui ponctuent des représentations presque abstraites. J’ai choisi le cheval comme symbole de l’union entre l’Orient et l’Occident, en m’inspirant des chevaux de Saint-Marc, œuvres byzantines devenues emblèmes de Venise".

“Un jeu de formes évident s’empare de tout, sur les silhouettes mêmes qui, campées sur le fond des tableaux, semblent des évocations d’une réalité reconnaissable (le cheval, le tapis...) avec la tâche assignée d’établir le point de résonance de la couleur, qui, vibrante, grâce à la technique de pose et de cuisson des émaux, semble être disciplinée à l’intérieur des lignes géométriquement conclues”, dit le conservateur. “La forme, dans ce cas géométrique - cercles, rectangles, carrés - semble donc chargée de donner de l’ordre et de rendre cohérent et préétabli à l’état libre tout ce qui pourrait être matière pure - la couleur. Au contour, en revanche, la tâche d’évoquer ce qui, à son tour, renvoie à des images de spiritualité (le tapis) ou de liberté sauvage (le cheval) de l’esprit”.

Pour plus d’informations : https://www.santamariadellascala.com/

Les chevaux de Luigi Ballarin à Santa Maria della Scala, entre Orient et Occident
Les chevaux de Luigi Ballarin à Santa Maria della Scala, entre Orient et Occident


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.