Les collections des musées bolonais à travers le regard de six artistes: la collection flottante au MAMbo


Du 28 octobre 2022 au 8 janvier 2023, le MAMbo présente l'exposition collective The Floating Collection. Les vastes collections des musées de Bologne à travers le regard de six artistes contemporains.

Le MAMbo - Museo d’Arte Moderna di Bologna présente du 28 octobre 2022 au 8 janvier 2023 le projet d’exposition The Floating Collection, avec lequel le musée ouvre sa saison d’expositions d’automne. Organisée par Lorenzo Balbi et Caterina Molteni, il s’agit d’une exposition collective qui découle du désir d’étudier les vastes collections des musées de Bologne (du Settore Musei Civici Bologna et d’autres systèmes muséaux de la ville) à travers les yeux de six artistes: Alex Ayed (Strasbourg, 1989), Rä di Martino (Rome, 1975), Cevdet Erek (Istanbul, 1974), David Jablonowski (Bochum, 1982), Miao Ying (Shanghai, 1985), Alexandra Pirici (Bucarest, 1982).

En préparation de l’exposition, à travers des visites, des rencontres approfondies avec le personnel des musées et des dérives spontanées, de nombreuses collections et lieux significatifs de la ville ont été transformés en ressources, en plateforme de recherche avec l’intention d’ouvrir des investigations socioculturelles et esthétiques.

La collection flottante s’inspire du débat et des processus de décolonisation initiés dans les musées ethnographiques et anthropologiques du monde entier qui, depuis les années 1990, se sont engagés dans une révision de l’histoire de leurs propres patrimoines, expérimentant de nouvelles approches d’investigation des collections et de médiation avec le public. Dans ce contexte, l’exposition vise à mettre l’accent sur les langages des arts visuels, en les proposant comme des outils capables de relire les histoires de la ville, de les réactiver et de les réimaginer au-delà des structures narratives et des approches méthodologiques habituelles.

À l’approche encyclopédique et cataloguante qui caractérise le modèle muséal occidental et moderne, la"collection flottante" s’oppose en se déplaçant aux frontières des disciplines sans délimiter de règles ou de lectures unitaires, mais en posant des questions, en proposant des imaginaires et en maintenant ouvertes des oscillations et des variations continues. Les protagonistes du projet sont précisément les idées et les imaginaires qui émergent de leur reconsidération. Les artistes accompagnent ainsi le public dans une réflexion sur la muséologie et ses superstructures, sur l’histoire socioculturelle du territoire, sur la nature évocatrice des artefacts, sur le potentiel de création de mondes fictifs capables d’éclairer la manière dont nous organisons et valorisons encore l’information. Axée sur les méthodes par lesquelles les arts visuels se rapportent à l’étude de la société, l’exposition se veut également un exemple de la polyphonie de styles, de techniques et d’approches qui caractérisent les arts contemporains les plus récents.

Dans la programmation du MAMbo, The Floating Collection s’inscrit et tente en même temps de dépasser la ligne d’investigation inaugurée en 2020 et poursuivie en 2021 par le cycle d’expositions focus Re-Collecting, dans lequel des œuvres existantes appartenant aux collections des musées civiques ont été soumises à de nouvelles perspectives interprétatives dans le but de renouveler et de dynamiser la relation avec les visiteurs et de proposer des parcours de sens inhabituels.

Parmi les sources d’inspiration communes à Re-Collecting et à The Floating Collection, comme le souligne Lorenzo Balbi dans l’un des essais introductifs de la publication parue à l’occasion de l’ouverture de l’exposition, figure la vision de Franco Solmi, directeur de la Galleria d’Arte Moderna de Bologne, qui, dans son discours inaugural de 1975, a défini l’identité, la mission et la vision du GAM naissant :

"Le musée, en tant que structure impliquée dans la réalité de la ville et du territoire et, en même temps, filtre naturel d’expériences qui transcendent cette réalité, peut devenir un centre culturel au sens le plus large du terme, où les choses que nous disons sur la culture ne sont pas seulement présentées, mais sont créées, discutées et peut-être défiées pour donner vie à ce débat entre différentes orientations idéales dans lequel prend forme une politique de la culture qui ne veut pas être seulement nominalement pluraliste. [...] Les programmes ne doivent pas être considérés comme la juxtaposition d’un événement à un autre ou comme la simple somme de différentes initiatives, mais comme un cycle d’activités visant à débattre d’un problème, qui ne peut certainement pas s’épuiser dans une solution, même en termes de temps, fixée à l’avance. [C’est pourquoi il me semble opportun de remplacer le concept d’exposition par celui, plus complet et plus ouvert, d’activité.

Faisant sienne cette vision et l’actualisant, The Floating Collection va au-delà de ce qui a déjà été mis en œuvre avec Re-Collecting, en invitant des artistes à produire, après avoir visité et connu les collections des musées bolonais, des œuvres entièrement nouvelles, inspirées des suggestions reçues au cours de leurs visites, qui proposent des interprétations totalement nouvelles et originales du patrimoine culturel de la ville.

L’espace de la Sala delle Ciminiere devient ainsi le contenant d’une nouvelle “collection flottante” qui nous fait réfléchir, laissant le public tout sauf passif, comme l’explique Caterina Molteni dans son essai introductif à l’exposition. “La collection flottante, dit-elle, flotte dans l’air pour être observée à nouveau, en se demandant quelles autres trajectoires peuvent être générées par elle, comment ses parties, avec les histoires qu’elles contiennent, sont capables de suggérer de nouvelles voies d’investigation, non seulement sur le musée, mais aussi sur le monde qui nous entoure. L’absence de gravité devient alors une occasion de retirer nos mains de nos hanches, de les lever vers les objets, de commencer à les retourner attentivement et de nous poser des questions”.

Plusieurs sources et indices peuvent être retrouvés dans les œuvres exposées: Alex Ayed, pour parvenir à la création de la série Sun Drawings, qui comprend des bandes d’héliographes du musée Specola, a passé plusieurs semaines à Bologne à visiter les collections des musées de la ville, avec une attention particulière pour celles du Sistema Museale di Ateneo. Fasciné par le caractère encyclopédique des collections scientifiques et pédagogiques rassemblées par l’université de Bologne au fil des siècles, il s’est intéressé aux différentes méthodes de catalogage et de mesure utilisées par l’homme pour étudier le cosmos et les autres créatures terrestres. Rä di Martino, dans la musique composée par Mauro Remiddi pour la vidéo Moonbird, retravaille des échantillons sonores d’instruments de musique anciens, qui font partie de la collection du Musée international et de la Bibliothèque de musique de Bologne. Cevdet Erek a adopté une large perspective pour son installation architecturale in situ: dans un processus de mesure étendu à l’ensemble de la ville, l’artiste s’est intéressé aux rythmes et aux pauses que l’on peut trouver dans les rues, les musées, entre les portiques et les tours, jusqu’à la Sala delle Ciminiere du MAMbo qui accueille l’œuvre. Son travail comprend un prêt du moulage en plâtre du XIXe siècle de la croix sculptée (9e-10e siècle) placée à l’origine à l’extérieur de San Lorenzo in Varignana, provenant du Museo Civico Medievale de Bologne. David Jablonowski présente dans l’exposition, outre une série d’œuvres sculpturales existantes, une nouvelle production intitulée Geo-fenced commodity futures (renewable, traced, hard) I-V, née d’une réflexion sur l’histoire des matériaux dans les collections des musées, lieux dans lesquels il est possible d’observer comment les concepts d’innovation et d’obsolescence ont façonné l’identité d’objets spécifiques, et comment ces derniers, ainsi que la technologie qu’ils proposaient, ont été des signifiants au fil du temps d’une certaine idée du progrès. Miao Ying, pour Surplus Intelligence, une nouvelle production cinématographique née d’une réflexion sur l’action de collectionner dans la société contemporaine, a pris les collections du Museo Civico Medievale et d’autres témoignages du Moyen Âge dans la ville comme point de départ d’un travail qui met en relation les formes passées de surveillance et d’influence, telles que le système des indulgences, avec les processus contemporains de collecte de données. Enfin, Alexandra Pirici présente à Bologne une version à deux interprètes de la performance Re-collection, qui est structurée comme une collection “vivante” dont les objets se transforment en mouvements, sans étiquettes ni besoin de classification. Des œuvres d’art réelles ou fictives, des fragments de chansons ou de poèmes, des formes de vie réelles ou imaginaires sont évoqués à travers le corps, la voix et les mouvements des interprètes.

Les institutions et les musées qui, outre le MAMbo, ont fait l’objet de recherches pour The Floating Collection sont nombreux. Pour le secteur des musées municipaux de Bologne: Museo Civico Archelogico, Museo Civico Medievale, Museo Civico d’Arte Industriale et Galleria Davia Bargellini, Museo del Tessuto e della Tappezzeria “Vittorio Zironi”, Museo Morandi, Museo internazionale e biblioteca della musica, Museo del Patrimonio Industriale, Museo civico del Risorgimento. Pour le système muséal universitaire - Alma Mater Studiorum - Université de Bologne: Musée du Palais Poggi, Musée Specola, Collection de zoologie, Collection d’anatomie comparée, Collection d’anthropologie. Parmi les autres institutions de la ville figurent la Pinacothèque nationale de Bologne, le cimetière monumental de la Chartreuse et l’Opificio delle Acque.

L’exposition sera accompagnée de la publication du volume The Floating Collection (Edizioni MAMbo, textes en italien et en anglais), édité par Caterina Molteni, conçu comme une extension de la recherche sur les collections des musées bolognais examinés. La publication se compose d’une section introductive avec des essais des commissaires Lorenzo Balbi et Caterina Molteni ; d’une partie consacrée aux artistes avec un texte sur les œuvres de l’exposition et une collection de notes visuelles de leur visite à Bologne comme références qui nous permettent de visualiser la phase de recherche ; enfin, un chapitre avec trois nouvelles inédites de Wissal Houbabi, Vaiva Grainytė et Lisa Robertson, dont les styles narratifs très différents élargissent la réflexion sur les collections.

Pour plus d’informations: www.mambo-bologna.org

Image: Détail de la collection de zoologie, Système des musées universitaires | Alma Mater Studiorum - Université de Bologne. Photo par Ornella De Carlo

Les collections des musées bolonais à travers le regard de six artistes: la collection flottante au MAMbo
Les collections des musées bolonais à travers le regard de six artistes: la collection flottante au MAMbo


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.