Les fleurs dans l'art religieux : une exposition à Imola où chaque section est consacrée à une fleur


Les 8 et 9 septembre à Sasso Morelli (Imola), l'exposition "Jardins de l'âme. Symboles des fleurs sur la table et dans l'art sacré".

Les samedi 8 et dimanche 9 septembre, l’exposition “Jardins de l’âme. Symboles des fleurs sur la table et dans l’art sacré”, organisée par Clai à l’occasion de la 25e édition de l’itinéraire artistique “Signes et images de la dévotion populaire”, qui franchit cette année l’objectif ambitieux d’un quart de siècle.

Un voyage fascinant qui relie culture, tradition et religiosité et qui, cette année, dans la continuité de l’édition “Convivio” de l’année dernière, approfondit encore le thème de la table, en mettant en évidence des objets et des décorations en majolique datant de la première moitié du XVIIIe siècle et de la huitième décennie du XIXe siècle. De fabrications, d’époques et de formes différentes, les céramiques exposées trouvent leur plus petit dénominateur commun dans la décoration florale.

Marco Violi, commissaire de l’exposition, a divisé l’exposition en quatorze sections, chacune consacrée à une fleur : bleuet, renoncule, rose, lys blanc, tulipe, œillet, anémone, ancolie, marguerite, pivoine, pavot, fleur de lotus, millepertuis, chêne. Ce sont les quatorze essences végétales présentées dans l’exposition et représentées sur les majoliques exposées - soupières, réchauds, plateaux, assiettes plates et à dessert, tasses et vases. Chaque fleur trouve son correspondant dans le symbolisme religieux. Chaque fleur est ensuite associée à une œuvre d’art sacré dont elle est le symbole.

En fait, chaque section comprend à la fois des céramiques et des œuvres d’art sacré - peintures, bijoux et gravures - dont plusieurs inédites.
La première section, par exemple, est consacrée au bleuet, symbole du Christ dans l’iconographie chrétienne, que l’on retrouve souvent dans les peintures de l’Assomption de la Vierge, de la Résurrection et de l’Ascension. Ici, une élégante soupière réalisée entre 1883 et 1890 par la Cooperativa Ceramica d’Imola et décorée de bouquets de fleurs coupées, parmi lesquelles se distinguent de nombreux bleuets, est associée à un calice vénitien en argent raffiné, offert par le pape Pie VII au chapitre de la cathédrale d’Imola, au pied duquel se trouvent quatre sculptures, dont l’une représente l’Assomption de la Vierge, puisque le bleuet en est le symbole.

L’exposition “Jardins de l’âme” offre sans aucun doute la possibilité d’admirer, ensemble et pour la première fois, un ensemble remarquable de matériaux artistiques de grande qualité“, explique Marco Violi. ”En même temps - et cela me semble être un élément encore plus important que le simple fait esthétique - elle nous permet de relire l’histoire spirituelle à travers des légendes qui se perdent dans la nuit des temps entre superstition, paganisme et dévotion populaire. Il s’agit donc en définitive de retrouver, à travers des signes et des symboles naturels, l’esprit et la force de cette dévotion millénaire, dont les fondements populaires ont trouvé une base solide dans la connaissance la plus simple du temps, un temps où la nature, avec le passage des saisons, le parfum et la couleur des fleurs, jouait le rôle d’un véritable médium mondial. Quatorze histoires de fleurs sur lesquelles se greffent autant d’histoires sacrées : les premières, par leur beauté éphémère, nous rappellent la fugacité de la vie terrestre ; les secondes, parce qu’elles illustrent le Christ, la Vierge Marie et la vie des saints, ouvrent une fenêtre sur la vie éternelle".
L’exposition, parrainée par le diocèse et l’administration municipale d’Imola, rassemble plus de cinquante œuvres, dont plusieurs inédites. Les documents prêtés proviennent non seulement des églises du diocèse (comme la cathédrale) et du musée diocésain local, mais aussi d’importantes collections publiques comme le MIC de Faenza et le musée de la céramique de Forlì, ainsi que de galeries d’antiquités renommées et de collectionneurs privés.

De précieuses majoliques provenant des manufactures de Faenza(Ferniani et Vicchi), de Bologne(Finck-Rolandi), d’Imola(Gaetano Lodi), de Lombardie(Antonio Ferretti) et de Florence(Ginori) - parmi lesquelles la sélection de pièces faisant partie du monumental service de table Kedivé se distingue par sa rareté et son origine. Les objets d’art de l’exposition, qui proviennent de l’Égypte, dialoguent avec des bijoux sacrés raffinés (calices, fermoirs de chape, croix astyles et anneaux épiscopaux provenant d’ateliers vénitiens, romains, faentins et français du XVIe au XXe siècle), des peintures (dont le grand cuivre de l’atelier de Carlo Dolci et la toile de Giovanni Gasparro, ainsi que les plaques de cuivre de Nicolá s Enríquez et Gregorio Vásquez de Arce y Ceballos), des offrandes votives et des estampes (dont une rare feuille de Heinrich Aldregrever gravée en 1553).

Il y a vingt-cinq ans, l’exposition “Signes et images de la dévotion populaire” est partie des Madones des piliers, une initiative du CLAI pour comprendre la valeur, le patrimoine historique et culturel de la communauté à laquelle nous appartenons, de notre territoire", déclare Giovanni Bettini, président du CLAI, “Ces dernières années, l’exposition a mis en évidence la centralité de la valeur ”religieuse " de la nourriture, de l’alimentation du corps et de l’âme. Dans cette nouvelle édition de l’exposition, le thème reprend ces suggestions et nous propose un parcours original à travers le symbolisme des fleurs : les fleurs dans la décoration des assiettes, des soupières, des légumineuses et de la vaisselle de grande valeur, les fleurs dans la représentation iconographique des saints et des madones, des objets de culte et de dévotion populaire. Le thème des JARDINS DE L’ÂME nous amène également à une réflexion profonde sur la beauté de la diversité, diversité des formes, des couleurs et des parfums. Diversité des saisons, des temps de croissance, des fleurs et des fruits. En contemplant la beauté des œuvres présentées dans l’exposition conçue avec une grande sensibilité par Marco Violi, nous en tirerons un viatique personnel fort pour ne pas nous conformer à la pensée dominante".
Inauguration : vendredi 7 septembre à 17h30

Ouverture de l’exposition au public : samedi 8 et dimanche 9 septembre 2018. Horaires d’ouverture : de 10 heures à 20 heures.

Les fleurs dans l'art religieux : une exposition à Imola où chaque section est consacrée à une fleur
Les fleurs dans l'art religieux : une exposition à Imola où chaque section est consacrée à une fleur


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.