Les œuvres de Jacopo Benassi sont exposées au GAM de Turin


Du 27 février au 1er septembre 2024, le GAM de Turin présente une exposition de l'œuvre de Jacopo Benassi dans la collection du musée acquise par la Fondazione per l'Arte Moderna e Contemporanea CRT.

La GAM Galleria Civica d’Arte Moderna e Contemporanea de Turin présente l’exposition de l’artiste Jacopo Benassi intitulée Jacopo Benassi. Autoritratto Criminale (Autoportrait criminel), organisée par Elena Volpato et ouverte du 27 février au 1er septembre 2024. L’exposition est née de l’arrivée dans la collection du musée de l’œuvre Panorama di La Spezia, 2022, acquise par la Fondazione per l’Arte Moderna e Contemporanea CRT. Il s’agit d’un autoportrait dans lequel l’artiste n’apparaît jamais, tout comme il n’y a pas de présence humaine. À la place, apparaissent des photos de plantes, prises dans l’obscurité de la nuit dans les jardins publics, des plantes qui recouvrent, au moins partiellement, certaines vues de la ville ligure peintes avec une vague saveur du XIXe siècle. Des photos et des toiles superposées, maintenues par d’épaisses sangles, sont accrochées sur deux murs en placoplâtre qui ont servi pendant un certain temps d’atelier temporaire à l’artiste, alors qu’il préparait une exposition dans sa ville natale de La Spezia.

Depuis cette occasion, le travail de Benassi s’est progressivement déplacé de la photographie vers un espace d’ombre entre les photos et les peintures, entre les photos et les moulages en plâtre.

Derrière l’installation de Panorama di La Spezia apparaît Serie di ritratti appesi, 2024, créée à l’occasion de l’exposition : une œuvre qui pousse le processus d’effacement à ses conséquences extrêmes, présentant un lourd sandwich de cadres suspendus dans le vide, dont seules deux copies sont visibles. Benassi présente une série de portraits photographiques, incluant des célébrités telles que Valentino, Nan Goldin, John Wayne et Blanche-Neige, ainsi que des autoportraits. Cependant, l’artiste réactive paradoxalement ces images en leur donnant un nouveau pouvoir évocateur par la négation. Parmi les autoportraits, l’un d’entre eux se distingue par le fait que Benassi nous regarde derrière les longues franges d’une coiffure féminine et que, sous ce regard fixe, nous nous interrogeons sur le goût brut de la vérité que peut avoir un déguisement. La photographie elle-même peut être une vérité déguisée, explorant la dualité entre réalité et fiction dans sa longue histoire. L’autoportrait prend une dimension criminelle, renvoyant à la tradition du fichage et de la photographie des travestis, mais jouant aussi avec les codes de la photo d’identité, influencé par l’enseignement de Sergio Fregoso et la lecture de Wanted ! d’Ando Gilardi. En pensant à cette première matrice de son œuvre, il ne sera pas étrange de retrouver dans l’exposition la grande esquisse en plâtre conservée dans les collections du GAM que Leonardo Bistolfi réalisa pour le monument à son ami Cesare Lombroso, peu de temps après sa mort, vers 1910. Les bois qui soutiennent l’œuvre de Bistolfi, brisés et déchiquetés, entrent en résonance avec les sangles qui retiennent les photographies et les peintures exposées : symboles de force et de fragilité à la fois. Benassi répond à l’aspect sombre du crâne de Bistolfi dans l’exposition par d’autres crânes en plâtre, dispersés, répétés, déformés, agités. Il les a également inclus dans une vidéo, également intitulée Autoportrait criminel, ainsi que d’innombrables prises de vue des masques de mort en plâtre qui apparaissent dans les vitrines du musée Cesare Lombroso de Turin.

Un autre portrait en voie de disparition rejoint l’exposition, contribuant au dialogue idéal avec Ando Gilardi et la mémoire de Lombroso. Il s’agit du portrait du plus grand criminel de l’histoire, comme l’écrit Elena Volpato, “appelé sur scène peut-être pour tenter un impossible effacement sous une épaisse couche de verre. Pas n’importe quel verre, mais un verre récupéré dans l’atelier d’un peintre de La Spezia, Manlio Argenti, comme si, en plus de l’épaisseur, il fallait une superposition supplémentaire, l’interposition d’une mémoire d’autres images peintes, l’évocation distanciée d’œuvres d’autres personnes, pour augmenter la capacité du verre à faire un voile”. du verre à faire voile, à estomper la dimension insoutenable du crime qu’apporte le portrait d’Hitler, même celui pris par Benassi, dans un style parfaitement signalétique, de sa marionnette dans le musée de cire de Londres. Malgré les traits d’un masque, malgré une représentation, malgré le grand nombre de vitres interposées, l’effigie bien connue continue d’émerger. Nous reprenons ainsi le cycle de vie de l’image qui disparaît et réapparaît sans cesse, entre bruit visuel et silence profond, entre surexposition et obscurité. À Benassi, tout ce qui coule coule, et tout ce qui coule refait surface".

La Fondazione per l’Arte Moderna e Contemporanea CRT, le Museo di Antropologia Criminale “Cesare Lombroso”, Augustin Laforêt et la galerie Francesca Minini ont collaboré à l’exposition.

Image : Jacopo Benassi, Panorama de La Spezia (2022 ; œuvre environnementale : tirages d’art, acryliques sur toile, cadres d’artiste, panneaux et structures en bois, dimensions variables ; Turin, Fondazione per l’arte moderna e contemporanea CRT, GAM - Galleria Civica d’Arte Moderna e Contemporanea). Photo de Giorgio Perottino

Les œuvres de Jacopo Benassi sont exposées au GAM de Turin
Les œuvres de Jacopo Benassi sont exposées au GAM de Turin


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.