Massa, 49 artistes italiens, jeunes et confirmés, ont redessiné la couverture de Vogue


Du 25 juin au 29 août 2021, le musée Guadagnucci de Massa accueille "Carta Bianca. Una nuova storia", une exposition présentant 49 couvertures de Vogue créées par autant d'artistes italiens pendant la pandémie de Covid.

Le musée Gigi Guadagnucci de Massa accueille du 25 juin au 29 août 2021 une exposition inédite : Carta Bianca. Une nouvelle histoire et présentera au public 49 couvertures du célèbre magazine Vogue exécutées par 49 artistes italiens. Le projet est né en avril 2020 à l’occasion du Vogue Italia White Issue (le numéro de l’édition italienne de Vogue qui est sorti avec une couverture totalement blanche ce mois-là, pour exprimer la perplexité, mais aussi l’espoir, face à la pandémie qui a dévasté le monde) d’une idée de la commissaire, Valentina Ciarallo, qui a invité les 49 artistes (séparés par un écart d’âge total de 29 ans) à transformer le magazine du contenu au contenant, en écrivant une nouvelle histoire sur du papier blanc. Le résultat est une entreprise chorale, née “d’en bas”, qui a vu la participation, entre autres, d’artistes confirmés comme Mario Airò, Stefano Arienti, Vedovamazzei et Flavio Favelli, et de jeunes auteurs comme Bea Bonafini, Guglielmo Castelli, Romina Bassu et Riccardo Beretta, unis par le désir de repartir à zéro.

Les couvertures des 49 artistes ont été publiées, dans le cadre d’un article, par Vogue Italia dans son numéro de mars 2021, consacré à la créativité, un thème partagé par la communauté internationale de Vogue, avec un texte introductif de Federico Chiara et une intervention critique de Francesco Bonami. Avec ce projet, les espaces de la Villa della Rinchiostra, où se trouve le musée dédié au sculpteur Gigi Guadagnucci, s’ouvrent aux artistes du présent, capables de se remettre en jeu, de trouver de nouvelles aspirations, de réinventer d’autres modes d’expression.

L’image blanche commandée par Vogue Italia pour la couverture du mois d’avril 2020 exprime par la perplexité la présence de la pandémie de Covid-19, un événement antithétique à un contexte dédié, par sa nature spécifique, à la beauté et à la joie de vivre. Cela a interrompu une coutume établie en Italie depuis 1962, qui a nourri l’imagerie visuelle de milliers de lecteurs : ce vide, indice d’absolu ou symbole de négation, parvient à impliquer certaines des réalités artistiques les plus incisives et les plus significatives de notre époque. Le blanc, qui représente le début de la phase vitale, signe d’espoir et de confiance, devient un stimulant créatif pour les artistes capables d’adhérer à notre contemporanéité. La surface, comme une toile, une feuille de papier ou en tout cas un espace capable d’accueillir des instances novatrices, devient ainsi un récit collectif animé par différents langages, techniques et matériaux. De la peinture à la broderie, de la photographie à la céramique, du collage à la personnalisation avec A.I. Les thèmes qui ont émergé sont l’environnementalisme, les droits civiques, l’européanisme ; les grands auteurs du 20ème siècle (Pier Paolo Pasolini, Simone de Beauvoir, Italo Calvino) ont été une source d’inspiration. Le nombre 49 n’a pas été choisi au hasard : il frôle le chiffre rond, mais laisse une porte ouverte, car c’est une histoire à raconter, une histoire à recommencer, une histoire pour demain.

“L’occasion de cette exposition”, déclare Nadia Marnica, conseillère pour la culture de la municipalité de Massa, “outre la grande valeur communicative liée au moment difficile que nous traversons, est aussi une grande opportunité de rencontre entre différentes manières d’exprimer l’art et de diffuser des messages : l’amour et la passion transposés dans le marbre par Gigi Guadagnucci et le désir de renaissance, le sens de l’espoir des œuvres du projet lié à la couverture blanche de Vogue Italia en avril 2020. Un enrichissement pour notre musée”.

"Ce projet, explique Cinzia Compalati, directrice du musée Gigi Guadagnucci, reflète étroitement notre passé récent et ces sentiments collectifs de perplexité et d’étonnement qui ont accompagné tous les Italiens en mars 2020 à l’occasion de la première fermeture. C’est ce que fait aujourd’hui le musée Gigi Guadagnucci : créer des expériences partagées et établir un lien privilégié avec la communauté de référence, à travers des actions qui font du musée un miroir de la contemporanéité dans lequel nous pouvons nous reconnaître".

“Le blanc comme vide, pureté, renaissance”, écrit Valentina Ciarallo. “La toile blanche pour le peintre, la page blanche pour l’écrivain, le marbre blanc pour le sculpteur. Tout commence par le blanc, palette virtuelle et somme de toutes les couleurs. La lumière après l’obscurité. Une idée qui s’épanouit et en engendre une autre et encore une autre. Entre le marbre blanc du musée, le conte choral animé par la variété et la diversité des langues prend forme, expression de la sublimation de la matière”.

Les 49 couvertures d’artistes ont été créées par Mario AiròGiulia Andreani, Salvatore Arancio, Francesco Arena, Stefano Arienti, Romina Bassu, Marco Basta, Elisabetta Benassi, Jacopo Benassi, Manfredi Beninati, Riccardo Beretta, Simone Berti, Bea Bonafini, Silvia Celeste Calcagno, Silvia Camporesi, Letizia Cariello, Guglielmo Castelli, Fabrizio Cotognini, Maria Crispal, Giovanni De Angelis, Federica Di Carlo, Stanislao Di Giugno, Rä di Martino, Mauro Di Silvestre, Matteo Fato, Flavio Favelli, Ludovica Gioscia, Goldschmied & Chiari, Corinna Gosmaro, Invernomuto, Giovanni Kronenberg, Diego Miguel Mirabella, Davide Monaldi, Matteo Nasini, Marina Paris, Alessandro Piangiamore, Donato Piccolo, Giuseppe Pietroniro, Gianni Politi, Marco Raparelli, Pietro Ruffo, Alice Schivardi, Vincenzo Simone, Sissi, Giuseppe Stampone, Lamberto Teotino, Eugenio Tibaldi, Patrick Tuttofuoco, Vedovamazzei.

À l’occasion de l’exposition, des podcasts reprenant les témoignages des artistes peuvent être écoutés au musée Gigi Guadagnucci. Le vernissage de l’exposition aura lieu le samedi 25 juin, à 19 heures, dans le parc de la Villa, avec une entrée limitée aux espaces du musée jusqu’à 21 heures. L’exposition sera ouverte jusqu’au 29 août 2021 aux horaires suivants : jusqu’au 22 août du mardi au vendredi de 17h à 20h, le samedi de 20h30 à 23h30, le dimanche de 10h à 13h, fermé le lundi et Ferragosto ; après le 22 août du mardi au vendredi de 16h à 19h, le samedi de 17h à 20h, le dimanche de 10h à 13h, fermé le lundi. L’exposition est gratuite. Pour plus d’informations, appelez le 0585 049757, le 0585 490204, envoyez un e-mail à museoguadagnucci@comune.massa.ms.it ou visitez le site www.museoguadagnucci.it.

Vous trouverez ci-dessous une sélection des œuvres exposées.

Patrick Tuttofuoco, Windows(2020 ; profilé en acier, photographie adhésive sur le couvercle). Avec l’autorisation de l’artiste. Photo de Giorgio Benni

Patrick Tuttofuoco, Windows (2020 ; profilé en acier, photographie adhésive sur le couvercle). Avec l'autorisation de l'artiste. Photo de Giorgio Benni
Patrick Tuttofuoco, Windows (2020 ; profilé en acier, photographie adhésive sur le couvercle). Avec l’aimable autorisation de l’artiste. Photo de Giorgio Benni


Romina Bassu, Vague (2020 ; acrylique sur couverture). Avec l'autorisation de l'artiste et du Studio SALES di Norberto Ruggeri, Rome. Photo de Giorgio Benni
Romina Bassu, Vague (2020 ; acrylique sur la couverture). Avec l’autorisation de l’artiste et du Studio SALES di Norberto Ruggeri, Rome. Photo de Giorgio Benni


Sissi, Portrait in Bloom (2020 ; broderie sur la couverture, fil de coton). Avec l'autorisation de l'artiste et de la Galleria Tiziana Di Caro, Naples. Photo de Giorgio Benni
Sissi, Portrait in Bloom (2020 ; broderie sur la couverture, fil de coton). Avec l’autorisation de l’artiste et de la Galleria Tiziana Di Caro, Naples. Photo de Giorgio Benni


Eugenio Tibaldi, See beyond (2020 ; marqueur permanent sur la couverture). Avec l'autorisation de l'artiste. Photo de Giorgio Benni
Eugenio Tibaldi, See beyond (2020 ; marqueur permanent sur la couverture). Avec l’autorisation de l’artiste. Photo de Giorgio Benni


Federica Di Carlo, Je suis la Vague (2020 ; coquillage fossile français, pince en fer argenté sur Vogue). Avec l'autorisation de l'artiste. Photo de Giorgio Benni
Federica Di Carlo, Je suis la Vague (2020 ; coquillage fossile français, poignée en fer argenté sur Vogue). Avec l’aimable autorisation de l’artiste. Photo de Giorgio Benni


Guglielmo Castelli, Tomorrow (2020 ; huile sur couverture). Avec l'autorisation de l'artiste. Photo de Giorgio Benni
Guglielmo Castelli, Tomorrow (2020 ; huile sur couverture). Avec l’aimable autorisation de l’artiste. Photo de Giorgio Benni


Letizia Cariello, Saving time (2020 ; stylo, gravure et broderie rouge sur la couverture). Avec l'autorisation de l'artiste Galleria Massimo Minini, Brescia. Photo de Giorgio Benni
Letizia Cariello, Saving time (2020 ; stylo, gravure et broderie rouge sur la couverture). Avec l’aimable autorisation de l’artiste Galleria Massimo Minini, Brescia. Photo de Giorgio Benni


Matteo Fato, LA PITTURA PRECEDE LA NATURA, de Gianni Garrera (c. 2020 ; huile et vis en acier sur Vogue, caisse de transport en contreplaqué). Avec l'autorisation de l'artiste et de la Galleria Monitor, Rome, Lisbonne, Pereto (AQ).
Matteo Fato, LA PITTURA PRECEDE LA NATURA, de Gianni Garrera (vers 2020 ; huile et vis en acier sur Vogue, caisse de transport en contreplaqué). Avec l’autorisation de l’artiste et de la Galleria Monitor, Rome, Lisbonne, Pereto (AQ).

Massa, 49 artistes italiens, jeunes et confirmés, ont redessiné la couverture de Vogue
Massa, 49 artistes italiens, jeunes et confirmés, ont redessiné la couverture de Vogue


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.