Milan, la galerie M77 présente Tano Festa: 100 œuvres de 1960 à 1987


Du 17 janvier au 18 mars 2023, la galerie M77 de Milan se souvient de l'un des grands maîtres italiens du XXe siècle, Tano Festa, avec une exposition retraçant sa carrière de 1960 à 1987 à travers 100 œuvres.

Du 17 janvier au 18 mars 2023 à Milan, à la galerie M77, l’exposition Tano Festa: un artista originario sera ouverte au public, sous la direction de Francesca Alfano Miglietti, avec la collaboration desArchives Tano Festa dirigées par Anita Festa pour le conseil technico-scientifique. En 1993, à l’occasion de la Biennale de Venise, Francesca Alfano Miglietti a organisé une grande exposition de Tano Festa dans la section Fratelli. Organiser une exposition de l’œuvre de l’artiste à Milan avec la même commissaire, exactement trente ans plus tard, est donc un projet fascinant et stimulant. L’exposition, qui compte d’importants prêts de la Olnick Spanu Collection à New York, de la Fondation Jacorossi à Rome, de la Galleria Il Ponte à Florence, de la Galleria La Nica à Rome et de la Galleria Marchetti à Rome, rassemble une centaine d’œuvres de l’artiste, réalisées entre 1960 et 1987.

L’exposition présente des peintures et des dessins de différentes périodes - peintures, superpositions, collages photographiques, portes, fenêtres, volets, armoires, miroirs, pianos et obélisques - qui soulignent le pouvoir de Tano Festa, auteur d’une opération artistique sophistiquée et aliénante, de créer une image de l’homme et de l’environnement.sophistiquée et aliénante, jusqu’à souligner son admiration déclarée pour les atmosphères et la peinture de De Chirico, son amour pour Rome comme ville éternelle, son attention aux maîtres de la couleur et des confettis. Capable de dialoguer avec des époques et des styles différents, en se référant explicitement à des images et à des éléments iconographiques codifiés, dans une sorte de conte visuel où la peinture ne peut naître que de la peinture elle-même, Tano Festa choisit d’être un artiste original et pas seulement original.

Comme l’écrit Francesca Alfano Miglietti dans le catalogue: "L’une des caractéristiques marquantes de Tano Festa est son attirance pour le ciel, un ciel bleu sillonné de nuages blancs qui distingue nombre de ses œuvres. Le ciel est une sorte de manifeste poétique pour Tano Festa car, comme sa peinture, il change constamment et force le regard à s’élever. Dès 1965, année de son premier voyage à New York, il réalise une série de ciels. Le ciel de Tano Festa devient de plus en plus dynamique, divisé en carrés, traversé de bandes et de boules. Les titres se rapportant au ciel sont nombreux: Les dimensions du ciel, Trichromie du ciel, Bichromie du ciel, Grand nuage, Ciel mécanique, Ciel new-yorkais, puis Closet with sky, A sky only for souls, The sky(Heavenly monument for the death of a poet - dedicated to Francesco Lo Savio, A sky only for Anna...). Fonds bleus et rayons ensoleillés, un hymne à la sérénité, recherchée tout au long de la vie".

“L’art est un plagiat”, affirme l’artiste de manière provocante, créant sa propre singularité précisément à travers les œuvres d’art qui l’ont précédé. Tano Festa crée une forme de figuration très personnelle, dans une revisitation sans précédent des classiques, non seulement de la peinture, mais aussi de la poésie et de la littérature, en choisissant toujours des images visionnaires et oniriques. Son intérêt pour l’écrit et les auteurs de vers, comme Sandro Penna, reste constant: on raconte qu’en 1955, Festa offrait des poèmes aux passants sur la Place d’Espagne. Dès 1960, Festa abandonne ses gestes informels et réalise ses premières peintures monochromes, choisissant souvent la couleur rouge sillonnée par des bandes de papier, imbibées de la même couleur: un rouge qui rappelle une matière organique comme le sang, mais aussi la lumière utilisée dans la chambre noire lors de la phase d’impression photographique.

Fortement conscient de la grandeur de la tradition artistique italienne, Tano Festa réalise à partir du milieu des années 1960 des œuvres dans lesquelles apparaissent des extraits photographiques de la chapelle Sixtine ou des tombeaux des Médicis, réalisés avec de la peinture émaillée sur des toiles émulsionnées, suggérant comment, pour un artiste italien, l’image d’une marchandise peut ne pas être un objet d’art, mais un objet d’art.L’image d’une marchandise n’est peut-être pas une icône intéressante, mais c’est l’art italien lui-même qui est “populaire”, grâce à ces mêmes images reproduites des centaines de fois sur des millions de T-shirts, de sacs, de parapluies, de cartes postales, de calendriers, etc.

À New York, en 1967, dans un atelier du Chelsea Hotel, Festa ne peint que des images tirées de Michel-Ange, en particulier de l’Aurore des tombeaux des Médicis, intitulant toutes les œuvres: Michel-Ange selon Tano Festa. Au début des années 1970, les figures, qui sont encore des images de l’art du passé, sont projetées sur la toile, mais reproposées de manière plus fragmentaire, au point de perdre parfois presque complètement le lien avec l’œuvre d’origine. Avec ces toiles, Festa a développé un type de composition où le nom d’un peintre du XIXe siècle apparaît, parfois avec sa date de naissance et de mort, comme s’il s’agissait d’une pierre tombale: William Turner en 1971, ou le cycle d’œuvres intitulé Hommage à la couleur, où les mots “Manet”, “Cézanne” apparaissent en surimpression.

Après la série des Piazze d’Italia, inspirée par De Chirico, il réalise dans les années 1980 la série des Coriandoli, où il jette des bouts de papier sur une toile imprégnée de matière picturale, et la série d’œuvres où il choisit une figuration qui relit Munch, Bacon et Matisse.

L’exposition présente également des œuvres sur papier qui retracent la complexité de sa vision de l’art, jamais banale et répétitive, mais pleine de mystère et d’annotations intimes. Un catalogue des œuvres exposées sera réalisé pour l’exposition, avec un texte critique de Francesca Alfano Miglietti et divers témoignages de l’époque, avec la collaboration des Archives Tano Festa dirigées par Anita Festa pour les conseils technico-scientifiques. Pour toute information, veuillez appeler le +39 02 84571243 ou envoyer un e-mail à info@m77gallery.com.

Milan, la galerie M77 présente Tano Festa: 100 œuvres de 1960 à 1987
Milan, la galerie M77 présente Tano Festa: 100 œuvres de 1960 à 1987


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.