Milan, Max Vadukul à la Fondation Sozzani avec une exposition sur le changement climatique


Jusqu'au 8 janvier, la Fondazione Sozzani de Milan accueille l'exposition "The Witness - Climate Change", un projet du photographe britannique Max Vadukul consacré au changement climatique.

La Fondation Sozzani présente, avec le patronage de la ville de Milan, l’exposition du photographe britannique Max Vadukul (Nairobi, 1961) The Witness, Climate Change, un reportage de vingt images grand format entièrement dédié à l’environnement et aux effets du changement climatique. Vadukul s’est documenté entre 2018 et 2020 à Mumbai et dans d’autres grandes métropoles indiennes, certaines des zones les plus polluées au monde, avec un regard hypnotique et stimulant qui dit la vérité et pose des questions.

La première chose que l’on remarque dans les images de The Witness - Climate Change est une grande sphère métallique brillante. Ce monolithe flotte au-dessus des décharges toxiques, plane au-dessus des étendues de déchets, vole au milieu d’une circulation trépidante et polluante. Quel est exactement cet intrus? Pour Vadukul, c’est une sorte d’observateur cosmique, un témoin de l’impact dévastateur de l’homme sur l’environnement et des effets du changement climatique. En même temps, l’orbe représente peut-être un nouvel avenir et la possibilité d’une amélioration.

Max Vadukul est l’un des rares photographes de sa génération à perpétuer la tradition du reportage artistique. Ses projets sont souvent liés à des aspects naturalistes et culturels qui se prêtent à des lectures à plusieurs niveaux. Ses images, parfaites en termes de créativité formelle et d’habileté technique, sont visuellement structurées comme un élément médiateur entre l’identification d’un thème narratif et son langage créatif très personnel.

"Ma passion pour le reportage artistique s’est maintenant orientée vers le thème du changement climatique. J’ai pensé à développer mon récent projet Witness commencé en 2018 autour de Mumbai et Kolkatta. Dans ces images, on trouve souvent une sphère. Les gens la regardent et essaient de comprendre pourquoi elle est là et ce qu’elle représente. La réalité est devant la sphère infinie, derrière la sphère cosmique, au-dessus et en dessous, c’est un globe semblable à notre planète. Je l’ai créé parce que j’ai l’intention de dire la vérité avec le pouvoir de l’image elle-même, sans manipulation. Je voudrais montrer les plus beaux endroits que nous sommes en train de perdre par manque de sensibilisation et d’attention, les zones qui souffrent déjà des effets réels et puissants du changement climatique ; les sanctuaires de la nature vierge et les espèces sauvages de la planète, qui diminuent et risquent de s’éteindre à cause de ces changements. Mais j’aimerais aussi contrer l’alarmisme en montrant la beauté que nos actions peuvent rendre possible".

Maître de l’ombre et de la lumière, Max Vadukul a représenté au fil des ans certaines des personnalités les plus connues au monde, dont Mère Teresa, Donald Trump, Aretha Franklin et Kanye West. L’exposition présentera également une sélection de portraits célèbres des années 1980 et 1990, tels que 22 lauréats du prix Nobel, les Rolling Stones, Iggy Pop et Anthony Bourdain, Julian Assange, Paul McCartney, Mick Jagger, Aretha Franklin, Brad Pitt et Leonardo DiCaprio. Le style noir et blanc caractéristique de Vadukul, qui allie spontanéité dynamique et techniques raffinées, est largement reconnu pour son originalité et son pouvoir iconique. Il a longtemps été photojournaliste pour le New Yorker et collabore régulièrement à des magazines internationaux tels que: The New York Times Magazine, Esquire, Vogue Italia, France, Inde, Chine, Egoïste, Icon et Numéro.

Max Vadukul est né à Nairobi, au Kenya, en 1961, de parents indiens de la diaspora gujarati qui se sont installés en Afrique de l’Est britannique au début des années 1900. À l’âge de neuf ans, pendant les troubles qui ont suivi l’indépendance du Kenya, Vadukul a déménagé en Angleterre et a grandi dans un quartier populaire du nord de Londres. À l’école primaire, il prend un appareil photo qui traîne dans la maison - son père travaille pour Zeiss, le fabricant allemand d’objectifs - et, dès lors, son objectif est de devenir photographe. À l’âge de 22 ans, il est découvert par Yohji Yamamoto, qui l’engage pour réaliser certaines de ses prestigieuses campagnes publicitaires. Dès lors, Vadukul commence à travailler pour Vogue Paris aux côtés de David Bailey, Paolo Roversi, Deborah Turbeville, Barry Lategan et Helmut Newton. L’œuvre de Vadukul s’étend sur trente-huit ans, avec d’importants chapitres créatifs pour Rolling Stone, Esquire, Égoïste, W, Town & Country et The New Yorker, où il a remplacé Richard Avedon en 1996. En 2000, il a publié le livre Max: Photographs by Max Vadukul. Son travail a fait l’objet de nombreuses expositions individuelles et collectives, notamment: Beyond Words: Photography in The New Yorker, à la Howard Greenberg Gallery (2011) ; Yohji’s Women au Wapping Project Bankside (2011) et Who Shot Rock & Roll: A Photographic History 1955 to the Present, au Brooklyn Museum of Art (2009). Récemment récompensé au festival de la mode de Taormina, Vadukul prépare actuellement sa prochaine exposition à la bibliothèque d’art et de design Al Safa à Dubaï.

Pour plus d’informations, veuillez consulter le site officiel de la Fondation Sozzani.

Photo: Max Vadukul, chauffeur de taxi de la série The Witness, College Street, Kolkata (Inde), 2019 © Max Vadukul

Milan, Max Vadukul à la Fondation Sozzani avec une exposition sur le changement climatique
Milan, Max Vadukul à la Fondation Sozzani avec une exposition sur le changement climatique


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.