Piero della Francesca, la séduction de la perspective exposée à Sansepolcro


Au Musée civique de Sansepolcro, à l'occasion de la présentation de la restauration de la "Résurrection", l'exposition Piero Della Francesca. La séduction de la perspective.

Du 25 mars 2018 au 6 janvier 2019, à l’occasion de la présentation de la restauration de la Résurrection de Piero della Francesca ( Borgo San Sepolcro, v. 1412 - 1492), l’exposition “Piero Della Francesca. La séduction de la perspective”, qui mettra en lumière les deux facettes de Piero Della Francesca : celle du peintre et celle du mathématicien. “En plus d’être Maestro d’abaco, géomètre euclidien et érudit d’Archimède”, lit-on dans la présentation, "Piero a également été un innovateur dans le domaine de la peinture car, pour lui, celle-ci trouve son fondement substantiel dans les mathématiques et la géométrie. Enfin, ses écrits, notamment De prospectiva pingendi, composés en langue vernaculaire pour les artistes et en latin pour les humanistes, ont initié la grande expérience de la perspective de la Renaissance". L’événement vise à illustrer, à l’aide de reproductions de dessins, de modèles de perspective, d’instruments scientifiques, de plaquettes et de vidéos, la recherche mathématique appliquée à la peinture de Piero della Francesca et l’héritage conséquent laissé à des artistes tels que Léonard, Albrecht Dürer, Daniele Barbaro et aux théoriciens de la perspective au moins jusqu’à la moitié du XVIe siècle.

Organisé par Filippo Camerota et Francesco Paolo Di Teodoro et promu par la municipalité de Sansepolcro, le projet d’exposition est divisé en huit sections : la première section est consacrée au De Prospectiva Pingendi, le traité composé par l’artiste vers 1475 : il s’agit du premier traité systématique sur la perspective à être entièrement illustré, ainsi que du premier dans lequel les procédures décrites sont justifiées mathématiquement. La deuxième partie explore les principes géométriques et analyse les rapports de Piero avec Florence lorsqu’il y arrive en 1439 pour travailler avec Domenico Veneziano sur les fresques de Sant’Egidio : un panneau illustrant le schéma perspectif de la célèbre Trinité de Masaccio et des moulages des bas-reliefs de la Porte du Paradis de Lorenzo Ghiberti plongent le visiteur dans le contexte culturel de Florence à l’époque où Donatello et Masaccio tentaient de donner corps aux intuitions de Filippo Brunelleschi. La troisième est consacrée aux Règles du dessin perspectif, à travers des modèles et des dessins qui feront prendre conscience au visiteur que Piero della Francesca a été le premier artiste à écrire véritablement pour les artistes, en leur fournissant des règles (“Sa main, lit-on dans la présentation, était capable de tracer des lignes très fines, de véritables signes euclidiens qui rappelaient l’habileté du mythique Apelle”). La prospectiva pour Piero était essentiellement une commensuration, c’est-à-dire la représentation mesurée des corps sur la surface du tableau. Le tableau est pour lui la fin des rayons visuels. Sur le tableau, les quantités observées subissent une diminution apparente proportionnelle à la distance d’observation. C’est sur ce principe proportionnel que s’est fondée la pensée scientifique de la peinture moderne").

La quatrième étape aborde Les corps géométriques, approfondit les relations entre Piero et Luca Pacioli, et surtout analyse le célèbre traité De quinque corporibus regularibus, achevé vers 1482 et consacré aux polygones et aux polyèdres. La cinquième section, Les maîtres de la perspective, analyse les œuvres d’autres artistes, tels que Lorenzo et Cristoforo Canozzi da Lendinara (qui étaient également des amis de Piero), qui se sont penchés sur la question de la perspective. La sixième section traite du dessin d’architecture : ichnographia, orthographia, scaenographia: pour Piero della Francesca, un bon peintre devait être, si possible, également un bon architecte, ou du moins savoir ce qu’impliquait la conception d’ornements. La septième exposition est consacrée à La figure humaine, qui montre au visiteur comment Piero a résolu le problème complexe de la perspective de la tête humaine. Enfin, la dernière exposition nous présente Les tromperies de la vision, qui explore les effets de la représentation causés par le forçage du rapport entre l’œil et la distance d’observation.

Gabriele Marconcini, conseiller pour la culture à la municipalité de Sansepolcro, explique : "Piero della Francesca a réussi à enrichir le langage pictural du XVe siècle en s’inspirant des différentes traditions expressives de l’époque - de la florentine à la flamande - et en s’inspirant des modèles antiques tardifs et byzantins, ainsi que de la maîtrise des artisans qu’il a appris à connaître et à apprécier de près. Mais au-delà de tout cela, l’élément le plus novateur réside dans sa capacité à créer un nouvel alphabet pictural en réunissant le monde des arts figuratifs avec les enseignements d’Euclide, de Pythagore et, plus généralement, le champ d’étude des mathématiques".
L’exposition est un projet du Museo Galileo de Florence et de la Fondazione Palazzo Magnani de Reggio Emilia.

Heures de visite : du 10 juin au 24 septembre de 10 h à 13 h 30 et de 14 h 30 à 19 h, du 25 septembre au 9 juin de 10 h à 13 h et de 14 h 30 à 18 h. Fermé le 25 décembre et le 1er janvier. Billets : 10 euros plein tarif, 8,50 euros réduit (pour les groupes d’au moins 10 personnes, les jeunes de 19 à 25 ans, les conventionnés), 4 euros spécial réduit (enfants de 11 à 18 ans), gratuit pour les enfants de moins de 10 ans, les journalistes accrédités, les écoles de Sansepolcro. Le jour du vernissage, le 25 mars, le musée sera ouvert de 10 heures à 19 heures et l’entrée sera gratuite. Le catalogue de l’exposition, édité par Filippo Camerota et Francesco Paolo Di Teodoro, est publié par Marsilio. Pour plus d’informations : www.museocivicosansepolcro.it.

Piero della Francesca, la séduction de la perspective exposée à Sansepolcro
Piero della Francesca, la séduction de la perspective exposée à Sansepolcro


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.