Rome, à la Gallerie Nazionali d'Arte Antica l'exposition sur l'art dans le cinéma de Pasolini


Les Galeries nationales d'art ancien présentent du 28 octobre 2022 au 12 février 2023 au Palazzo Barberini, l'exposition "Pier Paolo Pasolini. TUTTO È SANTO - Il corpo veggente", qui met l'accent sur le rôle décisif de la tradition artistique dans le cinéma et l'imagerie visuelle de Pasolini.

Entre peintures, sculptures, photographies et livres (pour un total d’environ 140 pièces), l’exposition Pier Paolo Pasolini. TUTTO È SANTO - Il corpo veggente, organisée par Michele Di Monte, qui se tiendra du 28 octobre 2022 au 12 février 2023 au Palazzo Barberini, est une sorte de montage visuel pour découvrir la production de Pasolini. Le projet d’exposition, coordonné et partagé par la Gallerie Nazionali di Arte Antica avec l’Azienda Speciale Palaexpo di Roma et le MAXXI Museo nazionale delle arti del XXI secolo, à l’occasion du centenaire de la naissance de Pier Paolo Pasolini (Bologne, 5 mars 1922 - Rome, 2 novembre 1975), entend célébrer le centenaire de la naissance de Pier Paolo Pasolini (Bologne, 5 mars 1922 - Rome, 2 novembre 1975). Rome, 2 novembre 1975), entend explorer le rôle décisif de la tradition artistique dans le cinéma et l’imagerie visuelle de Pasolini, des Primitifs au Baroque, de l’archaïsme hiératique des peintres de Giotto au réalisme subversif du Caravage, et le thème du sacré qui, comme le rappelle le titre de l’ensemble de l’exposition, est le motif sous-jacent de ce parcours.

Le choix du titre, Pier Paolo Pasolini. TUTTO È SANTO, s’inspire de la phrase prononcée par le sage Chiron dans le film Médée (1969), qui évoque la sacralité mystérieuse du monde du sous-prolétariat, archaïque et religieux, en conflit évident avec les héros d’un monde rationnel, séculier et bourgeois.

Conçu par Michele Di Monte, Giulia Ferracci, Giuseppe Garrera, Flaminia Gennari Santori, Hou Hanru, Cesare Pietroiusti, Bartolomeo Pietromarchi et Clara Tosi Pamphili, le projet d’exposition mêle les disciplines, les médias, les œuvres originales et les documents d’archives selon trois directions autonomes, propres à chaque lieu, mais conçues pour être intégrées afin de solliciter des réflexions inédites sur la production de Pasolini, sur l’influence culturelle qu’elle a exercée et exerce encore sur le regard de l’observateur du XXIe siècle.

L’exposition est divisée en six sections, intitulées les figures du corps, autre thème transversal du projet d’exposition qui réunit les trois musées concernés. Ici, le concept clé est précisément celui de “figure”, que Pasolini a trouvé dans les écrits du philologue Erich Auerbach, compris comme une préfiguration du présent dans le passé et un retour du passé dans le présent. Dans cette optique, l’exposition entend mettre l’accent non seulement sur la manière dont l’écrivain et réalisateur a délibérément puisé dans une certaine tradition figurative, mais aussi sur les formes sous lesquelles certaines images réapparaissent dans son œuvre, en vertu de leur charge expressive et de leur valeur archaïque, malgré l’éloignement des contextes historiques et culturels. La survivance d’un imaginaire collectif millénaire peut constituer une métaphore de la recherche inquiète de Pasolini d’une primitivité encore intacte, imprégnée d’un sentiment de sacralité préculturelle et préinstitutionnelle.

L’exposition s’ouvre sur un prologue. Il corpo virtuale delle immagini (Le corps virtuel des images), qui rappelle les premiers contacts de Pasolini avec l’histoire de l’art et le monde des figures, lors du cours organisé par Roberto Longhi à l’université de Bologne en 1940-1941 et consacré à la peinture de Masolino et de Masaccio. Ce contact, cependant, s’est fait principalement à travers la suggestion des images reproduites et projetées, dans un montage qui, pour le jeune étudiant, avait déjà un caractère clairement cinématographique. Sont exposées des images de Masaccio vues par Pasolini en son temps, des photos et des livres qui témoignent de l’impression durable laissée par ces premières expériences.

Nous poursuivons avec la première section: Il corpo epifanico (Le corps épiphanique), qui aborde le thème du “pouvoir révélateur du corps nu”, comme Pasolini l’a lui-même défini dans Teorema. Il s’inspire de la peinture des maniéristes florentins, de Pontormo en particulier, comme dans les célèbres tableaux vivants de La ricotta, où, ce n’est pas un hasard, le réalisateur a pour guide sur le plateau le livre de Giuliano Briganti La maniera italiana (1961). Un autre point de référence et de comparaison visuelle pour l’élaboration de cette dimension est la peinture du Caravage et des peintres caravagesques, surtout pour le choix des figures et des modèles représentés avec un réalisme explicite, direct et souvent provocateur et irrévérencieux. Sont exposés ici le Saint Jean-Baptiste du Caravage provenant de la Galerie Corsini, deux Saint Jean-Baptiste de Valentin de Boulogne, l’un provenant de l’église Santa Maria in Via di Camerino et l’autre appartenant à la collection du musée, et le Christ montre la plaie de Spadarino provenant du Perth Museum and Art Gallery. Les peintures sont accompagnées, comme dans toutes les sections de l’exposition, de livres et de photos qui témoignent d’assonances, de références et de suggestions. La deuxième section, The Body of Scandal, se concentre plutôt sur le motif du crucifix. L’image de la croix joue en effet un rôle récurrent dans la production du réalisateur, de l’hommage explicite et controversé de La ricotta à l’imagerie exotique de Fiore delle Mille e una notte, et revêt de multiples significations: religieuses, symboliques, mythiques, anthropologiques, non sans allusions autobiographiques, faisant d’elle une figure totémique universelle. Le symbolisme de la croix façonne d’ailleurs certaines expériences lyriques de Pasolini, comme dans les poèmes “en forme de croix”, qui renvoient à la tradition antique et médiévale de la “carminata figurata”, un autre exemple de la contamination stylistique et historique, visuelle et linguistique, poursuivie par l’écrivain. Sont exposées les Scènes de la Passion de Giovanni Baronzio et la Pietà et les Saints de Maarten van Heemskerck, toutes issues de la collection du musée, ainsi que le Christ crucifié entre deux voleurs de Giovan Battista Piazzetta, provenant de la Gallerie dell’Accademia de Venise, et la Pietà avec saint Paul, saint Joseph et des femmes pieuses de Girolamo Romanino, prêtée par le Museo Diocesano de Brescia.

La troisième section, Le corps du deuil, est consacrée aux images de la représentation du deuil et de ses rituels, de son expression et de sa manifestation physique et corporelle. L’icône symbolique centrale est celle de la mater dolorosa dans la tradition artistique européenne et méditerranéenne, du haut Moyen Âge au Baroque, ainsi que l’image de la Pieta. Ici, l’inspiration de la tradition artistique est réactualisée dans les matériaux visuels de la recherche anthropologique contemporaine, comme ceux d’Ernesto De Martino, que Pasolini regardait avec attention, et qui documentent, à travers les photographies de Franco Pinna, la survie d’un monde ancestral, aujourd’hui presque “submergé”. Trois œuvres de la collection du musée sont exposées : Maria Addolorata de Jean Changenet et la Pietà de Baciccio et Massimo Stanzione.

La quatrième section, Le corps populaire, aborde la dimension de la “corporéité populaire” dans ses implications anthropologiques et sociales, idéologiques, économiques et évidemment politiques provocantes. Une fois de plus, les accents sublimes et tragiques de la représentation picturale de la marginalisation et de la pauvreté anticipent les intérêts cinématographiques de Pasolini, en particulier dans le domaine du réalisme du XVIIe siècle inspiré par le Caravage. Ici aussi, certaines anticipations et coïncidences sont surprenantes et significatives, d’autant plus si elles sont involontaires, comme celle entre les célèbres Mangiatori di ricotta de Vincenzo Campi, prêtés par le musée de Lyon, et certaines séquences du film presque homonyme, La Ricotta. Ensuite, quatre œuvres de la collection du musée - Vanitas, le mendiant, d’Angelo Caroselli, d’un peintre caravagesque, I maccaronari de Micco Spadaro et Contadina con canestro d’Antonio Amorosi - accompagnées de Lavandaia de Giacomo Ceruti, prêtée par la Pinacothèque Tosio Martinengo de Brescia.

L’exposition se termine par un épilogue, Il corpo soggetto (Le corps sujet), qui aborde la question complexe de la représentation visuelle en tant que forme de pouvoir, ainsi que ses implications idéologiques et éthiques, puisqu’elle détermine les formes et les conditions dans lesquelles un sujet, une personne, peut devenir une “figure”, un objet de représentation. Il n’est pas surprenant que ce thème traverse également l’œuvre de Pasolini et se concentre dans son intérêt pour le théâtre espagnol du XVIIe siècle et la peinture de Velázquez, en particulier, ainsi que dans sa lecture du célèbre essai de Foucault dans Le parole e le cose (1966). Les motifs typiquement baroques et pourtant très modernes de la vérité de la fiction, de la spécularité et du masque, de l’illusion et du désengagement, sous-tendent cependant une tentation narcissique qui réapparaît constamment dans les réflexions de Pasolini, au point de devenir une critique de l’autoreprésentation dans ses dernières images. Le Nain du duc de Créqui de François Duquesnoy et Narcisse, attribué au Caravage, tous deux issus de la collection du musée, clôturent l’exposition.

L’exposition est accompagnée d’un catalogue, édité par Michele Di Monte, avec des textes de Roberto Chiesi, Andrea Cortellessa, Michele Di Monte et Philippe-Alain Michaud. Les trois volumes accompagnant les expositions du Palazzo delle Esposizioni, du Palazzo Barberini et du MAXXI ont été produits par les éditions 5 Continents et seront disponibles dans toutes les librairies italiennes et internationales ainsi que dans les librairies des musées.

Activités pédagogiques: du 13 novembre 2022 au 5 février 2023, tous les dimanches à 11 heures, sauf les premiers dimanches du mois, visites guidées pour adultes organisées par Si pArte ! ASP.

Les expositions dans les autres lieux.

Le corps poétique. (Palazzo delle Esposizioni, 19 octobre 2022 - 26 février 2023) L’exposition au Palazzo delle Esposizioni part de l’idée que jamais un poète, un écrivain, un metteur en scène, un intellectuel, n’a été aussi corps et incarnation du mot que Pier Paolo Pasolini. Dans cette exposition, Pasolini est perçu dans une dimension radicale de la paternité, toujours vécue avec la totalité d’un corps qui traverse le monde et expérimente la physicalité comme plénitude, splendeur et tragédie, dans un amour extrême pour la vie et la réalité. et dans une opposition irréductible et prophétique à l’assujettissement des corps et des visages, avant même celui des esprits, aux conventions et aux normalisations homologantes, visant à annuler les caractéristiques des individus et les formes diverses, surprenantes et incontrôlées de l’éros.

Le corps politique. (MAXXI, 16 novembre 2022 - 12 mars 2023) Au MAXXI, la clé d’interprétation de l’œuvre de Pasolini est fournie par les voix d’artistes contemporains, dont les œuvres évoquent l’engagement politique de l’auteur et l’analyse du contenu social inspiré par ses œuvres. L’exposition est conçue comme un macro-texte qui comprend un dialogue étroit entre les œuvres des artistes et plus de 200 documents - y compris des photographies et des textes - liés à la dernière phase de la carrière de Pasolini, en particulier 1975. Dans les années 1970, Pasolini a concentré ses écrits sur la dénonciation des organes du pouvoir, ce qu’il a fait publiquement à partir des premières pages du “Corriere della Sera”. C’est pourquoi la pièce maîtresse de l’exposition est le corps politique, c’est-à-dire un ensemble de déclarations réfléchissant sur le système d’anarchie du pouvoir contemporain, sur le sexe comme métaphore de la consommation et de la marchandisation des corps. L’authenticité du vulgaire qui perd son caractère sacré, les effets de la consommation des médias sur le grand public, les nouveaux pouvoirs lus comme des forces perturbatrices du présent, la voix de l’artiste comme acte de protestation sont les thèmes qui articulent l’exposition.

Pendant toute la durée du projet, un riche programme d’événementset de performances coordonné entre les trois lieux et impliquant les académies étrangères de Rome, l’Archivio Luce / Cinecittà et le Centro Sperimentale di Cinematografia, NABA et de nombreuses autres universités, organisations et institutions visant à développer les thèmes abordés dans l’exposition et, plus généralement, à alimenter un nouveau débat sur la figure et le rôle de Pasolini au 21ème siècle.

Info: Facebook: @BarberiniCorsini | Twitter: @BarberiniCorsin | Instagram: @BarberiniCorsini, www.barberinicorsini.org | gan-aar.comunicazione@cultura.gov.it

HORAIRES D’OUVERTURE: Du mardi au dimanche, de 10 à 19 heures. Dernière entrée à 18 heures. BILLETS BARBERINI CORSINI: Du 28 octobre 2022 au 12 février 2023 Musée uniquement: Plein tarif 12 € - Réduit 2 € (18 à 25 ans). Exposition seule (espace d’exposition): Plein tarif 8 € - Réduit 2 € (18 à 25 ans). Billet Pasolini à tarif réduit pour les détenteurs de cartes MAXXI, Palaexpo, Metrebus et de billets Atac validés: 6 €. Exposition et musée: plein tarif 15 € - tarif réduit 4 € (18-25 ans), tarif réduit Pasolini pour les détenteurs de cartes MAXXI, Palaexpo, Metrebus et Atac: 12 €. Gratuité: moins de 18 ans, groupes scolaires et enseignants accompagnateurs de l’Union européenne (sur réservation), étudiants et enseignants en architecture, sciences humaines (spécialisation archéologique ou historico-artistique), conservation du patrimoine culturel et sciences de l’éducation, académies des beaux-arts, employés du ministère de la Culture, membres de l’ICOM, guides touristiques et interprètes de service, journalistes munis d’une carte de presse, visiteurs handicapés avec accompagnateur, personnel enseignant des écoles, permanent ou temporaire, sur présentation d’un certificat adéquat dans le formulaire fourni par le Miur. Réservation conseillée les week-ends et jours fériés à: https://www.ticketone.it/city/roma-216/venue/palazzo-barberini-16406/ VISITES DE GROUPE: groupes de 15 personnes maximum, guide compris, avec réservation obligatoire au 06-32810 en semaine, les jours fériés et les week-ends. L’utilisation de systèmes radio est obligatoire. Afin que chacun puisse profiter au mieux du musée, la durée maximale d’accès au musée pour les groupes est de 2 heures.

Rome, à la Gallerie Nazionali d'Arte Antica l'exposition sur l'art dans le cinéma de Pasolini
Rome, à la Gallerie Nazionali d'Arte Antica l'exposition sur l'art dans le cinéma de Pasolini


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.