Une exposition en hommage à Armando De Stefano au Madre de Naples, un an après sa mort


Jusqu'au 19 septembre, le MADRE de Naples accueille une exposition en hommage à Armando De Stefano, l'un des artistes napolitains les plus importants du XXe siècle, un an après sa mort.

Madre, le musée d’art contemporain de la Région Campanie, présente l’exposition Armando De Stefano Nulla dies sine linea, un hommage au maître napolitain Armando De Stefano (Naples, 1926 - 2021) un an après sa mort, sous la direction d’Olga Scotto di Vettimo. Plus de quatre-vingts œuvres exposées - principalement des papiers - représentent une sélection d’un corpus plus large d’œuvres datées entre 2012 et 2020 et témoignent d’une créativité toujours actuelle, réinventant et repensant le dessin et la figuration, confirmant l’urgence vitale, extrême et inconditionnelle d’Armando De Stefano, qui n’a jamais cessé d’être à la pointe du progrès.l’urgence vitale, extrême et inconditionnelle pour De Stefano de s’appuyer sur l’exercice ininterrompu de la main, du signe et de la couleur, ainsi que sur la centralité incontestée du dessin dans l’ensemble de son œuvre picturale.

“Il nous a semblé important de consacrer une exposition à un artiste indissociable de notre ville”, déclare Angela Tecce, présidente de la Fondazione Donnaregina per le arti contemporanee, "peintre sensible et puissant, professeur à l’Académie des Beaux-Arts de Naples, où il s’est formé à l’école d’Emilio Notte, Armando De Stefano a été un point de référence pour l’art à Naples. C’est pourquoi nous avons choisi de le rappeler ainsi, dans le musée où ses œuvres avaient déjà été exposées dans le passé, mais cette fois-ci à travers ses œuvres les plus récentes, preuves de son inépuisable recherche".

Pendant la période où ses œuvres récentes seront exposées à Madre, plusieurs rendez-vous seront organisés pour reconstituer les nombreux témoignages publics que De Stefano a laissés dans la ville: du Museo del Novecento de Castel Sant’Elmo au Museo e Real Bosco de Capodimonte, de l’Istituto Italiano per gli Studi Filosofici au Rectorat de l’Université de Naples "Federico II", du Conservatorio di San Pietro a Majella à l’Accademia di Belle Arti de Naples. Il faut ajouter à cela Vico Equense, dont il était citoyen d’honneur, avec des œuvres réparties entre les édifices civiques et les églises de la région, et enfin Piano di Sorrento, avec les deux grandes œuvres installées derrière la salle du conseil municipal.

L’exposition est également accompagnée d’un catalogue publié par artem, qui comprend des introductions d’Angela Tecce et de Kathryn Weir, directrice artistique du musée Madre, et des textes d’Olga Scotto di Vettimo, Giancristiano Desiderio, Mario Franco, Marco Di Capua, Giovanna Cassese et Stefano de Stefano, également réalisés avec la contribution d’Engel&Volkers, bureau de Naples.

L’expression Nulla dies sine linea, attribuée à Apelles par Pline l’Ancien dans Naturalis historia, fait référence à l’exercice quotidien et constant du peintre grec du IVe siècle avant J.-C., dont l’habileté à dessiner illustre encore aujourd’hui une activité qui exige un dévouement méthodique et un engagement rigoureux. En ce sens, dire qu’Armando De Stefano (Naples 1926-2021) n’a pas passé un seul jour sans tracer une ligne ne doit pas être compris comme une transposition forcée d’une ancienne devise se référant aux intentions de l’artiste napolitain, mais comme une reconnaissance objective de son dévouement total et absolu à l’art, comme en témoigne le catalogue varié et étendu d’œuvres produites au cours de 70 années d’activité et enrichies jusqu’à peu de temps avant sa mort. D’autre part, De Stefano lui-même avait l’habitude de répéter cette expression plinienne, qui incarne l’entrelacement inextricable de l’art et de la vie dans certaines expériences artistiques et biographiques, en s’y reconnaissant et en la faisant sienne pour décrire le sens de son engagement et de sa passion, à tel point qu’il l’a choisie comme titre d’une exposition d’œuvres récentes qu’il avait l’intention de présenter au musée Madre.

Cette exposition se veut donc un hommage à une figure marquante de l’art à Naples et en Italie depuis la Seconde Guerre mondiale et à un maître inoubliable de plusieurs générations d’artistes qui, entre 1950 et 1992, ont été formés par son enseignement de la peinture à l’Académie des Beaux-Arts de Naples.

Un vaste répertoire de vérités habite ces œuvres au graphite et à la détrempe, se transformant en un certain nombre de thèmes récurrents dans l’œuvre de l’artiste: le mythe(Apollon, Daphné, Méduse, Janus), les allégories(la mort, les masques, l’espion, les épouvantails) et l’histoire, entendue ici non seulement comme un grand récit universel, mais aussi comme un récit plus intime et privé - la Massalubrense bien-aimée ou l’épouvantail. Massalubrense bien-aimée ou le tremblement de terre du 22 août 2017 à Casamicciola - sont personnifiées dans des images transfigurées, incarnant les angoisses, les peurs, les passions d’idéaux trahis, la vie dans sa crudité impitoyable. Les visages représentés par De Stefano semblent appartenir à une humanité connue, qui a toujours existé, terriblement proche, familière. Synthèse cultivée de la littérature, de la musique, de la peinture et de la rue, ses œuvres sont peuplées de personnages qui fuient l’intellectualisme et se consacrent à la vie, racontant un temps toujours présent, marqué par les tensions de l’Histoire, ainsi que par l’opposition incessante - et pour De Stefano irrésolue - entre nature et culture(Terra infetta).

Les instances éthiques et l’engagement social, constantes incontournables de sa production, se traduisent par une lecture raffinée, culturellement élevée, certes poreuse, mais en même temps critique à l’égard des modes ou des modèles formels dominants, comme l’illustrent les orientations de sa recherche. Avec indépendance de pensée, De Stefano croise les graphismes de Picasso et des expressionnistes ; il plonge dans la poétique néo-réaliste en s’inspirant du territoire et de ses thèmes sociaux ; il se livre à des explosions de liberté gestuelle, rendant la matière picturale tourmentée et dense, la figure déformée ou raréfiée, sans jamais s’abandonner à une authentique intrusion informelle ; il crée de grands cycles thématiques, picturaux et graphiques, imprégnés d’engagement civil, dans lesquels le protagoniste absolu est l’humanité, qui s’élève au rang d’“humain”, d’“être humain”, d’“être humain”, d’“être humain”, d’“être humain”, d’“être humain”, d’“être humain”, d’“être humain”, d’“être humain”, d’“être humain”. Il crée de grands cycles thématiques, picturaux et graphiques, empreints d’engagement civil, dans lesquels l’humanité est le protagoniste absolu, et qui agissent comme un avertissement face à la répétition obtuse de la violence et de l’abus, de la rébellion et de la rédemption que l’histoire repropose ; il explore un monde fantastique, comme échappé des lieux sombres de l’inconscient, plein de figures humaines, d’animaux et d’insectes métalliques ; il réalise une synthèse formelle croissante, toujours indiscutablement fondée sur la centralité structurelle du dessin.

L’exposition est clôturée par la vidéo Armando De Stefano (2022) de Mario Franco, qui témoigne de l’intervention conçue en 2011 par l’artiste sur un mur du musée Madre à l’occasion de l’exposition personnelle L’Urlo del Sud, organisée par Franco lui-même. Les images de l’œuvre sont également entrecoupées d’une interview de De Stefano, précieux témoignage de son parcours et de ses recherches.

Pour plus d’informations, visitez le site officiel de la Madre.

Photo: Armando De Stefano, ELMO N°2 2018. Crédit photo: Francesco Squeglia

Une exposition en hommage à Armando De Stefano au Madre de Naples, un an après sa mort
Une exposition en hommage à Armando De Stefano au Madre de Naples, un an après sa mort


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.