Une grande exposition de chefs-d'œuvre flamands, de Titien à Rubens, au palais des Doges à Venise


Le Palais des Doges de Venise accueille jusqu'au 1er mars 2020 l'exposition "De Titien à Rubens. Chefs-d'œuvre d'Anvers et d'autres collections flamandes".

Du 5 septembre 2019 au 1er mars 2020, l’Appartamento del Doge du Palais des Doges à Venise accueille l’exposition Da Tiziano a Rubens. Chefs-d’œuvre d’Anvers et d’autres collections flamandes, organisée par Ben van Beneden, directeur du Rubenshuis, et sous la direction scientifique de Gabriella Belli, directrice de la Fondazione Musei Civici di Venezia.

L’objectif de cette exposition est d’illustrer l’effervescence culturelle et économique de l’Europe entre les XVIe et XVIIe siècles. Plus de 140 œuvres sont donc exposées, dont certaines absentes de la lagune depuis des siècles et d’autres jamais exposées au public, provenant des plus prestigieuses collections publiques et privées d’ Anvers et de Flandre, ainsi que d’autres musées et collections italiens et internationaux, afin de raconter la richesse, la complexité et les relations d’un territoire à cheval sur deux siècles.

Peter Paul Rubens, l’un des principaux artistes à avoir quitté Anvers pour l’Italie, contribuant ainsi à la diffusion de la Renaissance en Europe du Nord, est présent dans l’exposition avec douze tableaux, dont le Portrait d’une jeune femme à la chaîne, exposé pour la première fois au public, et le monumental Saint François d’Assise recevant les stigmates. L’héritier de Rubens est van Dyck, avec sept œuvres, dont l’Étude pour le portrait d’un haut fonctionnaire de Bruxelles et le Portrait de Johannes Malderus, également présenté au public pour la première fois.

L’exposition présente également le Portrait d’une dame avec sa fille, une œuvre inachevée de Titien qui représenterait sa bien-aimée Milia avec leur fille.

Un noyau important d’œuvres appartient à la main de Maerten de Vos, un peintre qui, après avoir passé de longues périodes à Rome et à Venise, s’est forgé une solide réputation en représentant des sujets historiques: on peut citer Studio di testa di uomo con la barba et La calunnia di Apelle. D’autres tronies, comme on appelait les études de têtes, appartiennent au maître de Vos, Frans Floris, et à ses contemporains Willem Key et Adriaen Thomasz Key; ces derniers, bien que formés à la peinture d’histoire, se sont consacrés à la réalisation de portraits de grande qualité.

Parmi les autres tableaux importants présents, citons le Martyre de sainte Apollonie, peint en 1628 par Jacques Jordaens, et Cupidon et Psyché, chef-d’œuvre du même artiste et considéré comme l ’un des plus grands chefs-d’œuvre de l’art flamand.

À côté de ces grands noms, d’autres artistes ont voyagé, séjourné et exercé leur activité dans des villes de toute l’Europe au XVIe siècle : beaucoup n’étaient pas originaires d’Anvers, mais venaient d’autres villes, comme Bruges, Gand et Bruxelles. Parmi ces artistes, citons Theodoor van Loon, qui expose une splendide Pietà et une Sainte Famille, Michaelina Wautier avec un Portrait de deux jeunes filles, Sainte Agnès et Sainte Dorothée, Clara Peeters avec une Nature morte au fromage et au beurre, aux langoustes, aux crevettes, au pain et au vin et une Nature morte au poisson, aux langoustes, aux crevettes et aux huîtres.

En outre, les maîtres verriers vénitiens ont ouvert leurs premiers ateliers au début du XVIe siècle : certaines peintures représentent des verres, des bouteilles et des vases de style vénitien, du verre à la manière de Venise, comme la Nature morte aux fleurs dans un vase de Daniel Seghers et la Nature morte aux fruits avec un gobelet à la manière de Venise de Jan Davidsz De Heem, ainsi qu’une trentaine de pièces très prisées des XVIe et XVIIe siècles provenant des collections du musée du verre de Murano.

Un chapitre à part mérite d’être consacré au retour à Venise, après presque deux cents ans, du retable que Tintoret a peint pour l’ église San Geminiano: L’Ange annonce le martyre à Sainte Catherine d’Alexandrie, dit David Bowie Tintoretto, puisque le tableau a été acheté par la star du rock dans les années 1980.

Il convient également de mentionner que les clavecins et les instruments virginaux fabriqués dans les ateliers anversois se trouvaient dans les maisons des familles aisées. La famille la plus célèbre était la famille Ruckers-Couchet, qui a introduit d’importants éléments d’innovation et de standardisation dans la production d’instruments qui ont atteint tous les coins de l’Europe.

L’exposition présente donc un certain nombre d’instruments de musique, dont des instruments à vent fabriqués par les Bassano, qui se sont installés à Venise dans la première moitié du XVIe siècle en tant que joueurs et fabricants d’instruments. L’impression de livres de musique était liée à cette activité, et la ville d’Anvers a joué un rôle important dans l’impression de livres sur tous les sujets. L’éditeur anversois le plus célèbre est Cristophe Plantin.

L’exposition est organisée par la Fondazione Musei Civici di Venezia en collaboration avec la Communauté flamande, la ville d’Anvers et VisitFlanders.

Pour plus d’informations: https://palazzoducale.visitmuve.it/

Image : Anthony van Dyck, La Lamentation sur le Christ mort (Huile sur toile, 115 x 208 cm ; Anvers, Musée royal des Beaux-Arts d’Anvers (KMSKA)) © Musée royal des Beaux-Arts d’Anvers

www.lukasweb.be - L’art en Flandre, photo Hugo Maertens

Une grande exposition de chefs-d'œuvre flamands, de Titien à Rubens, au palais des Doges à Venise
Une grande exposition de chefs-d'œuvre flamands, de Titien à Rubens, au palais des Doges à Venise


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.