Une grande exposition sur Chiara Fumai, l'artiste décédée à l'âge de 39 ans en 2017, au Pecci de Prato


Le Centro Pecci de Prato consacre une grande exposition à Chiara Fumai, artiste décédée prématurément à l'âge de 39 ans en 2017 et protagoniste du pavillon italien lors de la dernière Biennale de Venise.

Du 2 avril au 29 août 2021, le Centre d’art contemporain Luigi Pecci de Prato accueillera une exposition rétrospective sur Chiara Fumai (Rome, 1978 - Bari, 2017), l’artiste décédée prématurément à l’âge de 39 ans en 2017: elle s’intitule Poems I Will Never Release, sous le commissariat de Milovan Farronato et Francesco Urbano Ragazzi, en collaboration avec Cristiana Perrella. L’exposition fait partie d’un vaste projet réunissant plusieurs institutions européennes dans le but de revisiter l’œuvre de l’artiste, de préserver son héritage et de le transmettre à un large public. Présentée fin 2020 au Centre d’Art Contemporain Genève, l’exposition, après le Centro Pecci, voyagera pendant les deux prochaines années à La Loge à Bruxelles et à la Casa Encendida à Madrid, approfondissant l’investigation sur une personnalité créative qui a travaillé de manière marquée sur les langages de la performance et l’esthétique féministe au XXIe siècle.

Poems I Will Never Release rassemble un corpus très complet d’œuvres qui traduisent les performances de Chiara Fumai sous une forme matérielle, tout en respectant l’intention programmatique de l’artiste de ne pas les documenter. Se rebellant contre une sorte de préjugé latent lié à sa condition de femme artiste, Chiara Fumai a développé un vocabulaire de menace, de révolte, de violence, mais aussi d’ennui, capable de déclencher des situations inconfortables, afin de promouvoir ses idéaux de féminisme anarchique. Ses œuvres, collages, environnements et actions, évoquent des figures féminines qui, par leur courage et leur colère, ont laissé leur empreinte pour être ensuite exclues ou oubliées. Il s’agit notamment d’Annie Jones, la “femme à barbe”, et de Zalumma Agra, la “beauté circassienne”, qui font toutes deux partie de P. T. Barnum, le groupe terroriste allemand.T. Barnum, la terroriste allemande Ulrike Meinhof, la médium italienne analphabète Eusapia Palladino, la philosophe et révolutionnaire socialiste Rosa Luxemburg, l’écrivain féministe Carla Lonzi et bien d’autres encore.

Une galerie de portraits particulière qui comprend également quelques figures masculines, comme l’illusionniste Harry Houdini et Nico Fumai, le premier personnage biographique imaginaire et unique. En effet, il reprend le nom du père de l’artiste pour l’attribuer à un chanteur, en utilisant son intérêt pour l’Italo Disco des années 1980 comme stratégie pour interpréter une époque historique spécifique et pour réunir différents domaines de recherche, y compris la musique, à laquelle Chiara Fumai s’est consacrée, en tant que DJ, dans les premières années de sa carrière artistique.

L’exposition présente également deux espaces domestiques qui ont marqué la carrière de l’artiste : The Moral Exhibition House, une installation environnementale recréée pour la première fois à partir de son exposition de 2012 à dOCUMENTA 13 Kassel, dans laquelle la maison est un espace d’insurrection féministe sous la forme d’un freak show domestique, et la reproduction d’une pièce de l’appartement milanais dans lequel l’artiste a vécu les années cruciales de sa vie d’adulte. Cette dernière est une auto-célébration ironique (prévue pour l’une de ses éventuelles rétrospectives) contenant une sélection de vêtements et d’accessoires, de livres et de disques vinyles : tous ces documents proviennent des archives de l’artiste, dont une partie est conservée à Bari par l’Église de Chiara Fumai (l’organisme chargé de préserver la mémoire et le patrimoine de l’artiste), tandis qu’une autre partie a été donnée au Castello di Rivoli - Museo d’Arte Contemporanea di Torino.

L’exposition au Pecci de Prato comprend également I Did Not Say or Mean “Warning”, une œuvre avec laquelle Chiara Fumai a remporté le prix Furla en 2013, dans laquelle elle incarne l’esprit d’une femme anonyme qui guide le spectateur à travers la collection d’art historique de la Fondazione Querini Stampalia à Venise ; Chiara Fumai lit Valerie Solanas, un simulacre de propagande de l’association S.C.U.M. de Valerie Solanas, reflétant la première campagne politique de Silvio Berlusconi ; The Book of Evil Spirits, une installation vidéo produite pour Contour 7- The Biennial of Moving Image dans laquelle l’artiste a documenté une série de séances tenues par Eusapia Palladino, réécrivant rétrospectivement l’histoire du médium. L’intérêt de l’artiste pour les expériences médiumniques, l’écriture automatique et la magie noire est attesté par des dessins muraux, dont This Last Line Can Not Be Translated conçu par l’artiste pour le Prix de New York, remporté en 2017, et présenté à titre posthume à la 58e Biennale de Venise en 2019.

L’objectif de l’exposition est d’essayer de saisir ce que Chiara Fumai aimait appeler son “slavoro” : une production d’une décennie qui va bien au-delà des performances pour lesquelles elle était surtout connue. Le titre de l’exposition est tiré du dernier autoportrait de l’artiste: une marionnette portant un T-shirt avec la devise Poems I Will Never Release (Poèmes que je ne publierai jamais). Bien que cette phrase puisse sembler mélancolique par rapport à sa mort prématurée, elle énonce en fait un fait : Chiara Fumai a basé son travail sur l’interprétation de mots écrits par d’autres. Elle n’a jamais composé de poésie, mais a canalisé les mots des autres, ceux de femmes qui avaient besoin de rédemption et de reconnaissance historique.

L’exposition est accompagnée d’une monographie, éditée par Francesco Urbano Ragazzi, Milovan Farronato et Andrea Bellini, publiée par Nero Editions, qui comprend des textes critiques qui lisent l’œuvre de Chiara Fumai sous différentes perspectives, ainsi qu’une chronologie approfondie de son travail et une sélection large et complète d’images et de documentation. Le livre, publié en italien et en anglais, comprend des contributions d’Irene Aristizábal, Marcello Bellan, Andrea Bellini, Federico Campagna, Sara De Chiara, Milovan Farronato, Gabriel Lester, Raimundas Malašauskas, Chus Martínez, Mara Montanaro, Paulina Olowska, Cristiana Perrella, Francesco Urbano Ragazzi et Giovanna Zapperi. La publication est soutenue par la Direction générale de la créativité contemporaine du ministère de la Culture et du Tourisme dans le cadre du programme du Conseil italien (2019). Poems I Will Never Release au Centre Pecci est réalisé en partenariat avec Intesa Sanpaolo.

Image : Chiara Fumai, The Book of Evil Spirits (2015, Production stills). Ph. PRed

Une grande exposition sur Chiara Fumai, l'artiste décédée à l'âge de 39 ans en 2017, au Pecci de Prato
Une grande exposition sur Chiara Fumai, l'artiste décédée à l'âge de 39 ans en 2017, au Pecci de Prato


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.